La rigueur fera-t-elle l'élection ?

 |   |  317  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Par Philippe Mabille, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune

C'est une rupture comme une autre : Nicolas Sarkozy sera le premier président de la République à refaire son budget avant même que celui-ci ne soit voté. À six mois d'une élection présidentielle à laquelle personne ne doute que l'actuel président sera candidat, c'est un pari énorme, qui donne quitus à la ligne politique incarnée par François Fillon. Le parti pris de la rigueur assumée sera-t-il compris et accepté par les Français ? Les mesures, forcément douloureuses à prendre, ne risquent-elles pas de jeter les salariés dans la rue, à l'image du plan Juppé de l'hiver 1995 ? Et, si ce n'est pas le cas, cela ne sera-t-il pas la preuve que ce énième plan n'est pas à la hauteur ? En assumant la rigueur, mot jadis tabou, et en imposant un tour de vis supplémentaire aux Français à quelques mois des élections, le gouvernement joue à contre-pied mais pourra toujours arguer qu'il fait preuve d'esprit de responsabilité, alors que le danger, de virtuel, est devenu bien réel. Depuis septembre, la France est prise dans l'étau des marchés : le taux d'intérêt payé par le Trésor a augmenté d'un demi-point, s'écartant dangereusement de la référence allemande. La bataille du « triple A » est donc engagée et c'est sur ce combat que l'actuel président souhaite placer la compétition électorale de 2012. Confronté à une situation historiquement grave, où il n'hésite pas à évoquer 1945, Nicolas Sarkozy a choisi de se présenter comme celui qui saura préserver les Français d'une perte de souveraineté financière. Face au candidat « normal » de la gauche, il veut être un président « sérieux », mettant, du coup, François Hollande au défi de la crédibilité et de l'expérience. L'attaque est cousue de fil blanc, mais au point où il en est, Nicolas Sarkozy n'a guère de stratégie alternative.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :