La révolte en Iran peut-elle ébranler le régime ?

 |   |  147  mots
(Crédits : Wana News Agency)
REPLAY 28'. La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, la révolte en Iran peut-elle ébranler le régime ?

L'Iran est depuis samedi 16 novembre le théâtre de manifestations contre les difficultés économiques du pays et contre le régime en place. À l'origine des protestations, la décision par le gouvernement iranien d'augmenter les prix à la pompe à essence. Pour la première fois depuis la fin de l'année 2017, et à trois mois des élections législatives iraniennes, la population est descendue dans les rues, criant des slogans qui ont rapidement pris une couleur politique. Les autorités auraient réagi en limitant drastiquement l'accès à Internet et donc aux réseaux sociaux. Les émeutes qui secouent l'Iran s'inscrivent dans un contexte économique déjà fragilisé par la décision américaine de limiter les exportations de pétrole, ce qui avait eu pour conséquence de faire plonger le PIB du pays. On débat de la situation en Iran dans "28 Minutes".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2019 à 21:01 :
Avec ce titre d'article, on connait les changeurs de " régimes ", pro-démocratie bien sûr .
a écrit le 22/11/2019 à 14:17 :
Quel "énorme poutre" nous permettrait de voir la paille de "notre voisin" qui ne sert que de diversion?
a écrit le 22/11/2019 à 13:43 :
L'avantage de notre oligarchie européenne en déclin et donc s’acharnant aussi sur son peuple économiquement c'est que grâce à la supercherie démocratique et à la chimère électorale elle tient encore en se cachant derrière ses politiciens, c'est moche, c'est naze mais ça tient encore un peu.

EN dictature directe, plus risquée toujours, on voit de suite qui est aux commandes, ils s'adressent directement aux citoyens qui voient bien qu'ils ne sont plus bons à rien leurs dirigeants et là par contre quand l'instinct de survie s'y ajoute...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :