Le marché de la cybersécurité "boosté" par la recrudescence des menaces informatiques

 |   |  526  mots
Alexandre Boulègue, Directeur adjoint Xerfi France
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, le marché de la cybersécurité "boosté" par la recrudescence des menaces informatiques

La cybersécurité est l'un des marchés les plus dynamiques de l'IT, d'après l'étude de Xerfi sur le sujet. Il faut dire que les soutiens à l'activité sont nombreux entre la recrudescence des menaces informatiques, la mise en place de nouvelles réglementations plus contraignantes et les nouvelles vulnérabilités liées aux évolutions des techniques et des pratiques. C'est d'autant plus vrai que la médiatisation des attaques, comme celle de TV5 Monde, a favorisé la prise de conscience des entreprises et des administrations en termes d'image et de coûts financiers.

D'ailleurs, le marché français de la cybersécurité a déjà bondi d'environ 10% entre 2013 et 2014 pour atteindre 1,6 milliard d'euros, selon les estimations des experts de Xerfi. Et la tendance restera bien orientée à moyen terme.

Des disparités selon les segments de marché et les profils d'opérateurs

Les dépenses de sécurité des OIV (pour organismes d'importance vitale) vont exploser. Plus de 200 opérateurs, comme la SNCF ou EDF par exemple, doivent en effet consentir d'importants investissements pour sécuriser leurs systèmes d'information.

A ce titre, les SSII (comme Atos) et les spécialistes de la défense (comme Thalès) sont les mieux placés. Pour répondre aux besoins et attentes de la cible à fort potentiel des PME, sous-équipées, les opérateurs doivent élaborer des offres « tout en un ». Des offres comprenant à la fois des logiciels, des équipements mais aussi  des services annexes pour protéger l'ensemble des systèmes d'information des PME.

Notons également que le monde bancaire et les sites commerciaux sont les deux grands marchés d'avenir des spécialistes de la cybersécurité. Et avec le développement des objets connectés comme les capteurs de domotique ou les voitures intelligentes, la sécurisation de la vie privée est aussi un axe de développement. A l'inverse, le marché des particuliers arrive à maturité.

Deux menaces planent pourtant sur le marché

La première, ce sont les technologies de virtualisation. De nombreuses entreprises ont de fait virtualisé leurs serveurs pour faire des économies de place, d'énergie et de budget.

La seconde, c'est le cloud computing qui permet d'utiliser des ressources à distance. Résultat : moins d'équipements d'infrastructures informatiques dans les entreprises et les administrations et donc moins de demande en logiciels de sécurisation.

Dans ce contexte, les principaux clients des spécialistes de la cybersécurité ces prochaines années seront les gestionnaires d'infrastructures cloud et les opérateurs télécoms.

Par ailleurs, ce très jeune marché - âgé de moins d'une dizaine d'années - se structure à peine. Certes, plusieurs opérations de fusions/acquisitions ont marqué l'année 2014, à l'image du rachat de Bull par Atos. Mais la consolidation autour de quelques acteurs majeurs n'est pas encore engagée. Les start-up seront des cibles privilégiées pour les grands groupes. Une solution rapide pour compléter rapidement un portefeuille de produits et de technologies, tout en restant à la pointe alors que la menace évolue vite.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :