Tout augmente, même la réalité

 |   |  1029  mots
Pokemon Go, phénomène mondial, a grandement contribué à mettre la réalité augmentée à la portée de tous.
Pokemon Go, phénomène mondial, a grandement contribué à mettre la réalité augmentée à la portée de tous. (Crédits : Reuters)
HOMO NUMERICUS. La réalité augmentée est promise à un grand avenir. Pour les entreprises, elle est source de nouveaux modes de fonctionnement et de création de valeur. Mais qu'en sera-t-il lorsqu'elle cette technologie se sera largement immiscée dans nos vies ? Par Philippe Boyer, directeur de l’innovation à Covivio.

Interrogé, il y a quelques semaines, sur ses projets et son monde idéal, le patron-fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, confia que « la réalité augmentée sera le téléphone du futur quand la réalité virtuelle sera la télévision du futur1. » Et d'expliciter que ces deux technologies, réalité augmentée et réalité virtuelle, devant permettre « d'augmenter » la façon dont nous interagissons avec notre entourage : « Quand vous êtes face à quelqu'un qui a le nez sur un smartphone, vous ne ressentez pas sa présence. Avec la réalité virtuelle et augmentée, vous pouvez interagir avec vos proches ». Certes, il convient de prendre un peu de recul sur les fulgurances technologiques du patron du premier réseau social mondial mais néanmoins grader à l'esprit que les ingénieurs de Facebook travaillent déjà sur de nombreux sujets aux confins des interactions entre les humains et les machines »2. Il n'empêche qu'à côté du monde réel des humains et du monde imaginaire des artistes, ce monde technologique, vanté par Mark Zuckerberg, ouvre la voie à un nouveau monde « augmenté ».

Pokemon Go

Si la réalité virtuelle est déjà largement connue, principalement grâce aux casques grand public que l'on chausse pour se plonger dans un environnement artificiel généré par ordinateur, la réalité augmentée permet, quant à elle, d'ajouter des informations numériques aux objets réels vers lesquels on dirige son smartphone, sa tablette ou ses lunettes connectées. En clair, cette technologie s'utilise de façon simple et intuitive. Il est vrai que Pokemon Go, phénomène mondial, a sans doute grandement contribué à mettre la réalité augmentée à la portée de tous. Dans les prochaines années, il est certain que nous verrons débarquer de multiples objets connectés qui embarqueront nativement des applicatifs de réalité augmentée. Certaines rumeurs rapportent même qu'Apple en aurait fait un axe stratégique pour les années à venir, allant jusqu'à imaginer que des lunettes de réalité augmentée pourraient succéder à l'iPhone d'ici à 20233. Microsoft, Facebook et Google ayant bien sûr des projets identiques sur ce même sujet. En avance sur cette tendance, le constructeur chinois Lenovo a récemment dévoilé un prototype de lunettes de réalité augmentée4. Certes encore imparfaites (cet accessoire fonctionne en se connectant à un ordinateur via un câble, ce qui, évidemment, restrient la mobilité...), ces lunettes prouvent que le décollage attendu de la réalité augmentée pour tous n'est peut-être pas si lointain.

La réalité augmentée, facteur de création de valeur

Dans le monde de l'entreprise, l'intégration de la réalité augmentée aux produits et aux services constitue un indéniable gisement de création de valeur. Dans nos économies de plus en plus portées sur la valeur d'usage et l'expérience client, la réalité augmentée permet d'envisager de nouvelles façons de concevoir et de commercialiser des produit et des services. Dès lors que la réalité augmentée fera de plus en plus partie des produits et des process de fabrication, les axes de création de valeur sont évidents Qu'il s'agisse des systèmes d'affichage tête haute déjà présents dans de nombreuses voitures ou là, dans le monde industriel, de la conception ou de la maintenance technique de bâtiments, de navires, d'avions..., la réalité augmentée permet d'incruster des modèles en 3D sur le monde physique, par exemple sous formes d'hologrammes, améliorant ainsi la capacité des ingénieurs et techniciens à évaluer et à améliorer les plans en visualisant en 3D les objets en question.

Ailleurs, dans le domaine du marketing et de la vente, la réalité augmentée permet de repenser le concept des showrooms et autres lieux de vente. Loin de faire disparaître ces derniers, elle permet au contraire d'enrichir l'expérience client grâce au fait qu'elle rend possible la visualisation ou le fonctionnement d'un produit. Presque connue de tous, l'applications IKEA Place5 permet de placer virtuellement un produit du catalogue dans un intérieur pour en pré-visulaliser l'effet obtenu. Dépannages à distance de machines, formation de salariés, simulations de conceptions de produits... les exemples de nouveaux services qui font déjà appel à cette technologie sont presque infinis.

Déconnectés de la réalité

Parfaitement adaptée aux entreprises qui se doivent de repenser la valeur d'usage de leurs produits grâce à cet applicatif numérique, qu'en sera-t-il lorsque cette « réalité augmentée » aura ainsi envahi notre quotidien ? Certes, nos lunettes équipées de cette capacité à voir les choses autrement feront de nous des êtres humains encore un peu plus « augmentés » et, au passage, toujours plus connectés mais, et au final, connectés à quoi ?

Avec la banalisation de ces réalités « virtuelles » et « augmentées », ne risquons-nous pas d'avoir à affronter un évident paradoxe qui fera que plus nous serons connectés, plus nous risquerons d'être... déconnectés de la réalité du monde physique. Il nous faudra alors nous remémorer l'allégorie de la caverne décrite par Platon : des hommes enchaînés et immobilisés dans une « demeure souterraine » qui tournent le dos à l'entrée et ne voient que leurs ombres et celles d'objets au loin derrière eux. La grotte de Platon est aujourd'hui tapissée d'écrans par lesquels nous pensons voir la réalité du monde. Demain, avec ces réalités virtuelles et augmentées, ces écrans projetteront mille autres « réalités », celles-là intégralement artificielles. Sans doute une situation qui fera dire au patron de Facebook qu'il avait été visionnaire.

___

NOTES

1 https://www.lepoint.fr/economie/exclusif-les-confidences-de-mark-zuckerberg-25-09-2019-2337843_28.php

2 https://www.numerama.com/tech/550263-pourquoi-facebook-rachete-ctrl-labs.html

3 https://www.macworld.com/article/3446839/apple-ar-glasses-rumors.html

4 https://www.usine-digitale.fr/article/lenovo-devoile-des-lunettes-de-realite-augmentee-pour-pc-portable-a-destination-des-pros.N904889

5 https://apps.apple.com/fr/app/ikea-place/id1279244498

___
POUR ALLER PLUS LOIN

Sur ces sujets de villes connectées, on pourra se rapporter à mon ouvrage « Ville connectée - vies transformées - Notre prochaine utopie ? » Editions Kawa (2016)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2019 à 21:39 :
La réalité augmentée est la possibilité de rentrer et revenir d’une autre parallèle à notre parallèle dans le temps réel , grâce à la physique quantique ( c’est ma définition)
a écrit le 26/11/2019 à 13:15 :
Laissez-moi deviner : la 1ière application généralisée sera l'apparition de publicités n'existant pas dans réalité ??!
Autre chose : l'affichage tête haute aurait dû être obligatoire dans les voitures depuis très longtemps ... mais ça rapporte tellement plus d'essayer de connecter de force toutes les voitures !!
a écrit le 26/11/2019 à 10:02 :
si l'outil n'est qu'un produit, du coup il aura une durée de vie proportionnelle a sa valeur.
Cela permettra a beaucoup de mieux gérer sa frustration ou pour embellir sa vie en fonction de sa psyché !

Ceci dit, comme il y a une révolution technologique, il est difficile de voir ou percevoir si ce n'est anticiper cela dans plusieurs domaines pour en comprendre le sens.

En tout cas, cela s'inscrira dans la logique du "tiers", qui si l'on regarde aujourd'hui, peut émanciper dans la pensée les utilisateurs, mais aliène les créatifs et soustrait le juste retour d'investissement si le tiers fonctionne comme dans la musique....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :