PODCAST Quand Standard & Poor’s met la pression sur la France

HISTOIRES ECONOMIQUES. On connaîtra vendredi soir le verdict de l’agence de notation financière Standard & Poor’s sur la dette de la France. Sur quoi ça va se jouer ? Écoutez chaque mardi 6h48 la chronique "Histoires Economiques" de Philippe Mabille dans le 5/7 de France Inter présenté par Mathilde Munos.
Philippe Mabille


______

Il y a deux indicateurs importants pour Standard & Poor's : l'évolution de la dette et celle des charges d'intérêt. Le problème, c'est que les perspectives du gouvernement sont nettement plus optimistes que celles du FMI. Selon le Fonds monétaire international, notre dette augmenterait à 110,8% du PIB en 2028. Et les charges d'intérêt par rapport aux recettes publiques pourraient atteindre jusqu'à 5,3% en 2028, contre 3,8%  Si l'agence américaine considère le long terme et croit le FMI, alors la note de la France est bien en danger, peut-être pas dès ce vendredi soir, on aura peut-être un nouveau sursis, mais en tout cas à brève échéance, si les taux d'intérêt dépassent le niveau de la croissance nominale.

En juin dernier, cette même agence Standard and Poor's avait choisi le statu quo. Comment l'avait-elle justifié à l'époque ?

Le maintien de la note avait été justifié par la réforme des retraites, désormais votée. C'était un bon point pour la France, mais avec moins d'économies que prévu au départ. Depuis, le chômage est reparti à la hausse et toute la stratégie de rétablissement des finances publiques, fondée sur le retour au plein emploi plutôt que sur des économies budgétaires, est remise en cause, alors que la croissance tombe à un niveau proche de zéro.

Bruxelles vient d'ailleurs d'épingler la France et trois autres pays de l'UE pour ses « dépenses publiques excessives ». On comprend mieux dans ce contexte les récentes déclarations ultra rigoureuses du ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, pour réaliser des économies avec la revue des dépenses dans les ministères et sa volonté de durcir les conditions d'indemnisation du chômage pour les plus de 55 ans. Non seulement cela doit, selon lui, augmenter le taux d'emploi des seniors, ce qui reste à démontrer du côté des entreprises, mais surtout cela ferait faire des économies très substantielles à l'Unedic, le régime d'assurance-chômage. Et c'est là sans doute le premier objectif.

Autre nouveauté : l'Allemagne à son tour connait des difficultés budgétaires

Notre grand voisin traverse aussi une période difficile depuis l'annulation par la Cour constitutionnelle d'un tour de passe-passe qui lui avait permis de transférer 60 milliards d'euros de crédits d'un fonds spécial créé pendant la crise du Covid vers un autre destiné à financer la transition écologique. Cette annulation a mécaniquement augmenté le déficit.

Cela a ouvert une grave crise budgétaire, entre les partisans d'un abandon temporaire de la politique de désendettement, aussi appelée "frein à l'endettement", prévu par la loi Constitutionnelle depuis Angela Merkel, camp dont fait partie le chancelier Olaf Sholtz et ceux qui, comme les libéraux du FDP menés par le ministre des finances, s'y opposent. Et réclament un gel des dépenses des ministères, au risque de faire éclate la coalition avec la gauche SPD et Verts... On parle même de possibles nouvelles élections générales si la crise ne se résoud pas.


De là à voir la note de l'Allemagne être à son tour dégradée, on en est loin car le niveau des déficits et de la dette y est encore incomparablement plus bas que chez nous. Il y a de la marge pour Berlin, mais pas beaucoup pour Paris.


-----

►► RETROUVEZ ICI TOUS LES ÉPISODES D'HISTOIRES ÉCONOMIQUES

Philippe Mabille

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 29/11/2023 à 12:04
Signaler
"Il y a de la marge pour Berlin, mais pas beaucoup pour Paris." Pile poil le bon moment pour que l'oligarchie allemande qui n'a jamais été punie pour avoir installé Hitler et sa bande de psychopathes au pouvoir, le peuple allemand lui a payé très che...

à écrit le 29/11/2023 à 9:46
Signaler
@Philippe Mabille. Encore une fois de plus, un très bon billet👍👏

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.