Brexit : tous les scénarios restent ouverts

 |   |  582  mots
(Crédits : Henry Nicholls)
OPINION. La nouvelle date butoir octroyée au Royaume-Uni résout-elle toutes les incertitudes ? Si les banques ont anticipé de leur côté quelques changements, rien ne permet encore aux Européens de tirer leur épingle de ce casse-tête réglementaire. Par Ngoc-Hong Ma, avocate spécialisée en réglementation bancaire et financière, au sein du cabinet Linklaters.

Le nouveau délai accordé par les vingt-sept Etats membres de l'Union européenne repousse une nouvelle fois la sortie du Royaume-Uni à la date butoir du 31 janvier 2020. Il s'agit du troisième report du Brexit (après le 12 avril et le 31 octobre 2019) et tous les scénarios restent ouverts. Examinons en premier lieu le scénario d'un Brexit s'inscrivant dans le cadre d'un accord.

En cas de ratification de l'accord de retrait négocié le 17 octobre dernier entre Londres et Bruxelles, le Royaume-Uni pourrait encore sortir de l'Union européenne avant la date limite du 31 janvier 2020. C'est ce que le président du Conseil européen, Donald Tusk, appelle la « flextension ».

L'accord de retrait prévoit, après la sortie du Royaume-Uni, une période de transition courant au moins jusqu'à fin 2020 et au plus tard jusqu'à fin 2022. Pendant cette période, le Royaume-Uni continuerait d'être traité comme un Etat membre de l'Union européenne.

C'est l'idée d'une sortie sans rupture pure et simple. Pendant la période de transition, les établissements britanniques du secteur financier continueraient à bénéficier du « passeport européen », permettant la poursuite de leurs activités bancaires et financiers en Europe (soit en libre prestation de service, soit en libre établissement).

La vraie question qui se pose au long terme est de savoir : quelle est la suite après la période de transition ?

La déclaration politique annexée à l'accord de retrait prévoit certains engagements de Londres, notamment sur le respect des règles de concurrence équitables. Mais cette déclaration n'a pas de caractère contraignant. Tout reste donc encore à négocier.

Avec un Brexit sans accord, les impacts pour l'Europe seraient autres

Avec un « no deal », c'est en effet la perte du passeport européen pour les établissements financiers britanniques qui deviennent des établissements de pays tiers.

La plupart des grandes institutions financières s'y sont préparées. Certaines ont créé des filiales ou des succursales dans les capitales européennes afin de continuer à servir leurs clients européens après le Brexit. De grandes banques internationales ont ainsi déjà enclenché le transfert de certains de leurs effectifs. Elles ont remis en conformité leurs contrats (repapering) et ont parallèlement transféré une partie de leurs activités.

Ce processus de transfert chez certaines institutions a toutefois été ralenti du fait du manque de visibilité car les incertitudes sur le Brexit refont sans cesse surface. La sérénité affichée par les grandes banques qui se disent prêtes est donc relative.

Sans occulter les difficultés et coûts attachés à la préparation du Brexit, le plus dur n'est pas de s'y préparer mais c'est de savoir exactement à quoi il faut se préparer.

C'est la réduction des incertitudes qui pèse encore sur l'économie européenne, comme un frein au développement serein de l'activité économique, alors même que le climat général est au ralentissement de la croissance.

Nécessité d'un front uni

Pour limiter les effets négatifs du Brexit pour l'Europe, la France et les autres Etats-membres européens doivent continuer à présenter autant que possible un front uni. Le défi est double. Le premier écueil serait l'incitation à des arbitrages réglementaires entre Etats membres, l'opposé de l'esprit d'un marché unique des services financiers. Dernier point de vigilance dans les futures relations post-Brexit : l'obtention de garanties concrètes de Londres sur les conditions de concurrence équitables.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2019 à 2:04 :
Dans leur majorité les analyses ont un point commun : l'UE souffrira de façon importante du Brexit, qu'il soit "dur" ou "mou", et le Royaume-Uni en souffrira encore plus. Il faut maintenant beaucoup chercher pour trouver un analyste reconnu qui minimise l'impact désastreux du Brexit.
a écrit le 05/11/2019 à 18:20 :
Comme dit Bah, ce qui n'aura pas été négocié maintenant devra l'être plus tard.
Ce qui aura changé ce sont les forces des positions respectives de l'UE et de la GB.

Il est possible, voir probable que dans 12 mois l'Ecosse aura fait sécession et que l'Irlande du nord (où les unionistes sont en grande difficulté) sera en ébullition parce qu'un parlement rattachiste aura organisé un référendum sur la réunification de l'Ile d'Irlande.

On ne sait pas non plus où en seront les finances respectives et qui sera au pouvoir à Westminster. Mais sa force de négociation sera quasi nulle si le scénario décrit ici se réalise.
a écrit le 05/11/2019 à 11:53 :
Plus la finance se globalise, moins l'impact du brexit se fera sentir. Dans trois ans, la livre sterling aura remplacé la libra numerica en l'enrichissant de tous les services financiers. La finance, autrement dit la gestion des actifs monétaires et financiers, sera devenue une véritable industrie.
a écrit le 05/11/2019 à 11:50 :
Si les accords ne se font pas avant, ils se feront après.... nécessité fait loi!
a écrit le 05/11/2019 à 9:01 :
Allez plus que trois ans et en UE on roule à gauche !

C'est que attention hein, côté fermeté on est là !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :