Une victoire historique de Narendra Modi et de la droite hindouiste

 |   |  1000  mots
(Crédits : Reuters)
Quelle peut-être l'orientation de la nouvelle majorité au pouvoir en Inde? L'orientation pro-business du nouveau premier ministre, Narenda Modi, ne pourra porter ses fruits qu'à long terme. Par Philippe Humbert, consultant en entreprise et analyste politique

 Au delà même de ce que laissaient prévoir les sondages à la sortie des urnes dès le 13 mai , le BJP ( Parti du peuple indien ) et la coalition NDA ( National Democratic Alliance ) sortent largement vainqueurs des élections générales indiennes, mettant fin à dix ans de règne du Congrès. Sans attendre la publication officielle des résultats par la Commission électorale en fin de soirée , il est clair que le succès du BJP est très net : il dépasserait  à lui seul la majorité absolue au Parlement indien ( 272 sièges ) avec 281 sièges et sa coalition NDA atteindrait 332 sièges. Le parti du Congrès serait réduit à 46  sièges et sa coalition UPA ( Union for a Progressive alliance ) à 59 sièges , malgré le fait qu'en termes de voix , le Congrès recule marginalement de 26 % en 2009 à  24   %  environ en 2014 , à comparer avec 35% environ pour le BJP ; le score du Congrès en termes de sièges est le plus faible depuis l'Indépendance.

Le mode de scrutin  électoral majoritaire à un tour  conduit , en effet , en Inde comme ailleurs , à amplifier très fortement les gains  en sièges du parti dominant face à des concurrents divisés. Le parti AAP , nouveau venu qui avait fait une entrée spectaculaire à Delhi en décembre 2013 , gagnerait 4 sièges seulement dans l'Etat du Punjab.;

 Une expérience démocratique d 'une ampleur inégalée dans le monde

 Les élections se sont déroulées sur cinq semaines .Le nombre d 'électeurs dépasse 815 millions et près de 560 millions ont effectivement voté , soit une participation record de 66.40 % , sans incident notable . Le vote a été  assuré par plus de 1.800.000 machines  à voter électroniques réparties dans tout le pays, le comptage final étant réalisé en quelques heures à partir du 16 mai , dès 8 heures du matin.  Les distances parcourues par les leaders de partis se comptent en centaines de milliers de Kms ( plus de 400.000 pour N Modi ! ) et les grands meetings par centaines .

 Une victoire personnelle de Narendra Modi

 Narendra Modi a conduit une campagne extrêmement personnalisée , de type présidentiel , dotée de moyens financiers considérables , et utilisant toutes les ressources modernes de communication ( réseaux sociaux , diffusion simultanée par hologrammes 3D de ses meetings en nombreux points du pays ..) , porte à porte massif par des millions de  volontaires recrutés par internet , quadrillage et marquage systématique des concurrents et en particulier de Rahul Gandhi. .N Modi a su également polariser l 'électorat sur deux objectifs simples : le développement économique ( mettant en exemple l 'Etat du Gujarat ) , et la bonne gouvernance, faisant ainsi oublier les thèmes du nationalisme hindou , plus ou moins fondamentaliste, porté par l'organisation dite "culturelle " RSS , mère du BJP, dont il a été pendant 17 ans un membre actif , et aussi le rôle trouble joué lors des émeutes anti-musulmane de 2002 dans sa ville d'Ahmedabad.

Originaire d'une basse caste

Mettant en avant sans cesse son origine de basse caste et son emploi de vendeur de thé dans sa jeunesse, il a passé un message fort à l'immense classe sociale située entre les couches pauvres de la population et la vraie classe moyenne, ces centaines de millions de personnes impatientes et se sentant négligées par le Congrès dont les programmes sociaux massifs ne concernaient que les couches les plus pauvres.

Le thème économique et son image de "business friendly ", bien adaptés aux attentes du monde des entreprises et des couches urbaines, lui ont assuré dès le départ le soutien actif de toute la communauté d'affaires et des médias associés .

 L'échec de la  stratégie du front du sécularisme

 Le Congrès avait utilisé avec succès en 2004 et 2009 la stratégie de l'alliance des partis laïques , dits "secular ", refoulant ainsi le BJP et son idéologie fondée sur les valeurs de l'hindouisme. Il semble qu'un déplacement des valeurs  déjà perceptible lors des élections intermédiaires, se confirme. Les attentes sont davantage marquées par l'opportunisme, plus que par les valeurs de redistribution portées par un Congrès usé par 10 ans de pouvoir, affaibli par le ralentissement économique, discrédité par les scandales et miné par une crise de leadership. Il est possible aussi que le parti AAP dont l 'unique thème initial était la lutte contre la corruption ait contribué à nuire fortement à l'image du Congrès, parti au pouvoir, donc suspect tout désigné . Dans les tous derniers jours , le Congrès a désespérément entretenu l'espoir d'un front "secular" anti BJP, mais le rapport de forces a pulvérisé cette perspective .

 Un Etat tout BJP ?

 Au soir du 16 mai , le BJP a la capacité de gouverner seul , sans alliés ( sauf au Sénat ). Il faut s'attendre à un fort renouvellement du personnel politique, à des mesures symboliques spectaculaires. Au-delà du fait que le futur gouvernement bénéficiera de la stabilité, assurément un bienfait pour le pays, les incertitudes sont multiples : N Modi saura-t-il résister à la pression de son aile fondamentaliste et au RSS qui réclamera une rétribution pour sa contribution indéniable à la victoire?  Y a-il- un risque de voir une résurgence des tensions entre les communautés , en particulier avec la minorité musulmane ?

Sur le plan économique, les dividendes en termes de croissance d'une politique favorable aux entreprises, de grands travaux ( N Modi a promis d'accélérer radicalement la création d'infrastrutures ), d'une ouverture plus grande aux investissements étrangers ( qui reste à démontrer ) seront nécessairement longs à se manifester ; le "modèle " du Gujarat ne sera pas facilement transposable à l' ensemble du pays,où les défis de l'urbanisation, de l'énergie, de la démographie sont gigantesques .

Quid  aussi des grands sujets de société civile et de la politique étrangère , pratiquement absents de la campagne ? Sur les décombres du 16 mai , le Congrès doit se reconstruire , avec ou sans la famille Gandhi

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :