Emmanuel Macron est un raider politique

 |   |  693  mots
Jean-Christophe Gallien.
Jean-Christophe Gallien. (Crédits : Reuters)
OPINION. Emmanuel Macron a inventé une forme politique, en lien direct avec ses précédentes activités de financier, et pourtant bien différente de la marque business de Donald Trump. Quatre enjeux majeurs structurent la matrice de l'approche disruptive et rapide du président français. Par Jean-Christophe Gallien, professeur associé à l'Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne, président de j c g a.

Emmanuel Macron est un raider politique. Il est pleinement de son temps. Outre-Atlantique, Donald Trump est davantage une marque business devenue médiatique se déployant désormais sur les marchés politiques et géopolitiques. Emmanuel Macron a inventé une autre forme, en lien direct avec ses précédentes activités de financier.

Son marché politique actuel est celui des élus

Soulignons que pour cette saison, son marché politique prioritaire n'est en rien celui du citoyen électeur, encore moins celui des Français qui se sont éloignés du jeu électoral. Son marché politique actuel est celui des élus. Et, avant tout, celui des élus municipaux. C'est sur ce terrain que depuis la crise des « Gilets Jaunes », il a activé une stratégie très agressive basée sur une série de raids ou d'« OPAs » plus ou moins amicales et parfois hostiles pour développer son audience politique et électorale.

L'enracinement territorial de la Macronnie

Quatre enjeux majeurs structurent la matrice de cette approche disruptive et rapide. Le premier c'est celui de l'enracinement territorial de la Macronnie et de son mouvement La République En Marche sur l'ensemble des géographies politiques de notre pays. Le deuxième, c'est de ramener des trophées municipaux depuis les capitales ou métropoles régionales : Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux ... des performances qui vont contribuer à enrichir une dynamique de victoire politique au delà de l'enjeu de l'enracinement.

Paris, l'élection totem

Le troisième enjeu c'est celui de Paris. L'élection totem de ce tour municipal. Et c'est presque un enjeu personnel pour le Président qui semble vouloir à tout prix faire tomber Anne Hidalgo. Gagner Paris alors que les 2 premiers enjeux ne seraient pas complétés et la Macronnie pourrait crier victoire. Ca n'est pas essentiel mais c'est important. Et l'on sent bien que le Président, qui ne croit plus aux chances des candidats natifs de la République en Marche Benjamin Griveaux ou Cédric Villani, pousse pour que son Premier Ministre s'empare du défi dans une alliance nécessaire avec la droite parisienne.

Prendre le Sénat

Le quatrième enjeu est celui du véritable troisième tour municipal, celui du renouvellement du Sénat qui devient un objectif central du développement politique de la Macronnie. On sent bien que la conquête rapide est possible tant Gérard Larcher se démène pour tenter de sauver ce qui reste de sa majorité. Il fait face à une véritable guérilla politique basée sur une approche stratégique et technique d'un nouveau genre, orchestrés depuis le binôme Elysée Matignon !

Le tout piloté par Édouard Philippe devenu le grand agent recruteur du Président.

Comme les raiders de la finance, on attaque fort et vite là où le terrain politique est fragilisé pour les sortants et les oppositions classiques. C'est l'exemple de Bordeaux. On investit des candidats et on fabrique des listes, parfois on négociera des alliances comme on s'associe entre start ups et marques déjà installées.

Qui résistera aux raids présidentiels ?

Ailleurs, on conduit une forme de croissance externe sur les bords droit et gauche de l'espace politique de la Macronnie. Cette fois, comme dans un mercato politique et électoral qui ne cesse de faire bouger les lignes, il s'agit de recruter élus sortants ou favoris pour qu'ils jouent sous les couleurs de La République en Marche en optant pour la marque présidentielle avant même le premier tour. Soit, et ce sera plus largement le cas, il s'agit de préparer et de fixer le ralliement post électoral dans un troisième tour municipal qui va voir des candidats, sans attache politique déclarée pour la campagne, une fois élus, choisir une marque politique de rattachement. Evidemment celle du Président. Emmanuel Macron invente et bouscule encore l'espace politique français. Il ne laisse aucun répit à ses concurrents. Qui résistera aux raids présidentiels ?

___

Par Jean-Christophe Gallien
Politologue et communicant
Président de j c g a
Enseignant à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2019 à 15:02 :
Monsieur Gallien, quand même, on dit Twix maintenant ! ^^
a écrit le 11/07/2019 à 13:35 :
Quand vous pensez a Macron, vous pensez a vous! Quand vous pensez GJ vous pensez a eux! Mais vous ne pensez jamais Macron en pensant a eux!
a écrit le 11/07/2019 à 10:02 :
Nous parlons en permanence de magouille politique comme si s'était le jeu de la classe élitiste mais jamais de démocratie sans ces intermédiaire! Demandez le R.I.C. pour "reprendre la main"!
Réponse de le 13/07/2019 à 17:01 :
On dit que le R.I.C. "fait peur" parce absolument nécessaire pour contrôler nos intermédiaires démocratiques, le pensez vous? Pourtant la Justice arrive toujours trop tard et le doute est toujours présent!
a écrit le 11/07/2019 à 9:22 :
E.Macron est peut-être un raider politique auprès des élus locaux, mais dans les élections ce sont les français qui se détournent de la politique qui VOTENT
a écrit le 11/07/2019 à 7:28 :
L’histoire de France retiendra ce grand dirigeant qui bouscule les portes rouillées et décoince les roues calées.
a écrit le 11/07/2019 à 4:11 :
gallien le cireur de pompes.....funebres. Il devrait savoir le petit prof que l'histoire a plus d'un tour dans son sac electoral. Micron sera retame aux prochaines elections.
a écrit le 10/07/2019 à 22:31 :
E. Macron est l'incarnation de la médiocrité politique actuelle: oui, c'est un "raider", qui a poussé à l'outrance la forme sur le fond, ou plutôt qui a recyclé un vieux fond giscardien, en le "marketant" à outrance, et le vendant en mode "pitch", "nudge", "growth hacking" et autres techniques "business-oriented". Bref, un bon fond d'ancien monde et une forme très nouveau monde: cocktail détonnant pour parachever la fragmentation de notre société. Et ça marche auprès de certains électeurs de la même façon qu'une lumière attire les moustiques avant de les griller.
a écrit le 10/07/2019 à 21:08 :
Personnellement je suis inquiet par notre président qui pense pouvoir tout contrôler/ matter a coup de raid, lbs, matraque, lois liberticides.
Espérons qu'il prenne le temps de relire l histoire des grands autocrate français et de leurs fin tragiques...
a écrit le 10/07/2019 à 20:03 :
Tout dans le virtuel , rien dans le concret! On génère des mots faute de mieux et l'on trouve cela très "terre a terre", nous n'avons pas les mêmes valeurs!
a écrit le 10/07/2019 à 19:51 :
Bel article, on a enfin un homme politique actif pour son pays et qui veut s'en donner les moyens. Le style parti socialiste après F. Mitterand, on a vu le galimatias que cela a donné. Aucune ligne d'action solide et sérieuse. F.Hollande en a représenté le summum et s'est fait mangé par son camp.Merci, on a donné.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :