Pétrole : sale temps pour les dictateurs

Les cours pétroliers sont-ils manipulés par les Américains, au détriment des dictateurs? En tous cas, la politique monétaire américaine n'est pas étrangère à l'évolution des prix du brut. Par Michel Santi*
(Crédits : DR)

Entre 1972 et le début de l'année 1981, les prix pétroliers avaient plus que quadruplé, puisqu'ils étaient passés de 18 dollars pour atteindre 86 dollars le baril en janvier 1981, au démarrage de la présidence Reagan. Ils avaient pourtant connu une stabilité remarquable ente 1950 et 1972 car ils s'étaient maintenus autour de 18 dollars. En réalité, le catalyseur de cette flambée des tarifs pétroliers fut l'effondrement du billet vert, principalement provoqué par les dérapages extrêmement coûteux de la guerre du Vietnam.

Cette même période - soit les années 1970 - fut également l'apogée de la puissance soviétique, confortée bien sûr par l'envolée des prix énergétiques. Le summum de leur influence étant matérialisée et attestée par une Opep annonçant, en décembre 1978, une majoration étalée sur douze mois de 15% des tarifs pétroliers, qui devait saper totalement la présidence de Carter qui accéda au pouvoir en 1979, soit l'année de la chute du Shah et du démarrage de la guerre sanglante entre l'Iran et l'Iraq. Avec Khomeiny pour allié objectif (comme on dit dans cette région, « les ennemis de mes ennemis sont mes amis »), l'hégémonie de l'Union Soviétique était donc directement proportionnelle aux prix du pétrole.

 Années 1980: hausse des taux d'intérêt et chute des cours pétroliers

Par la suite, ce n'est qu'à la faveur d'une combinaison gagnante Ronald Reagan-Paul Volcker que la détermination politique du premier et la lutte farouche du second (président de la Réserve fédérale) contre la faiblesse endémique de sa devise que les prix du pétrole devaient connaître une chute spectaculaire. Le pétrole étant libellé en dollar, la remontée des taux américains - jusqu'au niveau historiquement record de 21.5% à fin 1980 - fut donc accompagnée d'une flambée du billet vert, d'un prix du baril revenu autour des 28 dollars vers la fin des années 1980, et d'une désintégration concomitante de l'Union soviétique. Pendant que Volcker faisait généreusement usage des formidables munitions de sa Fed afin de juguler l'inflation et de rétablir la crédibilité de sa monnaie, Reagan, pour sa part, exploitait habilement l'arme pétrolière pour précipiter le « Grand Satan » dans la banqueroute.

 Années 2000: baisse des taux et hausse des cours du pétrole

Avec l'implosion de la bulle des valeurs technologiques en 2000 et celle des subprimes en 2007, c'est l'action inverse qui fut entreprise par la Réserve fédérale, qui devait même se lancer en 2008 dans les baisses de taux quantitatives - c'est-à-dire dans la création monétaire intensive - afin de renflouer des acteurs économiques et un secteur bancaire grevés de dettes. Stimuli qui propulsèrent logiquement les prix du pétrole qui atteignirent 144 dollars le baril en juillet 2008, à peu près au moment où Poutine se préparait à envahir la Géorgie...

Du haut de la croissance russe, de l'ordre de 7% entre 2000 et 2008, le président Poutine était néanmoins parfaitement conscient que, les ressources naturelles constituant près du tiers du PIB russe, le dynamisme économique de son pays fut quasi entièrement redevable à l'envolée des prix énergétiques pendant cette même période. C'est parce qu'il se rend compte que les tarifs énergétiques échappent totalement à son contrôle, et parce que le vent tourne aujourd'hui du fait d'une dépréciation spectaculaire des prix du baril, qu'il durcit le ton et accentue à l'intérieur sa propagande anti-occidentale.

Croissance russe en berne

De fait, une écrasante majorité de ses concitoyens est persuadée que la baisse conséquente des prix du pétrole ces derniers mois est la résultante de manipulations américaines et européennes face à ses expéditions militaires en Crimée et en Ukraine. Toujours est-il que la mièvre croissance russe attendue en 2015 à 1,2% est d'ores et déjà remise sérieusement en question car basée sur un baril à 100 dollars. Le budget annuel de l'État n'est-il pas dépendant - pour moitié au moins - des recettes gazières et pétrolières, elles-mêmes également anticipées à 100 dollars le baril ? Les exportations russes ne dépendent-elles pas à près de 70% des hydrocarbures ?

Malheureusement pour le peuple russe, son économie est donc sur le point de sombrer dans une récession sévère. Trente ans après Reagan, le pétrole reste une arme: la plus déterminante et la plus efficace pour venir à bout des dictateurs, et des terroristes levantins ayant fait main basse sur les réserves et puits de la région.

- - -

 Michel Santi est directeur financier et directeur des marchés financiers chez Cristal Capital S.A. à Genève. Il a conseillé plusieurs banques centrales, après avoir été trader sur les marchés financiers. Il est l'auteur de : "Splendeurs et misères du libéralisme", "Capitalism without conscience" et "L'Europe, chroniques d'un fiasco économique et politique".

Sa page Facebook et Twitter.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 28/10/2014 à 23:46
Signaler
Petite correction concernant l'accession au pouvoir de Carter : c'etait en 1977 après les élections de novembre 76.

à écrit le 28/10/2014 à 7:23
Signaler
Il parle de qui ? De François Hollande ? De son côté, tout baigne: il est logé au chaud, tout frais payés et protégé par la garde présidentielle ; il s'enrichit. Il a déjà accumulé + 1 million d'euros de patrimoine "au service des Français" ou plutôt...

le 28/10/2014 à 10:05
Signaler
FH dictateur, maintenant... et Poutine, et Orban? Le sens de la mesure, c'est pour quand?

à écrit le 27/10/2014 à 23:01
Signaler
Les tarés de l'Etat Islamique sont aussi dépendants du pétrole, comme Assad, Poutine et l'Iran. La Chine cale et voit arriver l'éclatement de sa bulle immobilière qui consommait une énergie colossale, tout cela nous amène à un ré-équilibrage en faveu...

à écrit le 27/10/2014 à 18:49
Signaler
Nous aurions donc le choix entre un communiste qu'est Obama et un dictateur qu'est Poutine. Bizarre, cette "analyse"...

le 28/10/2014 à 9:50
Signaler
C'est du second degré, je suppose...

à écrit le 27/10/2014 à 14:46
Signaler
la baisse est liee a l'exploitation de gisements petrole lourd et du ralentissement provisoire de la chine.... le seuil de rentabilite du lourd etant a 80 dollars, on sait quelle heure il est de ce cote... quant a la chine, avec une classe moyenne de...

le 27/10/2014 à 15:07
Signaler
La Chine exportatrice ne peut créer de la croissance si l'Europe est en récession et l'Amérique en stagnation.

le 27/10/2014 à 18:25
Signaler
les chinois ont compris le pb il y a qques annees et reorientent leur insoutenable politique basee sur l'unique export... a juste titre, vu que le potentiel... est chez eux.... cela dit on ne passe pas d'un pays moyen ageux a un pays developpe ' pou...

à écrit le 27/10/2014 à 14:38
Signaler
Vu les résultat économiques très modestes de l'Amérique du Nord qui a, comme par inadvertance, oublié de lancer des projets d'infrastructures de modernisation pour améliorer la productivité, il ne faudra pas trop compter sur eux pour relancer. Les a...

le 27/10/2014 à 15:14
Signaler
Bière : faire du Roosevelt, il faut le faire complètement ou ... pas. Prendre un seul morceau, ça ne marche pas.

le 27/10/2014 à 18:27
Signaler
roosevelt a colle un impot anti sales riches qui fait saliver les socialistes francais ( 90% de memoire)... le seul hic c'est que ca rapportait 0 dans mes cours de politique economique on m'apprenait qu'il fallait etre pragmatique, comme en entrepri...

le 27/10/2014 à 18:51
Signaler
Churchill : c'est clair : tu n'as pas eu les bons cours. Mais je te rassure : nos profs d'éco qui dispensaient aussi en école de commerce savaient que le baratin commercial n'aurait pas vraiment plu dans notre formation de gestionnaire.

à écrit le 27/10/2014 à 14:12
Signaler
La propagande anti-occidentale ne serait que corolaire au prix du Pétrole, et pas lié au comportement des occidentaux eux même ? Irak, Afghanistan, Libye, Guantánamo, que de belles histoires a raconter aux enfants ??

à écrit le 27/10/2014 à 13:39
Signaler
En voyant s'effondrer les chiffres de croissance en Allemagne et en Europe on aurait pu facilement remplacer dans votre texte "Allemagne" a la place de "Russie" et "Merkel" par "Poutine". Une récession est elle plus profitable a un continent surendet...

à écrit le 27/10/2014 à 13:03
Signaler
la baisse actuelle a peut-être aussi l'accord bienveillant de l'OPEP, qui pourrait stabiliser le cours à 100 si elle le voulait (ou en avait besoin). Mais plus de 50% de sa production est dirigée par des états sous protectorat americain (libye, irak)...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.