France de jeunes et Allemagne de vieux !

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Albert Caen)

C'est la nouvelle thèse à la mode au sein du parti socialiste qui inspire le discours anti-allemand et anti-Merkel. Entre l'Allemagne et la France, on pourrait même dire entre l'Europe du Nord et l'Europe du Sud, les intérêts divergeraient de plus en plus parce que la démographie européenne est coupée en deux. En gros, comme l'a expliqué récemment Arnaud Montebourg devant une assemblée choisie - le dîner du Cercle de la Revue des deux mondes, présidé par Marc Ladreit de Lacharrière, le 25 avril dernier -, un nouveau mur serait en train de s'ériger en Europe, entre les pays jeunes et les pays vieux.

Le divorce croissant que l'on constate entre une Allemagne vieillissante tétanisée par la crainte d'une inflation, qui a besoin de taux d'intérêt élevés et d'une monnaie forte pour ses rentiers, et une France plus jeune et "méditerranéenne", qui a besoin de taux bas et d'une monnaie « faible » pour relever son industrie, serait le nouvel horizon irréconciliable de la politique européenne. Cela va bien plus loin que la critique de l'austérité, réelle en Grèce, au Portugal, en Espagne et en Italie, encore largement supposée en France où, à part sur le plan fiscal, on cherche encore quelles mesures dures ont bien pu être prises par François Hollande depuis un an.

Ce nouveau discours, dont les arguments démographiques sont fondés - l'Allemagne elle-même reconnaît que la politique familiale est la seule vraie réussite du modèle français et constitue son principal échec - est intéressant. Mais il est aussi très caricatural et n'est guère opérant, sauf à en conclure un divorce inévitable à terme entre les deux pays, c'est-à-dire l'éclatement de l'euro par la sortie de l'un ou de l'autre des partenaires. Or, ni la France, ni l'Allemagne, qui fêtent cette année le cinquantième anniversaire du traité de l'Élysée, ne le souhaitent. L'avenir est plus constitué de ce qui nous rapproche que de ce qui nous divise.

François Hollande comme il l'a démontré lors de sa récente visite à Bruxelles et lors de sa conférence de presse, n'a pas fait sienne cette nouvelle doxa anti-allemande, qui ne change rien à la réalité française. Sa ligne, c'est au contraire d'amplifier la construction européenne avec l'Allemagne, à qui il a proposé une initiative menant à terme vers l'union politique, et qui commencera par un vrai gouvernement économique de la zone. De quoi dépasser le conflit démographique apparent entre les deux principales économies de l'union européenne.

Plutôt qu'à un divorce avec l'Allemagne, c'est à une explication de texte avec sa propre majorité que le chef de l'État est condamné pour les mois qui viennent. Dans son combat pour réorienter l'Europe, François Hollande a déjà remporté une victoire inattendue puisque Bruxelles vient de donner deux ans à la France pour revenir sous les 3 % du PIB de déficit. Un cadeau inespéré qui montre que la commission de Bruxelles n'est pas aussi stupide et bornée qu'on a bien voulu le dire, et que l'Allemagne de Merkel n'est ni intransigeante, ni égoïste. Elle est juste inquiète des retards français. Avec ce délai, le gouvernement Ayrault a tout le temps nécessaire pour prendre les mesures internes susceptibles de ranimer une croissance défaillante.

Prenons le dossier des retraites. Redonner aux Français de la visibilité à long terme sur ce sujet clé n'est-il pas le meilleur moyen de ramener la confiance qui fait défaut à un pays en grande dépression. Les entreprises se plaignent de manquer de prévisibilité du fait d'une politique fiscale et sociale qui change tout le temps. Mais pour les ménages, c'est la même chose. Qui peut dire sérieusement qu'une réforme des retraites est une contrainte imposée par le grand méchant marché, le grand méchant Bruxelles et la grande méchante Merkel. C'est bien au contraire une opportunité pour remettre à plat un problème que nous sommes l'un des rares pays à devoir remettre sur la table tous les cinq ans, voire moins (2003, 2008, 2010). Pourtant, comme on l'a évoqué plus haut, la France bénéficie dans ce domaine d'une démographie bien plus favorable que celle de l'Allemagne. Mais une telle réforme n'est possible que si la France résout en même temps son problème d'emploi. Tout est lié. Les déficits, ce sont d'abord et avant tout des déficits d'emplois. Remporter cette bataille, comme l'Allemagne a su le faire avant nous, est le seul combat qui compte. Reste à s'en donner vraiment les moyens.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 27/05/2013 à 12:16
Signaler
on sait très bien d'où vient la fameuse "natalité" française ... elle nous rapporte rien mais va nous coûter de plus en plus cher ... à choisir je préfère l'exemple allemand et largement .

à écrit le 27/05/2013 à 10:17
Signaler
France plus jeune et méditerranéenne: tous les pays du Sud de l'Europe du nord de la méditerrannée sont en déficit démographique grave (Espagne, Italie); alors sud de la méditerranée: populations ghettoïsées inemployables à charge? Pour être employab...

à écrit le 26/05/2013 à 22:19
Signaler
L'information est géniale! je vais mettre l'article en poster sur mon mur jusqu'à la fin de ma vie, ensuite je vais compter le nombre de poussières attirées par les lettres et enfin cela sera la vie éternelle!

à écrit le 25/05/2013 à 20:20
Signaler
Puis je conseiller l'auteur de cet article de s'inspirer des conférences et interviews de notre derniers génie et grand philosophe français Michel Serres sur Youtube ou sur France Inter ou toute les émissions culturelles de notre panorama télévisé (h...

à écrit le 24/05/2013 à 13:55
Signaler
il faut faire fort pour dire que la france favorise les jeunes et l allemagne les vieux! C est en france que les retraités ont un niveau de vie superieur aux actifs, pas en Allemagne. Ou y a t il une bulle immobiliere qui force les jeunes a se saign...

à écrit le 24/05/2013 à 12:41
Signaler
Encore un éloge du mercantilisme ! Le problème c'est que l'Europe toute entière ne peut pas se permettre de baisser sa demande intérieure pour améliorer sa compétitivité. Le commerce n'est pas un jeu à somme nulle, faut-il le rappeler ? Mais bon, il...

à écrit le 24/05/2013 à 9:22
Signaler
@ Clarita On ne peut plus d'accord avec vous. Promenez-vous en Allemagne et vous serez surpris de ne pas voir quasiment pas d'enfants comme dit Clarissa. Il faut dire que ça fait du bruit (ça perturbe les vieux schpountz qui ont oublié qu'ils ont été...

le 24/05/2013 à 13:58
Signaler
je vous rassure, ils y a aussi des vieux francais qui se plaignent que les enfants ca fait du bruit et qui envoie les flics quand des jeunes se reunissent sans rien faire de mal. Pour la natalite, avec 4 enfants, vous etes vraiment une exception si v...

à écrit le 22/05/2013 à 22:56
Signaler
J'aimerai qu'on m'explique pourquoi la démographie de la France est plus favorable que celle de l'Allemagne qui accueille une immigration choisie (en partie méditerranéenne du sud) alors que la nôtre (méditerranéenne du nord) est subie ?

le 23/05/2013 à 10:04
Signaler
vous confondez méditerranée du nord et Afrique du nord il me semble non ? La méditerranée du nord c'est la France, l'Italie, l'Espagne, La Grèce, l'ex Yougoslavie. L'immigration que nous accueillons ne vient pas de ces pays là, mais bien de la médite...

le 24/05/2013 à 8:25
Signaler
Sud de l'Europe et nord de l'Afrique, tout dépend d'où l'on se place....

à écrit le 21/05/2013 à 17:27
Signaler
Il n'y a pas lieu de condamner un Pays , notre ennemi d'hier , mais qui a durement payé les erreurs commises , surtout par d'autres Il y a lieu de s'entendre , quitte à expliquer en quoi nous divergeons L'Europe des Nations, me semble-t-i...

à écrit le 20/05/2013 à 22:08
Signaler
Amusant de penser que les politiques familiales ne marchent pas, elles n'ont jamais marché en fait, elles ne font pas faire plus d'enfants pour "toucher les allocs" mais elles servent à faire reculer la pauvreté de ces enfants et donc à terme réduire...

le 21/05/2013 à 8:41
Signaler
+1 Commentaire à lire et à méditer ...

le 21/05/2013 à 16:20
Signaler
Et le problème c'est qu'avec son bon score de natalité dû à la présence d'une population issue de la "méditerranée", la France de demain n'est pas plus sauvée que les pays en chute libre de ce côté là ; il ne faut pas oublier que c'est justement dans...

le 22/05/2013 à 19:59
Signaler
Commentaire 100% débile et ignorant ! Bravo xavier-marc ! Vos parents ne vous ont jamais appris que quand on ne sait pas on ne dit pas ? Si vous vous prenez la peine d'étudier la courbe de fécondité de l'Allemagne au cours de la séparation par le M...

le 23/05/2013 à 23:51
Signaler
la bonne natalité française n'est due qu'à la population issue de l'immigration. L'analyse des chiffres de l'INSEE (2011) le démontre. Par exemple, le dpt 93 détient le record de taux de fécondité (2.42) et a la population immigrée la plus nombreuse....

le 24/05/2013 à 8:18
Signaler
Bonsens -) pour avoir été récemment un mariage franco-allemand je peut vous garantir que j'ai vu un hallucinant décalage de génération entre ma famille française et la famille allemande de la mariée ! Parmi les couples trentenaires présents à la céré...

le 24/05/2013 à 8:18
Signaler
Bonsens -) pour avoir été récemment un mariage franco-allemand je peut vous garantir que j'ai vu un hallucinant décalage de génération entre ma famille française et la famille allemande de la mariée ! Parmi les couples trentenaires présents à la céré...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.