Mais où sont passés les Frenchies ?

Par Eric Chol, rédacteur en chef à La Tribune.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

Il n'y a pas si longtemps - c'était fin 2007 -, la France disposait d'un quatuor de choc à la tête d'organisations internationales. A Londres, Francfort, Washington et Genève, Jean (Lemierre), Jean-Claude (Trichet), Dominique (Strauss-Kahn) et Pascal (Lamy) diffusaient leurs lumières sur le développement de l'ancien bloc communiste, les questions monétaires, le commerce international ou les grands équilibres économiques de la planète. Le premier s'est retiré en 2008, remplacé par un Allemand. Le président de la Banque centrale européenne tirera sa révérence cet automne, l'Italien Mario Draghi étant déjà dans les starting-blocks pour lui succéder.

Quant à Dominique Strauss-Kahn, on voit mal comment il parviendra à sauver son poste au FMI : la probabilité pour que Paris impose une nouvelle fois l'un des siens à la direction générale de l'institution de Bretton Woods paraît nulle. Reste Pascal Lamy, le patron de l'Organisation mondiale du commerce : lorsque son mandat s'achèvera en 2013, il quittera à son tour les rives du lac Léman, mettant fin à cette mainmise tricolore sur les grands postes internationaux. Une politique pratiquée de longue date, qui a longtemps flatté le prestige de la France.

D'autant que le quatuor en question n'a pas démérité : Jean Lemierre a donné un coup d'accélérateur au développement de la Berd, Jean-Claude Trichet a répondu avec talent aux défis de la crise financière, DSK a engagé une réforme en profondeur du FMI et Pascal Lamy n'a pas renoncé à conclure les négociations du cycle de Doha. Mais cette stratégie d'affichage cache mal la sous-représentation française dans les organigrammes des organisations internationales. Car à force de convoiter les places les plus brillantes, Paris a oublié d'investir les postes dans les directions des institutions. L'influence tricolore risque aujourd'hui d'en payer le prix.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.