Logement : il faut sortir la France de l'enfer !

 |   |  1258  mots
(Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
Les mises en chantier de logement sont bien loin des objectifs affichés par le gouvernement. Trêve de paroles, il faut des actes ! Par Raymond Le Roy-Liberge, Président du Groupe Immobilier Les Provinces.

On connaît sans forcément savoir la lui attribuer la devise du Surintendant Fouquet, ministre des Finances de Louis XIV : "Quo non ascendet ?" (Jusqu'où ne montera-t-il pas ?). L'origine en est simple : en vieux français, le fouquet était un écureuil. On aurait envie que cette devise convienne à la courbe des mises en chantier et des ventes de logements neufs en France... C'est l'inverse. Il faut retourner à l'année 1947 pour retrouver une si faible production, et encore les besoins étaient-ils bien moindres et par conséquent la contre-performance moins insupportable pour le pays. Au lieu de cette belle question, c'est plutôt "Quo non descendet ?" qui conviendrait à la promotion privée comme à la construction de maisons individuelles et au logement social. La production poursuit sa descente en enfer.

Le secrétaire d'Etat à la simplification, Thierry Mandon, intervenant devant la profession en clôture des récentes journées de la Fédération des promoteurs immobiliers, a amorcé son propos en disant combien il était attristé par les très mauvais chiffres de la construction révélés par le ministère du Logement lui-même. Le pays est descendu à 266 500 mises en chantier...pour un objectif de 500 000, faut-il le rappeler. Les entreprises du bâtiment auront licencié sur deux ans près de 60 000 personnes. La désolation de Monsieur Mandon est sincère...mais est-elle encore de saison ? Le stade de l'abattement n'est-il pas périmé ?



Des décisions sans effets

Comment les responsables politiques qui ont contribué à ce résultat peuvent-ils encore dormir la nuit et s'exprimer en gardant quelque crédit, qu'ils aient été dans l'exécutif ou qu'ils aient joué les premiers rôles au parlement ? Quand l'actuel gouvernement va-t-il rendre opérationnel la cause prioritaire qu'est le logement ? A certains indices, on aurait pu penser que la prise de conscience était bien là. Ainsi, le Premier ministre lui-même est sorti du bois et a bâti avec sa ministre du logement un plan de soutien il y a quelques mois. Seulement voilà : les faits sont têtus et les décisions prises ne suffisent pas... pour celles qui ont été suivies d'effet !

Car pour un dispositif Pinel qui a vu le jour ou un PAS (Prêt à l'Accession Sociale) dont les plafonds de ressources des éligibles ont été rehaussés, combien d'annonces sont-elles restées sans suite ? Quid de la mobilisation du foncier public ? Quid de la révision des normes de construction, dont la plus coûteuse, celle qui concerne l'accessibilité aux handicapés ?

Pourtant, le logement neuf rapporte

Autre paradoxe : on apprend que le gouvernement a missionné il y a un an trois corps d'inspection, le Conseil général de l'environnement et du développement durable, l'inspection générale des affaires sociales et l'inspection générale des finances pour traquer les dépenses excessives de la politique du logement et leur faire un sort. Au demeurant, le rapport fait flèche de tout bois et vise indistinctement le logement privé, le logement public et jusqu'à la rénovation énergétique, s'offrant le luxe d'être à contre-courant de l'un des choix politiques majeurs de la France et du monde.

De quoi parle-t-on ? D'un budget de l'ordre de 45 milliards d'euros de dépenses (dont plus de 20 d'aides personnelles), ou de 45 milliards d'euros d'investissement ? La preuve a été faite en octobre 2014 par un excellent rapport du cabinet Fidal, mandaté par la Fédération des promoteurs immobiliers pour estimer la situation fiscale de notre pays quant à l'immobilier, que le logement neuf rapportait à l'Etat bien plus de 60 milliards d'euros par an. La logique comptable a pour ainsi dire étouffé le secteur, qui raisonne en ne voyant que les moindres rentrées ou les débours en année n, sans voir les retours à vingt-quatre mois ! Jusqu'à quand la laissera-t-on dicter sa loi... et inspirer les lois de finances ?


Un rapport qui oublie l'essentiel

La publication du rapport des corps d'inspection, au pire moment qu'ait connu la construction depuis la guerre est un affront. Ce rapport, s'il avait l'ambition d'analyser vraiment l'action publique, aurait pointé pêle-mêle la complexité de l'acte de construire, le malthusianisme des maires alors que s'installe la réorganisation territoriale, l'inconséquence fiscale de l'Etat et des collectivités qui augmentent les droits de mutation, rendent impossible le rachat à même niveau et freinent la mobilité, la menace de la révision des valeurs cadastrales qui va faire exploser les taxes sur le logement, les gestes indélicats de la loi ALUR envers les investisseurs, ou encore la mise en accusation des PPP (partenariats public-privé).

Par-dessus tout, le rapport de ces prestigieux experts oublie l'essentiel : les aides au logement neuf sont d'abord là pour atténuer la douleur d'une pression fiscale insupportable. Ainsi, la même analyse du cabinet Fidal a démontré que la fiscalité immobilière en France y était plus lourde que dans le reste de l'Europe.

Les avancées de la loi Macron

Le rapport aurait aussi pu dénoncer l'instabilité fiscale permanente : combien de fois le dispositif de taxation des plus-values a-t-il été retouché depuis cinq ans ? Combien de fois le mécanisme d'incitation fiscale pour les investisseurs, que les inspecteurs des trois corps verraient bien retouché une énième fois, pour en passer le taux de réduction de 18% à 13% ? Combien de fois la TVA sur les travaux de mise aux normes énergétiques... que le rapport préconise d'augmenter de 5,5% à 10%, alors que les fédérations du bâtiment fondent leur espoir sur ce secteur ? Sans compter que le rapport propose des économies... déjà actées depuis que sa commande a été passée ! Ainsi, alors que les deux piliers essentiels à la construction sont l'investissement locatif et la primo accession, les aides à la pierre ont été rognées dans le budget pour 2015 de façon substantielle, le prêt à taux zéro a été recentré. On aurait pu attendre des auteurs qu'ils aient la pudeur de ne pas prescrire des saignées déjà administrées.

On doit à l'honnêteté de reconnaître des signaux heureux : le projet de loi Macron comporte des avancées en termes de simplification et d'allègement des procédures, ou en tout cas d'habilitation pour y parvenir par ordonnance dans les prochains mois. Il faudra que le parlement profite de ce véhicule pour aller plus loin et lever le maximum de freins à la construction ou à l'acquisition. Il serait heureux, enfin, que le ministère des finances, maintenant qu'il est prouvé que le logement lui rapporte, assortisse son action à celle des autres ministères.



Les laissés pour compte du logement

Les promoteurs ne sont pas familiers des grandes manifestations d'exaspération. Ils leur ont préféré jusqu'alors la persuasion paisible. La colère monte, non parce que les comptes d'exploitation des entreprises se dégradent - ce qui serait une raison suffisante -, mais parce que les ménages ne peuvent plus satisfaire leurs besoins en logement. Tous les segments de population paient un lourd tribut, et les plus fragiles basculent, finalement exclus du marché et laissés pour compte du logement.

Le pays vit l'enfer, et les pouvoirs publics ont le front de parler dans ce contexte de rationalisation budgétaire, pour preuve de leur cécité. Un peu comme un urgentiste qui recommanderait de la chirurgie esthétique au cardiaque agonisant. Indécent. Les professionnels de la construction n'ont pas perdu leur calme, et redisent inlassablement ce qu'il faut faire. Qui n'est pas fait et dont on continue à débattre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2015 à 21:03 :
Pour le logement, gare aux suppressions d'APL... on veut liquider la jeunesse française dont on s'ennorgueuillit du taux de chômage!
Les boomers européens sont de bons bourreaux de jeunes... qui d'ailleurs n'ont pas de droits avant 25 ans.
En France plus y a de chômeurs plus on est fiers!
On fait dans l'incompétent économique qui ne sait pas qu'on ne va pas en zone de monnaie forte en économie sous compétitive... voilà les ravages des européistes béats, du genre boomers losers à la petite moustache sous le nez, sans respect pour l'être humain, le travail ou les religions!
On nous sert les rivières sombres en terme de foyers fauchés!
Réponse de le 12/02/2015 à 22:39 :
"Pour le logement, gare aux suppressions d'APL..." : Avec ou sans APL, vous payez toujours le tiers de vos revenus... C'est là qu'est la plus grosse arnaque : Le cadeau n'est pas fait aux pauvres, mais aux bailleurs qui louent plus cher.
En présence d'APL, obligation du respect de la règle du tiers des revenus pour les loyers présents et futurs!
a écrit le 12/02/2015 à 20:29 :
Pour le logement, est-il en crise? Si le but est de ne rien faire pour les chômeurs depuis plusieurs années, pourquoi ferions-nous des logements puisque ça pollue? De la même manière on préfère mettre les employés du bâtiment au chômage... parce qu'un français ça pète et ça pollue. Surtout construisons bien cher pour miner les revenus des ménages! En quoi est-ce une politique de pouvoir d'achat? On construit sous les 300 000... c'est inédit! De la même manière que le mal logement, on fait dans la malbouffe, on importe du poulet 40% dans les cantines parce que la production qu'on a subventionnée est en pénurie. Et on paye mal les professeurs -30% de pouvoir d'achat. En revanche on défiscalise les fortunes et on joue à la spéculation par le gavage boursier. L'égoïsme du boomer dans toute sa splendeur! On fait du sous financement R&D et on fait fermer des sites de production avec les diplômés chômeur... l'anti développement économique!
On déteste l'être humain surtout en sud Europe, on fait le maximum du chômage!
a écrit le 12/02/2015 à 19:04 :
La construction de logement recule, comme les salaires… en moyenne dans l’ocde un prof gagne en début de carrière 28892 en parité de pouvoir d’achat contre 25928 en France pour un niveau plus élevé. Depuis 1980, les profs ont perdu 30% de pouvoir d’achat… pour un temps de travail qui augmente. Après 15 ans d’activité, le rapport salaire sur pib par habitant en PPA 2004 donne une moyenne ocde de 1,42 avec Allemagne 1,80 Belgique 1,60 Danemark 1,45 Corée 2,36 Japon 1,55 Finlande 1,46 Suisse 1,99 Pays-Bas 1,80 Luxembourg 1,39 Nouvelle-Zélande 1,47 Portugal 1,75 Ecosse 1,48 Espagne 1,61 Irlande 1,22 Angleterre 1,36 Grèce 1,33 Australie 1,36 Italie 1,18 France 1,17 !
a écrit le 12/02/2015 à 18:15 :
C'est un fait, il y a tellement de surfaces construites inoccupées,

ya pas besoin de construire du neuf,

yaqua optimiser les batiments vides,

la meilleure incitation, ce n'est pas les primes

la meilleure incitation, la plus efficace, c'est de taxer les surfaces construites vides,

car il faut bien comprendre que le construit vide coute de l'argent, beaucoup d'argent, aux collectivités, il faut leur maintenir les accès, les voiries, l'eau, tel, électricité, etc etc ...
Réponse de le 12/02/2015 à 18:50 :
y a des millions de logements vides en france !!
mais voilà, les français ne veulent pas habiter en province ou dans les petites villes !!
ils veulent tous paris, lyon, marseille,lille, nantes...
alors que faire ?
Réponse de le 12/02/2015 à 22:49 :
"mais voilà, les français ne veulent pas habiter en province ou dans les petites villes !!" : Le boulot est où? Vous pensez qu'on payera les retraites en convertissant par exemple les développeurs informatiques en caristes, technicien de maintenance, profs, etc. dans les petites villes?
Je cite uniquement ces exemples d'amis qui en ont eu ras le bol de vivre dans des cages à poule et ont donc décidé de gagner moins pour vivre mieux. Je fais l'impasse sur ceux qui se sont barré à l'étranger, sont revenus 6 mois et remettent vite les voiles.
On explique aux jeunes qu'ils doivent suivre le boulot, puis que c'est normal que papi se plaignent d'être imposable dans 80 mètres carrés en centre ville et que ses héritiers sont les seuls qui méritent une telle surface.
Il ne faut pas s'étonner que le travail et les entreprises foutent le camp quand on transforme la France en paradis pour retraités rentiers et fils à papa!
Des logements vides, il y a en a par milliers dans les grandes villes : On laisse ces ploucs spéculer sans les allumer de taxe!
a écrit le 12/02/2015 à 16:12 :
Prenons en exemple la ville d’Argenteuil qui se distingue par son imposition délirante.
3eme au classement national,avec pour résultat,un endettement abyssal,
et aussi une communauté de commune adverse,qui entrave toutes actions de Bati!!!
A cela s'ajoute l’extrême pauvreté des habitants,ce qui ne motive pas les promoteurs et investisseurs à construire en ce territoire hostile;
et puis ,ces fameuses normes,dont celle du thermique,ou celle des risques courus par les salariés;
bref ces Messieurs les rond de cuir avec les syndicats,concourent au chômage de centaine de milliers d'emplois.
Alors M.Mandon aura bien du mérite à faire réaliser une vraie simplification;
a écrit le 12/02/2015 à 11:38 :
200000 entrées légales / an sur le territoire national. Soit une ville comme Rennes à loger
a écrit le 12/02/2015 à 9:19 :
Bla bla bla.... L'état veut de l'argent pour se nourrir aux dépends du peuple et il prendra toujours le maximum. Pourquoi perdre son temps? Il ne faut pas investir en France puisque l'état considère que le gain lui appartient et que la propriété privée doit être sous condition. Il faut investir ailleurs et si on le peut, émigrer. C'est le mieux et le plus moral puisque l'état français est immoral.
a écrit le 12/02/2015 à 9:14 :
Le logement dispose d'une solution quasi disponible, plus de 1 million équivalents de logements sont soit inoccupés, soit sous forme de bureaux vides, de batiments logistiques et d'usines vides,

les bobos savent en faire des lofts,

alors pourquoi les collectivités locales ne seraient-elles capables d'en faire des logements ?

Pour inciter les spéculateurs dormants à les réhabiliter pour les remettre sur le marché, l'Etat et les collectivités locales n'ont qu'à taxer le plus lourdement possible tous les bâtiments, locaux vides, vacants,

et même les préempter, ou ordonner ou faire le travail de réhabilitation à la place et aux frais des spéculateurs récalcitrants
Réponse de le 12/02/2015 à 10:11 :
Transformer un supermarché en logement coute beaucoup plus cher que de le détruire et reconstruire dessus. La plupart de ces bâtiment n'ont pas d'isolation. Ils ont pour la plupart été fabriqué avec l'obligation d'y ajouter des climatisations soit pour compenser la chaleur produite par le nombre de personnes dedans, soit pour compenser la chaleur produite par les appareils y fonctionnant. Alors transformer ces locaux en habitation va demander une forte isolation thermique. Bon courage pour vos futur travaux si vous vous lancé et prévoyez de bon pulls pour les prochains hivers le temps de les finir par manque d'argent.
Réponse de le 12/02/2015 à 13:09 :
J'ai des appartements en location et je vis l'enfer. Locataires qui ne payent pas , depuis plusieurs mois ,impossibilite de faire quoi que ce soit durant l'hiver, frais d'avocats exhorbitants p. Je paye des impots et des charges alors que cet investissement me coute de l'argent et je devrai être oblige par dessus le marche de mettre mon bien en location! non mais ca va pas!
Réponse de le 12/02/2015 à 19:02 :
"J'ai des appartements en location et je vis l'enfer. Locataires qui ne payent pas , depuis plusieurs mois" : Vendez et arrêtez de vous plaindre!
Ils sont combien à louer des studios à plus de 500 euros à grand renfort d'APL payé par mes impôts pour venir se plaindre que des smicards ne payent plus?
Ils sont combien à louer des logements à plus de 1000 euros quand ils remboursaient la moitié 10 ans plus tôt?
Stop aux pleurnicheries : La fête est finie.
Réponse de le 12/02/2015 à 23:05 :
je ne fait pas dans l'humanitaire certres, je souhaite au minimum,ne pas perdre d'argent. C'est limpide, non? Ce n'est pas possible dans les conditions actuelles et donc je retire logiquement mes logements de la location (il resteront VIDES) et je n'investirait plus jamais dans le logement. Bonne Soirée Cher Monsieur.
Réponse de le 13/02/2015 à 8:45 :
"je souhaite au minimum,ne pas perdre d'argent. C'est limpide, non?" : Vos confrères investisseurs justifient leurs gains par la prise de risque. Jusque là, ce sont les impôts de tous qui les ont empêcher de perdre (2009 : "On a sauvé l'immobilier").
Pendant que vous perdez de l'argent, les jeunes nés payent 3 fois plus cher se loger que s'ils étaient né 15 plus tôt. L'argent ne tombe pas du ciel pour payer les PV immobilières et rentes des gagnants de l'immobilier. Alors, désolé de ne pas être très compatissant quand ce sont ceux qui ont voulu profiter de l'argent facile de l'immobilier qui perdent.
Sans investisseur pour acheter de l'immobilier à des prix délirants, pas de logement à des prix délirants.
a écrit le 12/02/2015 à 8:50 :
Les lobbies de l'immobilier travaillent certe dans la discrétion mais surtout pour leur intérêts! L'alibi qui consiste à dire qu'il faut "loger les français" est un leurre, ces constructions sont avant tout destinées à avoir une marge exceptionnelle due à un effet d'aubaine sans précédent, ces marges, les constructeurs les utilisent pour racheter des immeubles anciens en zone-ultra tendue (comme à Paris) pour faire des ventes à la découpe. On vend donc du neuf "Pinel" en province pour revenir avec le bénéfice tendre les marchés déjà hyper-tendus. Les statistiques sont d'ailleurs implacables la grande majorité des ventes neuves se font pour defiscaliser, c'est donc la classe moyenne qui peut pas acheter qui paye ces niches de riches. Joli modèle social.
Réponse de le 12/02/2015 à 11:20 :
repndre paris comme exemple pour parler du logement dans toute la france est simpliste. il est vrai qu'a lheure actuelle le rendement locatif n'arrives pas pas 8%. si vous devez faire un crédit sur 20 ans pour prevoir vos vieux jours, surtout ne le faîtes pas. Les jeunes et les immigrès se logeront dans les granges.
Réponse de le 12/02/2015 à 22:51 :
"il est vrai qu'a lheure actuelle le rendement locatif n'arrives pas pas 8%" : Et si on intègre les plus value latente? 150 à 300% sur 10 ans, ça fait vite atteindre les 8% par an non???
a écrit le 12/02/2015 à 8:15 :
baissons les taxes immobilieres, supprimons les APL pour que les loyers baissent donc le prix des appart et des terrains et laissons faire le marché.... il redeviendrait accessible au commun des mortels...
Réponse de le 12/02/2015 à 10:12 :
Et supprimons l'obligation des normes 2012 beaucoup trop cher et qui ont surtout été imposé trop tôt.
Réponse de le 12/02/2015 à 11:23 :
tiens j'ai parlé avec un constructeur de la région bordelaise qui m'a dit que lorsque le métier appliquait un surcoût de 20 000 euro sur une construction de 130 000 pour la rt 2012, cela lui en coutaît en fait 6000. Pourquoi lorsqu'un chaudière passe la frontière allemande pour arriver en france sont prix augmente de la même somme que l'aide associé?
a écrit le 12/02/2015 à 5:59 :
plutot que de construire il faut penser a mieux partager la ressource immobilière:inciter fortement ceux qui vivent seuls dans de grandes surfaces a accueillir de jeunes familles.pour cela un seul levier:la taxe!
Réponse de le 12/02/2015 à 6:28 :
Vraiment du n'importe quoi. Les mise en chantier, les contructions de logement, les renovations sont l'oeuvre d'investisseurs beaucoup plus que de l'etat. Si vous les taxez, ils n'y a plus de rentabilite et ils partent investir ailleurs que dans la pierre.
Réponse de le 12/02/2015 à 8:18 :
"Si vous les taxez, ils n'y a plus de rentabilite et ils partent investir ailleurs que dans la pierre. " : Et? Si l'immobilier retombe à sa valeur relogement, l'immobilier retrouvera gratuitement (sans dilapider l'argent public) des clients.
Que les investisseurs subventionnés partent investir dans les entreprises!
Réponse de le 12/02/2015 à 11:29 :
vous avez vu comment l'imposition fiscale à grimpé ces deux dernières années pour le logement? Dans une ville de banlieue parisienne, il faudra vous acquitter de 10 000 euro de taxes en moyenne pour une construction de 135 000 euro. On peux en faire des choses dans une maison avec 10 000 euro.
Réponse de le 12/02/2015 à 18:58 :
"Dans une ville de banlieue parisienne, il faudra vous acquitter de 10 000 euro de taxes en moyenne pour une construction de 135 000 euro." : Sur un terrain à 300 000 euros, les impôts et taxes sont négligeables.
Ras le bol de payer les infrastructures pendant que papi ne paye pas de taxes sur ces PV immobilière.
Vos 10 000 euros, ils partiront de toute façon dans le prix tant que vous payerez ce que vous pouvez payer. Pour que ça cesse, il faut qu'on arrête de vous demander de subventionner la concurrence avec vos impôts.
a écrit le 12/02/2015 à 4:22 :
L’économie du logement est un problème réel : l’Etat ne construit pas de logements alors que 800 000 jeunes arrivent dans la vie active et les prix ont été augmentés de façon spéculative ce qui conduit à des problèmes dans de nombreux pays. On parle d’une crise des subprimes… On voit en Espagne ce que des abus spéculatifs provoquent, avec une société à 25% de chômage. Mettront-ils en retraite les boomers ? Pour la question des déficits, leur paiement reste en suspens… alors que le chômage augmente, on ne règle pas la question. Quel progrès y a-t-il à faire baisser les salaires ? En Allemagne on ne voit pas de troubles financiers tels qu’on les a observés au Japon par exemple. La belle Europe que voilà !
a écrit le 12/02/2015 à 3:13 :
Pour les logements, l’augmentation des prix intervient-elle dans les salaires comme le temps de travail dans les impôts ? Si on regarde ce que gagne un instituteur premier échelon en 1960 il est à 8000 brut en euros constants 2004, encore faut-il savoir ce que signifie euro constant, il est plutôt inconstant. En 1980, 16500, en 1995, 18000 et en 2004, 18000. Pas de gain de pouvoir d’achat mais une perte alors que le différentiel brut net augmente. Sans oublier les impôts. En 2014, après 15,8% d’inflation depuis 2004, on devrait atteindre 20844 net, soit 1737. On trouve 1754 brut. Pour un capes, niveau master on trouve 1496 net… Pour un maître auxiliaire niveau master on trouve 1478,97 n’oublions pas les virgules en brut ! Et on vous sort des contrats en tiers temps sans contrat en cdd 4 mois ! En revanche on note pour l’industrie chimique par défaut d’investissements rd voire de normes impossibles type reach, on aurait 50 000 emplois annoncés en fermeture… On fait des logements plus chers et des salaires plus bas ?
Réponse de le 12/02/2015 à 8:23 :
"On fait des logements plus chers et des salaires plus bas ? " : Pas d'inquiétude, il y a les APL qui permettent de payer 600 euros par mois quand on gagne 1200 euros ("vous en avez pour 400 euros de votre poche"). Attention l'effet inflationniste n'est pas prouvé!
a écrit le 12/02/2015 à 1:59 :
Certains parlent d’enfer fiscal, mais le déficit n’est pas couvert et la balance se dégrade. Enfer pour les logements, il parait qu’en Allemagne ils coûtent moins cher et sont mieux équipés… on fait pénurie ?
Pour les salaires, on trouve qu’entre 1984 et 2004, les cadres ont gagné 0,2% en euro constants de 2005, les professeurs ont perdu 0,4% et les employés 0,1%. Le pouvoir d’achat n’augmente pas. Il s’agit seulement du net, pas du revenu disponible. Mais depuis ça baisse… le but est-il de mal payer les gens ? Ou bien on déteste la population ? Dans le classement des salaires professeurs, les français seraient 22ème sur 29. Et il faut tenir compte du déficit…
a écrit le 12/02/2015 à 0:52 :
On parle de la crise des subprimes, en quoi créer une pénurie de logement c’est du pouvoir d’achat ? Pourquoi paye-t-on les profs moitié moins que nos voisins ? Pourquoi fait-on des chômeurs et des fonctionnaires ? Pourquoi ne pas doubler le déficit et les impôts si ça relance ? Quels sont les droits des jeunes avant 25 ans, la subsistance est-elle assurée ?
Réponse de le 12/02/2015 à 1:39 :
pourquoi pourquoi pourquoi...pourquoi le feu ça brule et l'eau ça mouille..pourquoi pourquoi pourquoi...
a écrit le 11/02/2015 à 22:03 :
Il faut supprimer le permis de construire.
Réponse de le 12/02/2015 à 10:16 :
Surtout pas. C'est pas lui qui empêche la construction. Allez faire une estimation pour faire construire. Vous verrez que vous aurez du mal à trouver un constructeur qui fabrique JUSTE la maison à moins de 100 000 euros... A ça vous ajoutez le terrain, le notaire, les études... Et vous oubliez de faire construire...
a écrit le 11/02/2015 à 21:56 :
Sortir la France de l'enfer ? Ou sortir les infernaux de France ? C'est une démarche complémentaire.
a écrit le 11/02/2015 à 21:41 :
L'enfert , comment employer de tels terme dans notre pays , redevenons sérieux .
Sur une ville comme Rennes , le 1er bénéficiaire est la ville a raison de 800 à1500 euros de gain par M2 .
Cela s'appelle du socialisme , pour moi c'est du vol bien organisé
Réponse de le 11/02/2015 à 22:47 :
en meme temps, habiter à rennes, faut etre masochiste ou fonctionnaire...
a écrit le 11/02/2015 à 21:20 :
Ce qu'il faut faire est simple. Arrêter de fausser le marché immobilier. L'etat doit cesser immédiatement toute subvention au secteur immobilier. Cela n'a que 2 effets, et les deux sont néfastes et plombent la France. 1) Cela augmente artificiellement les prix, c'est du délire complet. 2) Cela augmente la dette abyssale de la France.
Réponse de le 11/02/2015 à 21:35 :
Tout à fait. Pour sortir de l'enfer, qu'ils se demerdent seuls sans argent publique pour une fois! Les prix sont tellement deconnectes des revenus...
Réponse de le 11/02/2015 à 21:42 :
cela ne va rien changer.
les dettes publiques viennent de l'éducation nationale et de l'armée, trop de fonctionnaires, trop de dépenses.
et pour faire baisser les prix, faut que les français arretent d'ahbiter en région parisienne ou dans les grandes villes, et arretent de divorcer, ce qui multiplie par 2 les besoins en logements
Réponse de le 11/02/2015 à 22:11 :
Les M² vacants représentent de 500 000 à 1 000 000 de logements,

yaqua les taxer pour forcer les spéculateurs à remettre leurs biens sur le marché,

c'est très vertueux car
- ça va doper la rénovation
- co-latéralement ça fera des rentrées de TVA
- l'effet sera immédiat sur l'emploi
- l'effet sera immédiat sur la baisse des prix de revente et de location
- l'Etat n'aura pa s besoin de s'endetter pour en construire du neuf
- c'est du développement durable car les batiments existent et il n'y a pas besoin de massacrer de nouveaux terrains
- pour les récalcitrants ils rempliront les caisses de l'Etat

c'est très vertueux.
Réponse de le 12/02/2015 à 6:35 :
@ Mecatroid, les subventions a l'investisement immobilier permet aux pouvoirs publiques d' intervenir moindre dans la renovation/contruction de logement. Pour ma part, je pense que les prives font un meilleuirs travail de gestion que l'etat. Par contre, c'est le fait que la rentabilite de l'investissemet immobilier est si mauvaise (DUFLOT) que nous arrivons a des situations de penuries...pas assez d'investisseurs. Alors, je vous pose la questions, est ce que l'arret des aides de l'etat vont permettre de faire revenir les investisseurs, Moi j'en doute.
Réponse de le 12/02/2015 à 6:58 :
@ Vacant, C'est du n'importe quoi. Speculateurs ce n'est pas ecrit sur le front, la grande majorite sont des gens qui achetent un bien immbolier pour leur retraites et pour donner quelques choses a leurs enfants. Ces investisseurs renovent les proprietes vetustes et pousse les mise en chantier. Ils font travailler artisans et payent la TVA.Taxer les investisseurs comme vous le demandez et vous n'aurez pas un cercle vertueux. On l'a vu avec le Duflot....
Réponse de le 12/02/2015 à 8:27 :
"des gens qui achetent un bien immbolier pour leur retraites et pour donner quelques choses a leurs enfants" : On cotise assez pour les retraités aisés sans servir de vache à lait dans l'immobilier pour qu'ils complètent l'héritage de leurs braves petits.
Ras le bol de la solidarité intergénérationnelle de tous qui finit dans les successions des fils à papi via la solidarité de clan.
Vous voulez la solidarité? Ne demandez pas le droit de vous goinfrer sur des biens de première nécessité!
Réponse de le 12/02/2015 à 11:39 :
"On cotise assez pour les retraités aisés sans servir de vache à lait dans l'immobilier pour qu'ils complètent l'héritage de leurs braves petits."A moins que les gens qui font cela volent l'argent qu'ils réinvestissent, ce que je ne crois pas, ils l'ont gagné, payés des impôts desus et le réinvestissent. Ils payent donc encore de la TVA, des cotisations sociales et des impôts. Vous pensez qu'ils devraient comme nos chers professeur parcourir le monde sur leurs gras congès et ainsi dépenser l'argent que l'état leur verse hors de france ? Au final quel est la personne la plus vertueuse pour notre pays ?
Réponse de le 12/02/2015 à 19:08 :
"A moins que les gens qui font cela volent l'argent qu'ils réinvestissent, ce que je ne crois pas, ils l'ont gagné" : Le prix de l'immobilier à flambé à grand renfort de subvention! Le vol est là : Ils n'ont pas payé 250 000 euros pour louer des appartements à 1000 euros, ils ont payé 80 000 euros au seul mérite d'être né plus tôt que les campagnards qui sont contraints de bosser dans des villes où la propriété est réservées aux héritiers.
"Vous pensez qu'ils devraient comme nos chers professeur parcourir le monde sur leurs gras congès et ainsi dépenser l'argent que l'état leur verse hors de france ? " : Là encore, vous parlez de quels professeurs? Les quinquagénaires multi-propriétaires où les jeunes qui peuvent à peine leur louer un studio en terminus de RER???
"Au final quel est la personne la plus vertueuse pour notre pays ? " : Le fils à papa qui fait la leçon aux professeurs quand il doit son appartement et sa boite à la famille? Excusez, j'ai plus de respect pour mes camarades de prépa qui ont eu les ENS que pour les ploucs qui empruntent 150 000 euros complété par 300 000 euros venant de papa et maman : Vous croyez qu'ils sortent d'où les prix moyens à Paris?
a écrit le 11/02/2015 à 21:18 :
Article de lobbying.
a écrit le 11/02/2015 à 20:57 :
faire partir fh et sa clique qui n'a eu de cesse de faire fuir les riches, les propriétaires, les investisseurs, et les financiers, pendant ses 2 premières années au pouvoir.
Les petites lois "micron" ne retabliront pas la confiance nécessaire
a écrit le 11/02/2015 à 20:52 :
tant que les français divorceront pour rien et auront besoin de 2 logements au lieu d'un suel, on sera coincés.
Réponse de le 12/02/2015 à 19:32 :
Ouais, c'est ça, supprimons les divorces et rendons les mariages obligatoires. Raz le bol des vieilles filles qui consomment du logement !
Même en Corée du nord ils n'osent pas appliquer vos propositions...
a écrit le 11/02/2015 à 20:50 :
Pas très convaincant ce promoteur ... 45 milliards de budget national pour des prix à l achat exorbitant, loyer monstrueux et des millions de mal logés, franchement pas besoin de la cour des comptes pour voir que le résultat n est pas à la hauteur des moyens publics engages. Ce budget là et celui de la formation pro sont iniques et si il y a des politiques structurelles à mener c est bien sur ces sujets , par ailleurs il ne me semble pas impossible de trouver un consensus transpartisan.
a écrit le 11/02/2015 à 19:16 :
Le foncier est dispo...

Dans la périphérie des villes il faut remembrer raser toutes les bicoques et refaire un plan type haussmann...

Pour cela il faut préempter les terrains et une volonté politique.

Quand ont voit à Paris l'état des certains biens immo on pleure....

Rasez donc tout cela et faîtes du neuf.
Réponse de le 11/02/2015 à 21:18 :
"Quand ont voit à Paris l'état des certains biens immo on pleure.... " : Je ne comprend effectivement pas qu'on laisse debout des immeubles aux fenêtres murés quand on impose le nettoyage des façades à d'autres...
Pour d'autres immeubles, ce ne sont pas les détecteurs incendies qui empêcheront les gens de cramer. Le meilleur dans cette affaire, c'est qu'on explique lors des diagnostiques que remettre aux normes électriques couterait cher aux locataires qui payent de toute façon ce qu'ils peuvent payer.
a écrit le 11/02/2015 à 18:29 :
il est ' tres attriste ' de voir que tout ce qu'on avait promis AVANT la loi duflop arrive UNE FOIS QUE la loi a ete votee et porte ses bons fruits justes et reenchantes?
il ne se foutrait pas de la gueule du monde par hasard?
il est aussi tres attriste que plus personne n'investisse en france pour avoir des menaces de nationalisation, prendre des insultes en permanence, se prendre du 75% ?
quand on voit les mesures depuis 2012 et leurs effets benefiques ""tres positifs"" ' conformes aux previsions', on se dit qu'il a bcp de raisons d'etre attriste !!!
a écrit le 11/02/2015 à 18:12 :
Il faut rappeler Cécile duflot.....
a écrit le 11/02/2015 à 18:10 :
Les locaux commerciaux vacants ne vont pas manquer dans le centre-ville de CAGNES-SUR-MER par exemple. Le Sénateur Maire à la curieuse idée de créer un Grandiose Centre Commercial qui va faire fermer tous les petits commerçants qui vendaient jusqu'à maintenant du prêt à porter. Ne va rester comme commerce dans le centre, que les agences immobilières, les banquiers, les mutuelles...
a écrit le 11/02/2015 à 18:03 :
Les gens qui achètent ici on un emploi classique vous savez.
Dans quelles régions soi-disant le secteur immobilier se porterait si mal ?
Cela m'intéresse.
Il n'y a pas que des Russes dans notre région. Idée Reçue Très Fréquente Chez Certaines Personnes.
a écrit le 11/02/2015 à 18:03 :
Pour le logement,

il y a une solution radicale qui sera redoutablement efficace et particulièrement économique :
Il s'agit de taxer très très lourdement tout l'immobilier vacant, les logements vacants, les bureaux vacants, les locaux commerciaux vacants, tout l'immobilier vacant ;

car en effet,

la taxation lourde de tous les locaux vacants pousserait les propriétaires spéculatifs héritiers et rentiers divers et variés à rénover et soit à louer soit à vendre,
ce qui aurait pour effet automatique de mettre sur le marché des volumes considérables de biens inertes depuis des années

1) de donner immédiatement du travail aux artisans et entreprises du bâtiment et travaux publics

2) de générer des investissements en rénovations et donc des recettes de TVA pour l'Etat

3) de créer des recettes fiscales énormes et immédiates, excellentes pour les finances publiques

4) de faire baisser les prix de ventes de l'immobilier

5) de faire baisser les prix des loyers

6) l'Etat et les collectivités pourraient ainsi réduire leurs dépenses en construction d'immobilier

7) l'Etat pourrait aisément se dispenser de subventionner à perte l'immobilier

Voilà des taxes lourdes immédiates bien ciblées sur l’immobilier vacant n'ont que des vertus
Réponse de le 11/02/2015 à 19:36 :
l'autre solution est de supprimer toutes les aides et de prendre cet argent pour construire massivement. l'effet sera considérable car si l'offre est supérieur à la demande tous prix baisseront et....il n'y aura plus besoin d'aide. cqfd
Réponse de le 12/02/2015 à 8:28 :
"il n'y aura plus besoin d'aide" : Les aides sont là pour maintenir les prix. Sans ça, il y a longtemps que les APL seraient actives uniquement si le loyer respecte la règle du tiers des revenus.
a écrit le 11/02/2015 à 17:56 :
réquisitionnez les résidences secondaires et de vacnce. il y en a de trop en france.
Réponse de le 12/02/2015 à 11:45 :
@floppy va aller habiter à l'année dans une station de ski ariégoise. Par contre en cas d'enneigement et de vacances scolaire, il va déménager et aller habiter dans une station balnéaire. Puis il viendra travailler à paris tous les jours.
a écrit le 11/02/2015 à 17:36 :
Au lieu de parler de la politique du logement on devrait plutôt regarder la myriade d'intermédiaires qui prennent marges sur marges rendant l'immobilier inaccessible . .
a écrit le 11/02/2015 à 17:33 :
L'enfer est pavé de bonnes intentions et cet auteur parait prêt à le construire ! La vie est dure... Ce n'est pas une raison pour se laisser aller à écrire des titres pareils.
a écrit le 11/02/2015 à 17:18 :
Encorer un promoteur qui vent sa soupe. En soit en ne peut pas lui reprocher. Mais il serait souhaitable que l article soit un peut plus honnete. On peut pas a la fois demander plus de subvention (defiscalisation Pinel, terrain public cede pas trop cher, pret pour solvabiliser artificiellement la demande (PAS) et apres raler sur les impots... Tout en faisant l exploit de ne pas mentionner la principale raison du marasme : les prix sont si haut que quasiment plus personne ne peut suivre. et ceux qui le peuvent attende que ca baisse ....
Personellement je serai pour l arret des subventions a l immobilier ce qui non seulement explosera la bulle et sera sain pour les finaces de l etat. Cerise sur le gateau , ca augmentera la competitivite de la France: car on peut pas payer quelqu un 100 s il lui faut 110 pour se loger !
Par contre, c est vrai que pepe ne pourra pas faire la culbute en vendant sa villa ...
a écrit le 11/02/2015 à 17:11 :
la cote d'Azur n'est pas la France. Heureusement, bonjour les ringards.
Mais il est vrai que cette région est parfaite pour blanchir l'argent sale, donc elle ne manquera jamais de projets immobiliers.
a écrit le 11/02/2015 à 17:03 :
vraiment lamentable dans ce secteur. C'était le premier à aider. Tout faux!
Plus de logements > créations d'emplois > baisses des prix > gains de pouvoir d'achat > hausse de la consommation des ménages > créations d'emplois.
C'est pourtant pas compliqué, un gosse de 15 ans peut comprendre.
Réponse de le 11/02/2015 à 20:53 :
t'attends quoi pour aller bosser dans le batiment avec tes gros bras ? que les autres le fassent à ta place ?
Réponse de le 11/02/2015 à 21:55 :
Aider le bâtiment ce n'est pas aider le logement... On pourrait construire 7 millions de logements par an que la pénurie n'en resterait pas moins identique. Il faut construire là où sont les besoins... Dans les 42-45 milliards de dépenses ( on croit rêver) ne sont comptées les dépenses induites; les salaires qui doivent suivre, les loyers des entreprises qui suivent, les investissements qui ne sont pas alloués... Alors oui dépensons plus, il n'y a que cela à faire...............
Réponse de le 12/02/2015 à 8:32 :
"t'attends quoi pour aller bosser dans le batiment avec tes gros bras ?" : Des logements de.50 mètres qui ne peuvent pas être acheté par des ménages à 3000 euros par mois, vous croyez que sert la cause des ouvriers du bâtiment?
Le vendeur du foncier encaisse plus d'argent que l'entreprise qui construit le logement là où la construction est au point mort : Ouvrez les yeux! Ailleurs, quand les terrains sont à 50 000 euros pour construire des maisons, les lotissements poussent comme des champignons!
a écrit le 11/02/2015 à 16:47 :
Soi-disant on licencie dans le secteur du bâtiment.
Sur la Côte Azur on a bien du mal à constater cela.
Les gens sérieux n'ont aucuns soucis à trouver un emploi.
a écrit le 11/02/2015 à 16:45 :
Sur la Côte Azur, les mises en chantiers de logements neufs sont innombrables vous savez.
Les gens n'ont aucun mal à revendre un logement, s'il est au prix réel du marché et pas surévalué comme le font beaucoup.
a écrit le 11/02/2015 à 16:20 :
Pour favoriser le logement il suffirait de réduire le cout du travail en augmentant le prix de l'énergie; mais les Français n'en veulent pas. Alors!
Réponse de le 11/02/2015 à 17:14 :
de diminuer les impots et taxes et diminuer le poids de l'état. Et le redémarrage de l'économie suivrait rapidement, mais les politiciens préfèrent s'engraisser que de relancer l'économie, ce qui leur permettrait aussi de s'engraisser, mais en travaillant un peu plus et en mentant un peu moins.
a écrit le 11/02/2015 à 16:14 :
Le chomage et le logement ne sont pas des priorités pour ce gouvernement ni les déficits.
La priorité c est la belle parole.
Ont aiment les sans logis ont adorent l entreprise ont veux tout faire pour les chomeurs.
BLA BLA BLA!
Réponse de le 11/02/2015 à 20:54 :
on t'attend y a plein de boites dans le batiment, viens bosser on verra si tu parles encore.
a écrit le 11/02/2015 à 16:13 :
Des idiots feraient une aussi bonne politique du logement!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :