Iran  : le grand pari risqué du « guide suprême »

 |   |  1033  mots
(Crédits : DR)
OPINIONS. En ordonnant un « acte de guerre » contre un pays voisin, Ali Khamenei veut piéger ses ennemis dans une escalade de violence pour obtenir un allègement négocié des sanctions économiques qui étranglent son régime. Par Nader Nouri (*)

Les données les plus récentes publiées par l'armée et les services de renseignements américains ne laissent aucun doute sur le fait que les attaques simultanées aux missiles et drones, coordonnées par le régime des mollahs et lancées depuis le territoire iranien sur les installations pétrolières de l'Arabie saoudite,  ne peuvent pas être qualifiées d'acte terroriste, mais constituent un « acte de guerre » caractérisé selon les termes du droit international.

Trois jours après, dans des déclarations diffusées par la télévision d'État, Ali Khamenei, le « guide suprême », resté silencieux jusque-là,  a catégoriquement rejeté toute discussion avec les États-Unis, à quelque niveau que ce soit, à moins que les États-Unis ne se repentent !

Il a également noté :

« Certains mêlent des Européens à tout cela... [Les Européens] qui insistent sur une rencontre avec le président américain en assurant que "tous vos problèmes seront résolus". [Mais] cela revient en réalité à  montrer que la pression maximale a été une politique réussie. Nous devons, au contraire, prouver que la politique de pression maximale ne vaut pas un sou. »

Le lundi 16 septembre, on pouvait lire à la une du journal Kayhan, proche de Khamenei: "L'épine dorsale de l'Arabie saoudite s'est brisée, les États-Unis et Al-Saoud [la dynastie des Saoud] sont en deuil", en référence à l'attaque aux drones et missiles contre les installations pétrolières saoudiennes.

 Nombreux sont ceux qui, en Occident et surtout en Europe, se demandent pourquoi le régime théocratique continue-t-il à commettre de tels actes insensés, qu'il s'agisse d'attaques terroristes contre des pétroliers et des navires commerciaux, de faire planer la menace récurrente  de la fermeture du détroit d'Ormuz ou encore ces attaques contre des installations pétrolières saoudiennes ?

Au cours des trois derniers jours, certains courants au sein du régime sont allés jusqu'à exprimer de vives inquiétudes quant aux conséquences de l'attaque contre l'industrie pétrolière saoudienne. L'expression de ces inquiétudes est surtout révélatrice d'une crainte réelle au sein du pouvoir  de lourdes conséquences que ce gros pari pourrait entraîner.

Et si de tels risques réellement existent, alors pourquoi le « guide suprême » de la République islamique a fait un pari de telle ampleur à la veille de la visite du président Rohani à New York où il devrait prendre la parole devant l'Assemblée générale des Nations Unies, un moment diplomatique fort qui devrait normalement permettre à ce dernier de tenter de présenter un visage tolérant et modéré du régime dans le contexte actuel de la montée des tensions dans la région? D'autant que la France, quant à elle, avait entrepris, depuis plusieurs mois, de négocier et d'accorder à Téhéran une ligne de crédit de 15 milliards de dollars. Il y a eu en outre de nombreuses tentatives ici ou là destinées à organiser une rencontre entre Rohani et Trump en marge de l'Assemblée générale.

Mais en vérité les problèmes auxquels le régime théocratique est confronté vont bien au-delà de ce que de tels remèdes pourraient apporter. Plus que le besoin de projeter l'image d'un pouvoir modéré et raisonnable sur la scène internationale, la théocratie est face à une urgence absolue :  préserver dans les rangs ses forces principales, notamment les Gardiens de la révolution (pasdaran) à l'intérieur du pays, et les milices qui lui sont inféodées et autres supplétifs à travers la région, alors qu'il est sous le poids écrasant des sanctions, d'une part, et confronté à la pression des chômeurs et des affamés du pays, de l'autre. Les mollahs iraniens ont risqué gros précisément parce qu'ils se trouvent entre le marteau et l'enclume.

Ahmad Zaidabadi, figure proche du gouvernement, estime que cette campagne et la propagande qui l'entoure sont liées aux considérations de la politique intérieure'.

"La promotion d'une telle politique vise, pour l'essentiel, 'le marché intérieur' et rassure surtout les forces qui s'inquiètent parfois pour leur avenir ", écrit-il.

De plus, un facteur essentiel sans doute central dans la décision de Khamenei pour se précipiter vers ce grand pari, insensé pour beaucoup d'observateurs, est sa crainte de la croissance considérable des unités de résistance en Iran dirigées par Maryam Radjavi, une femme politique musulmane. Seule cette femme à la personnalité forte a la particularité d'avoir été largement acceptée par les femmes et les jeunes Iraniens. Faire taire la menace de cette femme et de son mouvement pour son pouvoir à l'intérieur du pays et à l'extérieur a toujours été la préoccupation majeure du « guide suprême».

Ce dernier semble également avoir fait un calcul, également risqué, selon lequel, dans d'éventuelles négociations, il lui faudra un avantage sur le terrain pour marquer des points. Bien que Khamenei déclare rejeter toute négociation à quelque niveau que ce soit, a-t-il d'autre choix que la guerre ou les négociations? Khamenei a dit à plusieurs reprises qu'il ne veut pas la guerre.

Mais parce que le régime de Téhéran n'a pas la capacité de supporter les sanctions à long terme (jusqu'aux élections américaines de novembre 2020, par exemple), il cherche donc à forcer, coûte que coûte, les États-Unis à alléger les sanctions qui l'étranglent, tout en prenant les dessus dans d'éventuelles négociations futures qui, comme Khamenei lui-même vient de dire, "ne devraient pas être de sorte que tout ce que dit la partie américaine devait être appliqué". Pour ce faire, Khamenei compte visiblement, comme toujours, sur le soutien des tenants occidentaux de la politique de complaisance et sur l'hésitation de l'administration Trump à recourir à la force à l'approche des élections. Toutefois, les soubresauts de ces derniers jours ne nous permettent pas de donner Khamenei gagnant dans son grand pari.

____

* Nader Nouri est un ancien diplomate iranien basé à Paris. Il est également le secrétaire général de la Fondation d'Etudes pour le Moyen-Orient (FEMO)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2019 à 14:43 :
Où sont les preuves de l'attaque iranienne ? il n'y en a pas car en pareille circonstances, les médias principaux en auraient fourni un tas . En revanche, les armes américaines pour défendre les sites pétroliers se révèlent impuissantes, sauf pour bombarder le Yémen. Pas grave, les pétrodollars sont recyclés dans l'industrie militaire US. Le Yémen a revendiqué les attaques, mais on préfère accuser l'Iran pour justifier a posteriori la trahison de l'accord JCPOA sur le nucléaire iranien .
a écrit le 24/09/2019 à 14:18 :
Cette éditorialiste, doit être sûrement à la botte des sionistes , il a l'air d'être éclairé 🤣 , 'l'Iran est la nation , qui va ouvrir la voie à la paix et la gloire , au moyen et proche Orient, une fois les entités sataniques éradiquer, l'axe americo-sioniste et les saouchiens 🐩🐩🐩
a écrit le 23/09/2019 à 16:43 :
Il est vrai que les questions de preuves si l'on regarde la région depuis un moment, ne sont pas nécessaires pour déstabiliser ces pays la région puis par la suite des répercutions globalisantes et ne permettant pas d'avoir la preuve, mais supposer l'avoir......

généralement lorsque l'on incrimine, les preuves sont avec !! et l'on sait actuellement les objectifs de chacun dans la région, alors finalement a la fin on finit par ne plus avoir de preuves, ou plutôt dire qu'après des preuves que personne ne peut voir, un sentiment plutôt de préparation de guerre, et la com laisse cet impression !!!!
a écrit le 23/09/2019 à 15:23 :
"Les données les plus récentes publiées par l'armée et les services de renseignements américains ne laissent aucun doute "
Dommage que le quidam soit obligé de le croire sur parole.
On a connu les USA moins timide à exposer leurs preuves !
(Reste que l'implication iranienne directe ou indirecte fait peu de doute)
a écrit le 23/09/2019 à 15:23 :
Amusant article,
Pourrait-on avoir les précisions soutenant la première phrase:
"Les données les plus récentes publiées par l'armée et les services de renseignements américains ne laissent aucun doute sur le fait que les attaques simultanées aux missiles et drones, coordonnées par le régime des mollahs et lancées depuis le territoire iranien sur les installations pétrolières de l'Arabie saoudite"
Je prends dans le détail:
"Les données les plus récentes publiées par l'armée et les services de renseignements américains": Quelle données? Je n'ai rien vu passé sauf des reprises de journaliste se reprennnant les uns les autres jusqu'à affirmer que le trou noir contient de la substance. Je pourrait croire si il n'y avait pas eu: La guerre du golfe avec les bébés sortis des couveuses, les armes de destruction massive irakienne, les attaques chimiques en Syrie toujours non attribuées en réalité. Je vous épargne l'ingérance russe ayant conduit à faire élire D.Trump, soit disant marionnette de Poutine.
"ne laissent aucun doute sur le fait que les attaques simultanées aux missiles et drones", la semaine dernière c'était des drones maintenant il y a aussi des missiles. Pourrait-on avoir là aussi les sources des analyses.
"coordonnées par le régime des mollahs et lancées depuis le territoire iranien ", même problème quelle preuves en dehors de l'envie de croire? Les services secret américians publient ou laissent réguliérement fuiter des synthéses comme quoi un ou l'autre de leurs analystes penses que. Ce n'est pas une preuve recevable devant un tribunal internationnal. Alors avons-nous des enregistrements radar? Des photos satellites?
Je suis mobilisable alors si je dois aller me faire trouer la peau en iran ou en Russie, vous avez interêt à être convaincant.
Vu l'historique actuel de ce genre d'histoire, il faut des preuves en béton armé.

Merci d'avance
a écrit le 23/09/2019 à 13:41 :
Ce commentaire d'un expatrié iranien qui compte encore sur la lassitude du peuple iranien pour renverser le régime est fondé sur deux postulats indémontrés comme tous les postulats : - le peuple est "affamé" , comme si'il ignorait que sa souffrance (alimentaire et privé des médicaments) provenait essentiellement des sanctions de l'empire US qui n'hésite jamais à assiéger les pays qu'il a décidé de décréter ennemis,
- et la destruction des infrastructures saoudiennes est le fait de l'Iran, alors que nulle enquête impartiale n'a encore désigné les auteurs et que le Yemen libre a revendiqué l'attaque en réponse à la destruction du pays par l'Arabie acharnée à détruire son peuple.
Or même si les prix des denrées de base sont élevés du fait des sanctions, on sait que l'Iran n'est pas en état de disette comme il le prétend et que l'attaque des installations pétrolières saoudiennes n'est pas encore à ce jour éclaircie par des PREUVES incontestables mais attribuée - par propagande immédiate et automatique, donc douteuse - par les USA juges et partie dans ses relations avec l'Iran. Comme si nous n'étions pas suffisamment accoutumés aux mensonges et aux montages en cette matière ( comme pour les "armes de destruction massive" qui justifèrent faussement la destruction de l'Irak et qui se révélèrent inexistantes) .
a écrit le 23/09/2019 à 13:14 :
“Khamenei a dit à plusieurs reprises qu'il ne veut pas la guerre”

Logique puisqu'il faut se faire passer pour une victime d'abord et avant tout et donc déclarer un peu partout que l'on ne veut pas la guerre. Leur rhétorique se reposant essentiellement sur la notion du martyre le problème est qu'elle est rincée à la corde et que les citoyens du monde les plus paumés semblent avoir tous déjà rejoins les rangs des terroristes en herbe.

Nous entrons dans une ère dans laquelle la pollution généralisée qui menace directement l'humanité remet totalement en question la gestion de nos sociétés par les classes dirigeantes que l'on constate totalement dépassées, alors comment voulez vous qu'un système reposant déjà sur son oligarchie, comme tous les autres mais en plus sur une théocratie, dieu se rajoutant à l'équation en 2019 au secours, puisse s'en sortir ?

Tant qu'ils ne pourront pas fabriquer de bombes nucléaires les occidentaux ont tout intérêt à les surveiller tout en les laissant faire, ils laisseront forcément des traces de leur mauvaise fois et aveuglement idéologiques. D'ailleurs ce sont eux qui se ridiculisent en faisant tout pour provoquer une guerre qui leur semble être la seule issue alors que s'ils étaient capables de penséeprofonde, de recul de part leur économie au fort potentiel ils pourraient devenir réellement influents sur la gouvernance du monde.

Faut savoir se débarrasser de ses vieilles habitudes obsolètes mais c'est tellement rassurant les habitudes...

Les états unis ne méprisent pas les dictatures ou les autocraties mais les has been, ceux qui sont dépassés, ceux qui sont incapables de penser à long terme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :