Les zombies du capitalisme

 |   |  690  mots
Michel Santi, économiste.
Michel Santi, économiste. (Crédits : DR)
OPINION. La multiplication des entreprises "zombies" - c'est-à-dire des entreprises endettées et non rentables qui ne doivent leur survie qu'aux taux d'intérêt faibles -, parasitent le système et mettent en péril un grand nombre de société saines. Par Michel Santi, économiste (*).

La politique des taux d'intérêt nuls fut cruciale dans l'évitement de la catastrophe financière à la suite des subprimes, à la crise du crédit, au psychodrame des dettes souveraines européennes, comme elle le sera à l'occasion des prochains épisodes ponctués de cracks boursiers et de volatilité exacerbée nuisant à l'économie réelle. En revanche, le maintien de taux à ou proches du zéro pendant une période aussi longue - soit depuis en gros 2008 -, induit des effets pernicieux : il conserve sous respiration artificielle des entreprises qui auraient autrement disparu en l'absence de crédit à prix très modique.

De fait, selon un rapport de Bank of America Merrill Lynch, près de 20% des compagnies américaines sont en état de fossilisation dans le sens où elles requièrent de larges injections de liquidités pour seulement survivre. Ceci est du reste reflété sur les marchés financiers car - contrairement aux apparences qui semblent inspirer l'euphorie - la bourse US et les bourses mondiales ne se seraient en rien appréciées sans la contribution active de Facebook, d'Amazon, d'Apple, de Netflix, de Google et de Microsoft.

Les progressions aberrantes des indices boursiers ne sont que poudre aux yeux

Tandis que ces six sociétés ont plus que doublé leurs profits en cinq ans, la quasi-totalité des autres entreprises cotées ne se sont vraiment pas démarquées par leurs bénéfices. Il n'est certes pas exceptionnel que la rentabilité des marchés boursiers soit redevable à un nombre restreint de grandes capitalisations offrant traditionnellement une faible corrélation les unes par rapport aux autres. Il est néanmoins unique que les percées - vertigineuses comme on les a connu - des bourses soient dues à des actions exclusivement actives dans un seul et unique secteur : les valeurs technologies.

Les progressions aberrantes des indices boursiers ne sont donc qu'illusion et poudre aux yeux car 80% des introductions en bourse ayant eu lieu en 2018 aux États-Unis furent perdantes : chiffre record et sans nul précédent dans l'histoire des bourses des pays intégrés. Le maintien en vie de sociétés zombies à la faveur de ces taux zéro affecte très négativement l'économie : à cet égard, le Japon et sa double, voire sa triple, décennie perdue, et ses taux négatifs en vigueur depuis des temps immémoriaux en est la preuve vivante.

Tesla, un cas d'école

De nos jours, Uber, Pinterest, ou encore Tesla sont des cas d'école. Ainsi, Tesla n'a-t-elle eu - depuis 2014 - que 5 trimestres bénéficiaires sur 14 ! Autrement dit, depuis sa création, cette société encensée de toutes parts n'a pu gagner de l'argent que durant le quart de sa durée de vie. Pourtant, non contente de son endettement qui se monte à 12 milliards de dollars, elle a récemment annoncé vouloir emprunter 650 millions de plus, après les 2 milliards pompés sur la Chine, et après avoir perdu plus de 700 millions au premier trimestre de cette année. Selon les standards comptables, Tesla est donc également une société zombie qui aurait très probablement rendu l'âme sans le contexte actuel des taux nuls autorisant le maintien en vie d'entreprises peu voire pas du tout profitables, et qui exercent sur le monde économique de réelles nuisances.

Une société zombie consomme effectivement de précieuses ressources tout en prévenant l'apparition d'entreprises réellement productives. L'accumulation de ces entreprises pourries empêche donc l'allocation efficiente du capital qui ne profite ainsi que fort peu aux sociétés dynamiques. Les débats souvent passionnels sur le niveau des taux d'intérêt empêchent donc de remédier à un autre problème lourd, quoique silencieux, qui menace l'ensemble de l'économie mondiale : la multiplication d'entreprises zombies parasitant le système.

___

L'AUTEUR

(*) Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d'Art Trading & Finance.
Il vient de publier "Fauteuil 37", préfacé par Edgar Morin. 
Sa page Facebook et son fil Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/05/2019 à 8:34 :
Il faut faire attention avec ce type de raisonnement. Amazon a fait des pertes pendant des annees et perd encore de l argent sur la vente de produits hors USA. Par contre Amazon est maintenant un geant de la distribution et surtout du cloud (la vache a lait d Amazon). Et ils font maintenant des benefices malgre de lourds investissements.
Il est pas impossible que Tesla soit le futur Amazon, etre quasiment le seul fabriquant dans 10 ans vendant des voitures electriques et autonomes. Renault & PSA subiront le sort de Carrefour/Casino
a écrit le 08/05/2019 à 3:47 :
Quand les taux remonteront les entreprises les plus endettées fermeront,une hause du chomage est à prévoir
a écrit le 07/05/2019 à 18:58 :
Le problème avec Cassandre, c'est qu'elle disait la vérité ! Le crédit ad libitum pour ces entreprises "zombies" , c'est le cheval de Troie.
a écrit le 07/05/2019 à 15:07 :
je pense que tesla n'est pas forcement le bon exemple
les entreprises en croissance, et celles qui innovent bcp sont dans ce cas; le seuil de rentabilite est long a atteindre
faut pas confondre analyse macro et analyse bilantielle ( qu'on a eu droit a l'ecole)
j'aurais plutot mis tweeter et consors ( meme s'ils sont a priori beneficiaires maintenant) et pleind'entreprises des secteurs traditionnels
cela dit, si l'analyse est juste, elle oublie les ' etats zombies' ( genre la france) incapables de se reformer, et qui sont en faillite si les taux reviennent a un niveau compatbile avec la realite economique ( la loi sapin2 ' pour proteger l'epargnant' n'a pas ete votee pour rien, il faut bloquer l'epargne des gens pour financer la secu en cas de probleme
ca, c'est un cas d'ecole!
a écrit le 07/05/2019 à 15:07 :
Merci beaucoup et il serait vraiment intéressant de connaitre les mécanismes permettant de faire du profit sur les dettes auxquelles ces faibles taux d'intérêts participent activement je suppose.
a écrit le 07/05/2019 à 14:21 :
Les entreprises qui ne sont pas rentables au sens comptable du terme ne sont pas forcément inutiles si elles font progresser l’humanite (sociologiquement, technologiquement...) Par l’impact de leur travail. Exemple: on en serait où sans Tesla pour les voitures électriques ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :