La communauté imaginée de l'euro

 |   |  1210  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)
La ville de Spijkenisse aux Pays-Bas est en train de construire chacun des sept ponts représentés sur les billets de banque de l'euro. Les ponts demeurent bel et bien des symboles de culture européenne, vraisemblablement partagés par tous les Européens. Même si la zone euro disparaissait, chaque pays européen pourrait adopter une devise différente tout en maintenant des symboles communs.

Une grande importance, probablement excessive, a été accordée à une éventuelle dissolution de la zone euro. Beaucoup pensent qu'une telle dissolution (si par exemple la Grèce abandonnait l'euro et réintroduisait la drachme) constituerait un échec politique qui menacerait finalement la stabilité de l'Europe. Face au Bundestag en octobre dernier, la Chancelière allemande Angela Merkel a affirmé sans détour : "Personne ne doit croire qu'un autre demi-siècle de paix et de prospérité est garanti en Europe. Ce n'est pas le cas. J'affirme donc que si l'euro échoue, l'Europe échoue. Cela ne doit pas se produire. Par tous les moyens avisés dont nous disposons, nous avons une obligation devant l'Histoire de protéger notre processus d'unification de l'Europe, commencé par nos parents il y a plus de cinquante ans, après des siècles de haine et de sang versé. Aucun de nous ne peut prévoir les conséquences de notre éventuel échec."

L'Europe a connu plus de 250 guerres depuis le commencement de la Renaissance jusqu'au milieu du XVème siècle. Ainsi, il n'est pas alarmiste de s'inquiéter à haute voix pour préserver le sentiment de communauté dont l'Europe a joui pendant les cinquante dernières années. Dans un livre fascinant mais en grande partie surestimé, "How Enemies Become Friends", Charles A. Kupchan passe en revue de nombreuses études de cas historiques sur la façon dont les États-nations, à la longue histoire conflictuelle, sont parvenus finalement à devenir des amis sûrs et pacifiques. Ses exemples comprennent la formation de la Confédération helvétique (1291-1848) ; la création de la Confédération des Iroquois environ un siècle avant l'arrivée des premiers Européens en Amérique ; la fondation des États-Unis (1776-1789) ; l'unification de l'Italie (1861) et de l'Allemagne (1871) ; le rapprochement de la Norvège et de la Suède (1905-1935) ; la formation des Émirats Arabes Unis (1971) ; et le rapprochement Argentine-Brésil des années 70.

Kupchan examine également quelques échecs notables de l'amitié : la Guerre civile des États-Unis (1861-65) ; la fin de l'Alliance anglo-japonaise (1923) ; la fin des relations sino-soviétiques (1960) ; la disparition de République arabe unie (1961) et l'expulsion de Singapour de la Malaisie (1965). Kupchan ne mentionne jamais une devise commune comme une condition de courtoisie entre nations ; en fait, l'intégration économique tend à suivre plutôt qu'à précéder l'accomplissement de l'unité politique. Il considère plutôt l'enclenchement diplomatique comme l'élément essentiel aux aménagements stratégiques et à la confiance mutuelle, et ceci s'accomplit plus facilement si les États ont les mêmes organisations sociales et les mêmes appartenances ethniques.

Mais l'analyse de Kupchan implique qu'une devise commune peut aider des Etats-nations à établir des amitiés durables, car il discute du fait que la construction d'une amitié est plus sûre après qu'un "récit" de changement d'identité a pris racine, conduisant à l'idée que les nations sont comme des membres d'une famille. Une devise commune peut aider à produire d'un tel récit. Par exemple, les Iroquois racontent l'histoire d'un grand guerrier et orateur habile appelé Hiawatha, qui, voyageant avec le mystique Deganawidah, a négocié les traités qui ont établi leur confédération. Il a préconisé de nouvelles cérémonies de deuil pour commémorer les guerriers perdus - et pour remplacer les guerres de vengeance.

Le nouveau récit a été renforcé avec des symboles matériels, apparentés à une devise ou à un drapeau, sous forme de ceintures des perles faites en wampum, la monnaie des Iroquois. Une ancienne ceinture de Hiawatha, datant du XVIIIème siècle (probablement une copie des premières ceintures), contient les symboles des cinq nations - Senaca, Cayuga, Onondaga, Oneida et Mohawk - tout comme le drapeau des États-Unis contient des étoiles qui représentent chacun de ses Etats. La ceinture témoigne aussi du statut de Hiawatha en tant qu'ancêtre de la confédération.

Les drapeaux peuvent être un symbole qui inspire davantage un destin commun, mais la plupart d'entre nous ne les brandissent pas à la ronde et beaucoup de gens ne les affichent jamais, sauf peut-être lors d'événements sportifs importants ; leur origine, enracinée dans des idées de bataille, peut aujourd'hui nous gêner par leur caractère agressif. Il existe un drapeau de l'Union Européenne, mais on le voit rarement en dehors des bâtiments du gouvernement de l'UE.

Un instituteur britannique a bien exprimé le sentiment en 1910 : "Nous suspectons l'homme qui parle de patriotisme et d'impérialisme, tout comme nous suspectons celui qui parle de religion ou de choses qui ont la plus haute valeur dans la vie. Nous le voyons comme un fumiste ou une personne peu profonde, qui n'a pas réalisé l'insuffisance des mots pour exprimer ce qui est de la plus haute valeur."

Mais la devise nationale, que nous exhibons à chacun de nos achats en espèces, n'éveille aucun soupçon de cette sorte. Ainsi la devise fonctionne comme un rappel d'identité constant, sinon latent. En l'utilisant, chacun fait l'expérience psychologique de participer avec d'autres à une institution commune, et de développer de ce fait un sentiment de confiance en l'effort et en nos collaborateurs.

Chaque union monétaire choisit des symboles de valeurs culturelles communes pour ses pièces de monnaie et ses billets de banque, et ces symboles deviennent une partie du sentiment d'identité partagée. Nous voyons si souvent des visages humains sur les billets de banque, qu'ils finissent par nous devenir familiers, en créant ce que le politologue Benedict Anderson a appelé "la communauté imaginée" qui sous-tend et alimente un sentiment de nationalité.

Les billets de l'euro sont illustrés par des ponts, tels qu'ils sont apparus dans l'ensemble de l'Europe à diverses époques, plutôt que par des images des structures réelles qui pourraient sembler impliquer un respect préférentiel envers certains pays. La ville de Spijkenisse aux Pays-Bas est en train de construire chacun des sept ponts représentés sur les billets de banque de l'euro. Les ponts demeurent bel et bien des symboles de culture européenne, vraisemblablement partagés par tous les Européens.

Comme la technologie électronique moderne n'éliminera pas de sitôt les billets de banque en papier ni les pièces de monnaie, nous avons donc bien le temps de nous servir de la valeur symbolique d'une devise commune. En effet, même si la zone euro disparaissait, chaque pays européen pourrait adopter une devise différente tout en maintenant des symboles communs. Par exemple, il pourrait y avoir un euro grec, un euro espagnol, etc. Les billets pourraient même être illustrés par les mêmes images de ponts.

Même les transactions électroniques devraient pouvoir produire des symboles de paix, de confiance et d'unité. Le fait est que si l'Europe peut préserver la vitalité de ces symboles, alors même une dissolution de la zone euro n'aura pas les graves conséquences politiques prédites pour l'Europe par de nombreuses personnes.

Robert Shiller, professeur de sciences économiques à l'Université de Yale, est co-auteur, avec George Akerlof, de "Les esprits animaux : Comment les forces psychologiques mènent la finance et l'économie".

Copyright Project Syndicate
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2012 à 12:50 :
ce monsieur nous raconte n'importe quoi. les symboles des billets euros sont vides de sens. si effectivement les représentations y figurant renvoi a un symbôle en propre, ils ne renvoient a aucune expérience collective. c'est un symbole sans réalité historique derrière. quel genre d'humain pourrait d'identifier a des ponts et de fenêtres.
ce que montre ces billet, c'est au contraire, la volonté de rayer d'un trait de plume 2000 d'histoire partagé. on aurait pu choisir au hasard, des personnage illustre de l'histoire européenne (évitant l?écueil des conquérants), comme Galilé, Dante, Goethe....Personnages enseigné a l'école, même en France. on aurait alors compris que notre civilisation résulte de l'apport de chaque pays. Mais non, il a fallu un style déshumanisé de la chose, a l'image de la technocratie européenne: froideur des couleur, trait rectiligne, style dépouillé....
a écrit le 22/03/2012 à 12:17 :
Visiblement, l'auteur surestime les chances de survie de l'Europe en cas de dissolution de l'Euro. La construction de l'UEM est quasiment un des seuls projets qui aient marché, et on se rend compte aujourd'hui qu'une dissolution de l'Euro aurait un coût innaceptable. La disparition de l'Euro réduirait donc à néant tous les espoirs de construction commune pour facilement 50 ans, et ce n'est pas des images communes de ponts sur des mmonnaies nationales qui les remplaceraient.
a écrit le 22/03/2012 à 12:07 :
"Il existe un drapeau de l'Union Européenne, mais on le voit rarement en dehors des bâtiments du gouvernement de l'UE."
Erreur! Ce drapeau (bleu avec 12 étoiles) se trouve sur tous les bâtiments publics francais (y compris les amabassades/consulats de France à l'étranger, lors des conférences de presse des représentants de l'Etat francais etc.
Maintenant, oui, il faudrait nous expliquer pourquoi ce n'est pas le cas de TOUS les pays de l'UE.
Réponse de le 22/03/2012 à 12:30 :
non, il n'est pas sur tous les bâtiments publics de la république
Réponse de le 24/03/2012 à 11:13 :
il est ecrit: Il existe un drapeau de l'Union Européenne, mais on le voit rarement en dehors des bâtiments du gouvernement de l'UE.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :