Pigeons : Hollande roucoule un peu, mais le mal est fait

 |   |  755  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Albert Caen)

Lobbyiste, votre avenir est sur Twitter !! Pour la première fois en France, une mobilisation née sur internet et les réseaux sociaux a fait plier un gouvernement sur une de ses mesures fiscales phares moins d'une semaine après la présentation du budget. Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a annoncé jeudi soir des aménagements qui permettront d'annuler l'impôt sur la plus-values lors de la revente d'une entreprise. Désormais, lorsqu'un entrepreneur cèdera sa société, il sera exonéré d'impôt sur la part qui fera l'objet d'un réinvestissement dans une entreprise française. L'exonération sera totale si la totalité des plus-values est réinvestie, a-t-il précisé. Les Pigeons ne sont donc pas repartis de Bercy les mains vides. Au départ, la mesure limitait à 80% cet avantage.

En revanche, le ministre n'a pas reculé sur le principe de l'alignement de la taxation du capital sur le barème de l'impôt sur le revenu, qui est le principal changement du projet de loi de finances pour 2013. Cet taxation égale entre capital-travail était l'une des mesures-phares du projet fiscal de François Hollande, qui a accepté de revenir un petit peu en arrière pour tenir compte de la situation, très spécifique, des créateurs de start-up.

Hollande a donc « roucoulé » un peu, mais en fait très peu. La question de la rétroactivité fiscale de cette mesure, qui s'apliquera à plein aux cessions réalisées en 2012, demeure. Il y aura sans doute des amendements parlementaires pendant la discussion du budget pour corriger le dispositif, mais les marges de man?uvre sont faibles car il s'agit de l'une des principales mesures de rendement de 2013.
Le recul du gouvernement devant le lobbying des « Pigeons » n'aurait pas été possible si deux conditions n'avait pas été réunies. D'abord, le combat d'idée a d'emblée séduit l'opinion, qui a plutôt une bonne image de l'entrepreneur et une sympathie pour ses difficultés. Ensuite, La gauche a été dans cette affaire prise en défaut sur la réalité de son discours pro-entrepreneur. En voulant orienter la fiscalité dans un sens plus favorable au risque et contre la rente, François Hollande s'est pris les pieds dans le tapis, parce que Bercy a très mal communiqué sur la loi de finances. On a transformé en une simple mesure technique, de justice fiscale, une disposition qui change fondamentalement toutes les règles du jeu capitaliste en France.

François Hollande devrait relire Marx : comme l'avait relevé le philosophe allemand, le "capital", ce n'est pas du tout la même chose que le travail. Vouloir les taxer de la même façon, dans le cadre d'un système capitaliste d'économie de marché ouverte, est une grave erreur économique. D'abord parce que le capital était déjà très taxé en France : 19% de prélèvement forfaitaire + 15,5% de prélèvements sociaux depuis Sarkozy, soit 39,5%, c'était déjà le taux le plus élevé d'Europe. Le porter à un maximum de 60,5% voire 64,5% dans certains cas ne va pas favoriser l'investissement et expose à la fuite du capital sous des cieux fiscaux plus cléments (on est en libre circulation des capitaux en Europe, non ?).

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que le capital est issu en général d'un effort d'épargne et a donc déjà été taxé en amont une première fois, avant sa constitution. Surtout, le principal ennemi du capital est (outre l'éventuelle dictature du prolétariat) la victoire de l'inflation. Pour être protégé de l'érosion monétaire, le capital a donc besoin d'être placé. Plus le risque est élevé, plus la fiscalité devrait donc être incitative, parce que le capital revient alors dans l'économie, au sens schumpeterien, en favorisant la croissance et l'emploi. C'est cela que François Hollande et les apprentis fiscalistes de Bercy ont feint d'ignorer. Avant de se faire rattraper par une escadrille de pigeons...

Evidemment, dire cela est politiquement très incorrect par les temps qui courent. Ce n'est pas une raison pour ne pas le faire. C'est le sens du combat des « Pigeons », qui ont voulu exprimer tout haut l'écoeurement des entrepreneurs. Le danger, avec cette affaire, c'est que le recul, encore très limité, de François Hollande, ne change rien au sentiment de découragement qui semble affecter une bonne partie des élites françaises. A mon avis, on n'a pas fini d'entendre roucouler ces volatiles...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2012 à 17:36 :
Je sors d'une réunion où un banquier a déclaré "cette fois, c'est parti pour de bon, on assiste à des exils fiscaux de plus en plus nombreux, même lorsque l'intérêt financier n'est pas très important. La principale destination est la Belgique."
a écrit le 08/10/2012 à 11:24 :
D'abord parce que le capital était déjà très taxé en France : 19% de prélèvement forfaitaire + 15,5% de prélèvements sociaux depuis Sarkozy, soit 39,5%.

Bravo pour le calcul; plutôt que de nous rabâcher les oreilles avec vos théories pseudo-libérale dépassées, vous devriez retourner à l'école primaire.
a écrit le 06/10/2012 à 13:16 :
Hollande et son gouvernement justifient s'il en était besoin leur qualificatif de IV République :"beaucoup d'hésitation, beaucoup de parlotes, mauvaises décisions."
a écrit le 06/10/2012 à 12:27 :
Chacun y va de son idéologie et de sa lecture de la justice fiscale, Marx est appelé à la rescousse si nécessaire.
Même si le ministère s'est pris les pieds dans le tapis, ce lobbying pose un voile sur des situations fort différentes. Entre l'entrepreneur qui porte à bout de bras un projet et sait qu'il risque réellement sa chemise, et certains qui risquent juste de diminuer leur ration de caviar, il y a des rapprochements un peu malsain. Cela est à rapprocher des grands céréaliers syndiqués français qui embarquent des modestes agriculteurs dans leur combat du toujours plus pour moi!
a écrit le 06/10/2012 à 11:48 :
Comme je le dis depuis longtemps, le PS français est sûrement le parti le moins démocratique et le moins social de tous les partis français. Ses méthodes sont des méthodes de "voyous" et seul compte pour eux leur bien être et leur enrichissement personnel.
Qui a relevé la fausse déclaration d'ISF de FH ? Qui a relevé que finalement le salaire de nos ministres n'a pas été diminué de 30% ? Qui a relevé ...
Finalement, notre président, qui se voulait irréprochable et montrant l'exemple, est un fieffé menteur et navigue à vue sans aucun projet pour notre pays.
Après vouloir prendre l'argent de ceux qui travaillent, qui investissent, qui prennent des risques, voila maintenant qu'il veut reculer certaines élections pour garder le pouvoir plus longtemps ! Ces méthodes sont des méthodes de pays totalitaires.
Notre pays est en train de tomber vraiment bien bas avec ce PS qui n'a aucun scrupule, comme le PS espagnol en son temps.
a écrit le 06/10/2012 à 11:40 :
Ce message est pour les retraités qui devraient prendre l'exemple des "Pigeons" et se mobiliser contre le gouvernement qui se prépare à nous taxer de manière scandaleuse.
Réponse de le 06/10/2012 à 11:55 :
Détrompez-vous, ce gouvernement ne va pas "plumer" que les retraités mais l'ensemble de la population française et les richesses du pays (les entrepreneurs, les gens qui investissent ...).
Pour exemple, regardez ce qu'a fait le PS espagnol après 2 législatures ! D'ailleurs, ces 2 partis fonctionnent de façon similaire. En particulier, comme le demande FH maintenant pour repousser certaines élections avec des arguments bidons, le PS andalou avait fait de même pour garder le pouvoir plus longtemps !
Réponse de le 23/04/2014 à 12:02 :
la photo est l image de l idée recue : quand on parle prix excessifs à paris à cause du foncier c est rigolo car y a tout simplement pas de foncier résiduel à paris
Réponse de le 24/04/2014 à 7:40 :
Quinquagénaire il y a 15 ans vous pensez sérieusement que j ai effectué un investissement (robien) dans le but de réaliser une PV? Je vous rappelle que ce type d investissement permet de défiscaler sur 15 ans , que l investisseur ne peut vendre avant 9 ans : il y a 15 ans je n avais strictement aucune idée de ce que serait l immobilier dans 15 ans .Vous pensez sérieusement qu à 55 ans je voulais être riche à 70 ans ??! Vous oubliez de dire que ce type d investissrment est le SEUL qui permet un encadrement réel des loyers ..Vous répétez en permanence que les loyers augmentent plus vite que vos salaires ce qui est FAUX et archi FAUX . Les aides à la pierre qui existent partout en europe ( allemagne hé oui ) ont participé a la bulle immobilière entre 2000 et 2010 , cela est indéniable , accompagnées par une fiscalité sans commune avec nos voisins ( PV taxes foncieres) ..Vous oubliez de dire que ces aides sont supprimees et n existent que sous une forme " très tabotée" et à l avantage aussi pour les locataires ( loyers en dessous du marché) .Vous allez jusqu a dire que ce type d investissement coute de l argent à l état ce qui est encore FAUX ( TVA 20%?) . Un Duflot qui n interressent que peu d investisseurs ,des APL ( non perçues par les proprios ) , le PTZ sont de bonnes mesures pour les jeunes accedants .Vous souhaitez les supprimer ?
a écrit le 06/10/2012 à 10:55 :
Je suis patron.. De mes dividendes je vais prendre le strict minimum pour vivre et etre sur que les 60% pris ne depassent pas les 41% préalables et je ne serais pas le seul a devoir subir cette austérité, l'entreprise aussi. Renouveler voitures, equipements? ca attendra et tant pis pour les fournisseurs. Tous les bénéfices vont être reportés pour faire des investissements plus tard. Implicitement, le gouverment dit "Soyez salariés et donnez moi votre argent et je veux façonner la société du travail à ma façon jouant des ressources fiscales pour imposer un modele économique et sociétal", je veux avoir ma liberté d'entreprendre et de réussir.
a écrit le 06/10/2012 à 9:27 :
Brillante analyse d'un fin fiscaliste: 19% de prélèvement forfaitaire + 15,5% de prélèvements sociaux depuis Sarkozy, soit 39,5%... Cherchez l'erreur!
Réponse de le 10/10/2012 à 21:15 :
C'est parce que l'auteur de l'article a eu vent du projet du gouvernement de porter les prélèvements sociaux à 20.5%%
a écrit le 06/10/2012 à 7:30 :
retroactivite des mesures fiscales = methode de voyou
a écrit le 05/10/2012 à 21:49 :
Le mal était déjà fait, bien avant l'arrivée des pigeons. Ils ont eu le mérite de servir de révélateur et de semer la pagaille parmi les apprentis-sorciers de Bercy-Fantasia.
a écrit le 05/10/2012 à 17:02 :
Cadeau de Noël pour Messieurs Sapin, Moscovici et Hollande : L'économie pour les Nuls.
a écrit le 05/10/2012 à 14:04 :
Les économies de l'Etat, la rationalisation du fonctionnement, c'est en bonne voie ? A terme, ça permettra de diminuer ces prélèvements, sinon, on va perpétuellement être surchargés de charges diverses. Comment courir vite quand les semelles sont en plomb ? Et on va s'étonner.....
a écrit le 05/10/2012 à 12:50 :
Le mal a déjà été fait et nos aristotechnocrates continuent à enfoncer le couteau dans la plaie. S'ils pensent que la méthode des docteurs de Molière qui saignaient leur patient a des chances de redresser et de revivifier le pays, les chiffres à venir vont démontrer la catastrophe à venir.
Réponse de le 10/10/2012 à 21:18 :
En réalité, la France exprime de cette façon sa solidarité avec les pays voisins. En se sacrifiant, elle espère doper la croissance de la Belgique, du Luxembourg et de la Suisse. Noble attitude !
a écrit le 05/10/2012 à 11:57 :
Les entrepreneurs dont certains vendent des bilans ou des coquilles vides sans personnels de préférences a des étrangers ( beaucoup né d'internet avec deux ordinateurs )ont reussi leur coup .Trés mauvaise communication pas aidé par l'air ambiant et Mélanchouille et consors
a écrit le 05/10/2012 à 11:37 :
Pour ceux qui croyaient que le gouvernement devaient consulter avant de décider maintenant c'est plus clair que la consultaton consiste en fait pour Hollande à demander aux syndicats ce qu'il faut faire!! ils vont consulter comme pour les 35h...
a écrit le 05/10/2012 à 11:31 :
Les socialistes devraient être heureux, voici un bel effet de la représentation participative qui était cher leurs coeurs autrefois. Ha oui, c'était avant leur arrivée au pouvoir...
a écrit le 05/10/2012 à 10:38 :
"Lobbyiste, votre avenir est sur Twitter !" Valérie l'avait déjà compris...
a écrit le 05/10/2012 à 10:37 :
Nul doute qu'après cette péripétie, le gouvernement fera tout pour contrôler internet et étouffer la moindre velléité d'opposition véritable à ses crimes antipatriotiques.
a écrit le 05/10/2012 à 10:19 :
Encore et toujours la même erreur: mais bon sang, qui dans ce pays connait les taux d?imposition !!!!! Il faut rajouter 4% d'impôt sur le revenu fiscal de référence (tout revenu, sans aucun abattement à partir de 500.000 euros).
"D?abord parce que le capital était déjà très taxé en France : 19% de prélèvement forfaitaire + 15,5% de prélèvements sociaux depuis Sarkozy, soit 39,5%," =>> non, c'était 43.5% et ça passe à 64.5% !!!!
a écrit le 05/10/2012 à 10:18 :
personne n'est dupe...... le projet a ete lance, annule... il reviendra par la petite porte.... si personne n'est revenu avec le boulcier fiscal, c'est bien parce que tt le monde savait que ca n'allait pas durer !!! .......si on veut entreprendre faut le faire ailleurs qu'en france.........
a écrit le 05/10/2012 à 9:52 :
Mauvais article, mauvais sujet. Par contre pour les ventes de votre journal cela doit etre porteur. La tribune le robin des bois de l'entreprise! Attention tout meme n'est pas un journal d'opinions qui veut. Par ailleurs il faut assumer votre engagement de petit lobbyiste. Bien sur que la contre proposition du gvt ne changera rien. Bonne ou mauvais la n'est pas le pb, le seul leitmotiv d'un lobby c'est toujours plus pour ses petits interets, vous ne le saviez pas?
Réponse de le 05/10/2012 à 10:14 :
mauvais commentaire
Réponse de le 05/10/2012 à 10:38 :
@DRRW : Commentaire minable et anti entreprises. Typiquement français.
Réponse de le 05/10/2012 à 11:27 :
Merci en quoi le fait de denoncer un enfumage mediatique profitant a une poignee est anti entreprise? Anti medef peut etre mais il s'agit alors d'un autre sujet validant mon propos. Par ailleurs ne vous en deplaise le nbre d'articles sur ce sujet est suspect, a tout le moins
Réponse de le 05/10/2012 à 12:15 :
si tu manges c'est parce que des entreprises payent le prix, pas des fonctionnaires !
Réponse de le 05/10/2012 à 14:35 :
Les entreprises payent le prix, pas les fonctionnaires. diantre en voila une nouvelle interessante, Mais peux tu preciser ta pensee mon brave?
Réponse de le 05/10/2012 à 15:23 :
A mon humble avis, le nombre d'articles est justifié pour plusieurs raisons :
. abus de lois rétroactives (normalement réservées aux régimes autoritaires)
. renforcement général d'une fiscalité qui était déjà une des plus élevées au monde
. discours minables, et typiquement diviseurs (je hais les riches)
Quant aux fonctionnaires, il en faut pour les fonctions régaliennes (armée, police, justice, diplomatie...), mais, ceux ci sont financés à partir des recettes de l'état, coutent fort cher (retraites différentes du privé), et sont trop nombreux (40% de plus qu'en Allemagne). Et ceci, même s'ils font dans l'ensemble bien leur travail.
a écrit le 05/10/2012 à 9:06 :
Ce sont les qualités des entreprises qui font la grandeur d'un pays,
pas le nombre de fonctionnaires, pas le montant des primes de rentrée scolaire .

Nos gros socialo ont trop peur de perdre leur électorat de fond de poubelle pour le reconnaitre.
Ils vont donc dans le mur en imaginant pouvoir ajouter sans limites et sur tout le monde contraintes, taxes et autres, le tout en déversant des flots de discours consternants et lenifiant.
Des socialo/marxistes (que l'on pensait disparu) sont en recherche d'une terre d'accueil en France ?
Réponse de le 05/10/2012 à 12:47 :
et pourtant les fonctionnaires dépensent leurs salaires, les primes de rentrées se transforment en achats et tout cet argent se retrouve dans les entreprises tout comme les cotisations sociales et les impôts.
Réponse de le 06/10/2012 à 0:30 :
Oulala, mais attention, vous raisonnez à long terme, sur plusieurs temps. Vous n'arriverez jamais à vous faire comprendre par des gens qui ne voient que leur porte-monnaie, aujourd'hui et maintenant - faisant semblant d'oublier tout ce que l'Etat a fait pour eux avant (école, sécurité, système bancaire, stabilité nécessaire à leur petit business, existence de règles claires et appliquées, de tribunaux, etc...) et ce qu'il fera aussi après - même s'ils partent en Suisse avec leurs économies, ils devront quand même passer par un aéroport, donc des contrôleurs aériens (fonctionnaires) qui évitent que leurs jets se crashent et des organismes assermentés pour vérifier que leur avion sait voler. Non non, l'Etat ne sert à rien et les fonctionnaires sont inutiles - mais bizarrement, quand l'Etat est faible, le business se casse la figure aussi... mais c'est trop compliqué à comprendre...
Réponse de le 10/10/2012 à 21:24 :
Mais quand l'état est tentaculaire, le business se casse aussi la figure

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :