Renault Clio : toujours la même, mais en mieux

 |   |  516  mots
(Crédits : Renault)
La voiture la plus vendue de la marque au losange se relance avec une nouvelle génération. Si beaucoup ne lui trouvent pas de changements de style notables, en réalité, elle gagne en dynamisme et le soin des finitions intérieures est très supérieur à la génération précédente.

La Clio est bien plus qu'une voiture à volume pour la marque au losange... La citadine française est une voiture iconique, si bien que c'est elle qui ouvre le bal du renouvellement de la gamme Renault. Pour autant, la nouvelle Clio s'inscrit dans la continuité de la génération précédente. La Clio s'est distinguée du reste de la gamme en rencontrant un véritable succès, au point de monter sur la première marche du podium européen. Mais en termes de continuité, la petite qui, jadis, avait "tout d'une grande", a surtout aujourd'hui de grandes ambitions, parmi lesquelles sa "premiumisation".

Plus moderne

C'est vrai que, sur le look, la cinquième génération de la plus célèbre des citadines françaises n'est pas en rupture de style. La silhouette est strictement la même, l'esprit est inchangé. On note toutefois des lignes plus affirmées que ce soit sur le capot ou sur les flancs: plus dynamique, plus moderne... La signature lumineuse s'est également affutée. Mine de rien, la nouvelle Clio a gagné en dynamisme.

Renault Clio

Mais l'enjeu assumé de cette nouvelle génération était de monter en gamme, notamment par l'aménagement intérieur. Sur notre version dotée de la finition RS Line, la ligne sport de Renault, l'intérieur s'inscrit dans le haut du panier, en attendant la finition Initiale Paris. La planche de bord est agrémentée d'une belle mousse au motif de fibre de carbone. Elle est surmontée d'une grille d'aération rayée d'une élégante baguette rouge pour un beau contraste sportif. L'assise en cuir se veut également sportive avec ses surpiqures rouge. L'univers gagne en robustesse, mais on déplore une certaine austérité persistante...

Renault Clio

C'est côté connectivité que les progrès sont flagrants. Renault a enfin décidé d'en finir avec r-Link, son système de navigation aux alertes intempestives et inutiles... Avec Easy-Link, le système de connectivité gagne en sérénité. En réalité, ce nouveau système permet surtout de gérer la synchronisation avec Android Auto ou CarPlay. Le tableau de bord, lui, est seulement en partie digitalisé... Dommage...

Agrément de conduit au rendez-vous

Tous ces détails ne sont toutefois rien face à l'agrément de conduite de la Clio. Réactive et agile, notre version 130 chevaux affiche une puissance plus que suffisante. De fait, la Clio assure aussi bien sur route que sur autoroute. La boîte automatique double embrayage est toujours aussi excellente: pas d'à-coups, des passages de rapports bien dosés... Seul bémol, et pas des moindres, les suspensions nous ont paru très (trop) fermes. Dommage !

Renault Clio

La nouvelle Clio a rempli l'essentiel de sa mission: soigner son intérieur, dynamiser son style, donner une nouvelle dynamique à son univers. Elle espère ainsi sauver sa place de numéro un, mais également améliorer son mix-produit. Elle fera face à la nouvelle 208, dont la marque Peugeot est devenue un rouleau-compresseur de la montée en gamme. Mais la Clio dispose de sérieux arguments...

Renault Clio

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2019 à 4:16 :
Pourquoi cette marque ne se met pas a l'hybrid ? Mystere.........
a écrit le 06/10/2019 à 10:14 :
Très bonne présentation marketing, mais j'aimerais également connaître le lieu de fabrication. A quelques centaines d'euros près, j'accorde une grande importance à la part française de la valeur ajoutée.
a écrit le 05/10/2019 à 15:18 :
donc on vends du multimédia le reste ma foi on verra après par contre on monte en gamme de prix.va falloir être cadre pour se payer une voiture.la nouvelle 2008 a partir de ....22000 euros pourquoi pas plus c est gros plus ça marche !
Réponse de le 05/10/2019 à 16:33 :
Absolument. Il n'y a pas si longtemps, en achetant une voiture, vous achetiez avant tout une châssis et une motorisation; et secondairement des equipements. Maintenant, le commercial de la concession veut vous vendre une tablette, un mobile, une chaine HIFI, un abonnement 4 voire 5G, une 'expérience', allez un 'tableau de bord mou' si vraiment vous tenez à la technique... En passant sous silence que vous allez vous retrouver avec un engin lourd, fragile, avec une motorisation essence - le diésel n'étant, à tort ou à raison, plus en odeur de sainteté - qui consomme un max et qui va donc se faire fusiller a bout portant par le cycle WLTP et le malus CO2 version 2020... Le réveil va être douloureux pour les salariés de ces fabricants de voiture qui refusent de concevoir et de vendre des voitures.
a écrit le 05/10/2019 à 13:32 :
Elles sont bien les clio, dommage qu'ils les fassent pas en 1.4 tdci. J'avais le choix entre une clio et un ford fusion 1.4 tdci, et finalement, j'ai pris le ford fusion, mais la prochaine fois, dans 10 a 15 ans j'espere, je me laisserais peut être tenter.
Mais que d'ecarts de prix dans cette "gamme" de 75 a 220 cv, ce n'est plus un modele, ce devrait être une marque a elle toute seule la successeuse de la super 5.
Elle etaient bien les super 5 aussi même si elles etaient pas en 1.4 tdci.
Réponse de le 05/10/2019 à 16:34 :
Comme quoi, pour un lapin, le bonheur c'est simple comme un 1.4l TDCi ;-).
a écrit le 05/10/2019 à 13:14 :
Bon: on met du plastic mou sur le tableau de bord, des jolies icônes sur la tablette, on permet de se connecter avec les babioles électroniques pour être certain de ne pas rater la dernière vidéo YouTube ou le dernier tweet. Ok. Par contre point de vue motorisation, toujours pas de version électrique ou hybride. Et des rejets de CO2 qui vont faire exploser le malus CO2 à l'achat en 2020 avec le passage au cycle WLTP (jetez un coup d'oeil au barème 2020 qui vient de sortir: il y en a qui vont perdre leur sourire). On améliore le clinquant et le superflu, on oublie soigneusement l'essentiel. Tout un symbole. Les années qui viennent vont être difficile pour ces fabricants d'automobiles et leurs employés.
a écrit le 05/10/2019 à 9:56 :
Renault a enfin compris que cela ne sert a rien de changer complétement la forme et le lokk général d'une auto qui plait et qui marche (clio 1, 2, 3). En gardant une apparence connue et appréciée on fidélise les achats. La marque peut davantage se concentrer sur les aspects qui ne se voient pas (moteur, intérieur, chassis..). En modifiant le look a la marge comme le fond depuis des dizaines d' années. VW, Audi et BMW on limite et risque et on renforce l' image.
Depuis l' époque Le Quement (chez Scheiwter épris de modernisme) le design a été une catastrophe chez Renault, (Vel Satis; Espace, Laguna, Megane à la vitre arrière arrondie...) et a fait perdre des milliards Van Acker a redressé un peu la barre, mais il y a encore beaucoup travail a faire sur Scenic, Talisman, ..
a écrit le 05/10/2019 à 7:53 :
Et le système de démarrage, toujours à carte ? Clio 5 se destine t-elle au sacre de la voiture la plus volée de l'année ? comme sa grande soeur en 2018 ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :