RER métropolitain : « Mais de qui se moque-t-on ? »

OPINION. Les Sénateurs Hervé Maurey et Stéphane Sautarel, rapporteurs spéciaux de la commission des finances du Sénat en charge des crédits des transports terrestres et maritimes et auteurs en mars 2022 d'un rapport sur la situation financière du système ferroviaire français et de la SNCF, réagissent aux annonces du Président de la République relatives au développement du transport ferroviaire du quotidien de type RER dans dix métropoles françaises afin de favoriser la transition écologique.
(Crédits : Reuters)

« Pour tenir notre ambition écologique, je veux qu'on se dote d'une grande ambition nationale : qu'il y ait dans dix grandes agglomérations, dix grandes métropoles françaises, un réseau de RER, de trains urbains (...) Là où il y a thromboses, où il y a trop de circulation, où les déplacements sont compliqués, on doit se doter d'une vraie stratégie de transports urbains et c'est un super objectif pour l'écologie, l'économie, la qualité de vie », a exposé ce dimanche le Président de la République dans une séquence postée sur YouTube.

Si nous ne pouvons tous que partager l'idée que le RER n'est pas que pour Paris, et que les grandes métropoles françaises, aujourd'hui congestionnées, doivent engager une démarche de décarbonation grâce à des RER métropolitains, nous ne pouvons ignorer que ces annonces s'inscrivent en totale opposition avec les actes du gouvernement depuis des mois, des années, malgré les semonces que nous lui avons adressées.

Lire aussiMétropoles régionales : qui va payer la facture des « RER Macron » ?

Tous les acteurs du secteur : Régions, Métropoles, Parlementaires, SNCF, Fédérations de transports et Associations d'usagers... tous ont découvert ce projet, ou plutôt ces annonces ! Alors même que par ailleurs SNCF Réseau est en panne de financement !

Si nous sommes favorables au développement des transports en commun, de tous les modes de transports, et pour tous les territoires, urbains comme ruraux, si nous ne pouvons que souscrire à un « new deal » ferroviaire pour notre pays, que nous avons même sollicité, nous ne pouvons accepter cette posture descendante et ces effets d'annonce déconnectés de toute réalité, qui font perdre à nos concitoyens toute confiance dans la parole publique.

De qui se moque-t-on ?

Alors que nous nous apprêtons à examiner cette fin de semaine au Sénat les budgets transports de la mission « Écologie, développement et mobilité durables » dans le cadre du PLF 2023, les faits, les moyens, sont bien loin de l'ambition affichée :

    • investissements dans la régénération notoirement insuffisants : 1 milliard de plus par an a minima sont nécessaires pour seulement remettre à niveau et interrompre la trajectoire de dégradation du réseau,
    • un contrat de performance de SNCF réseau que nous avons requalifié de contrat de « contre-performance » puisqu'il ne répond en rien aux enjeux ni de régénération, ni de modernisation, des travaux que le Gouvernement n'entend à ce jour pas achever d'ici 2050 dans l'hypothèse la plus optimiste,
  • un renvoi au Conseil d'orientation des infrastructures (COI) dont on sait déjà qu'il ne peut répondre aux enjeux au regard du grand nombre de projets à financer (ferroviaires et routiers),
  • un contexte d'inflation qui se traduit par des surcoûts de l'ordre de 500 millions d'euros pour SNCF réseau qui ne connaitrait donc, en fait, aucune hausse de ses moyens mais bien au contraire une baisse de sa capacité d'investissement,
  • zéro euro pour la modernisation dans ce budget (comme dans le contrat) alors que les besoins pour la commande centralisée du réseau est de 15 milliards et que ceux pour l'ERTMS sont de 20 milliards.

Après l'annonce des nouvelles lignes LGV dans le sud et le sud-ouest, l'année dernière, toujours sans moyens et en contradiction avec les engagements du début du quinquennat de mettre fin aux investissements sur les lignes à grande vitesse pour se concentrer sur le transport du quotidien, cette nouvelle annonce sur les RER métropolitains (pour 10 métropoles, lesquelles ?), n'est ni concertée, ni financée une fois de plus. Pour le seul RER lyonnais par exemple, les besoins sont estimés à minima à 6 milliards d'euros.

Alors un peu de sérieux, nos concitoyens, sans parler de leurs représentants, nécessitent davantage de considération !

Oui nous avons besoin, enfin, d'investissements sur nos réseaux, faute de quoi non seulement nos lignes d'aménagement du territoire mais toutes nos lignes sous 10 ans, sur tous nos réseaux, vont être en panne. Nous les avions estimés, comme le Président Farandou après nous, à environ 100 milliards d'euros. Ils sont avec le RER, encore bien supérieurs. Les besoins sont conséquents et nécessitent des engagements forts et concrets dans trois domaines :

  • des crédits complémentaires, a minima 1milliard de plus par an, et désormais avec l'inflation, la nécessité d'avancer sur la modernisation et le financement des annonces nouvelles, sans doute plus du double,
  • des capacités techniques à faire des travaux, puisque non seulement ceux-ci sont insuffisants, mais pire en 2022 l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (l'AFIT-France) n'est pas arrivée à les consommer,
  • des études sérieuses, notamment sur le plan juridique, pour imaginer des montages innovants, du type de la Société du Grand paris (SGP) par exemple, permettant une débudgétisation, une pluriannualité, la remise en cause de notre système de péages, une mobilisation de crédits européens et de fonds verts, des moyens affectés, un partenariat public privé renforcé... avec un examen sérieux de la question de l'indépendance de SNCF Réseau pour bénéficier de moyens publics conséquents.

Mais tout cela ne se décide pas un dimanche soir à l'Élysée devant la chaine Youtube ! On ne peut se moquer ainsi des Français. Cela se construit avec le Parlement, avec les partenaires, pour répondre au double objectif que nous poursuivons :

  • la décarbonation de la mobilité, et le maillage intermodal,
  • le soutien au pouvoir d'achat par un vrai travail sur l'offre de mobilité pour tous, à des tarifs soutenables et lisibles pour chacun.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 29/11/2022 à 16:47
Signaler
Vent debout,faute d'y avoir pensé avant ou autres priorités budgétaires ?

à écrit le 29/11/2022 à 11:30
Signaler
Tout est dit, annonce ex nihilo sans concertation et sans vision transverse. Poubelle. Penser le transport en France demande un consensus et une "Planification" sur 2 siècles avec de la constance et de la rigueur.

à écrit le 29/11/2022 à 8:32
Signaler
Disons que l'UE n'arrête pas d'aboyer qu'il faut que le train français appartiennent aux riches allemands depuis longtemps maintenant ce qui ne peut que casser la bonne volonté den otre gouvernement qui doit se rendre compte quand même qu'au nom de l...

le 29/11/2022 à 15:59
Signaler
Encore une fois vous avez tout à fait raison ! et j'abonderais dans votre sens giratoire en ajoutant que le TGV, qui est une pâle copie du Shinkansen japonais, est rarement à l'heure, souffre de pannes régulières, n'est pas propre et ne propose que d...

à écrit le 29/11/2022 à 8:00
Signaler
Analyse objectif et pragmatiques de la situation. Les effets d'annonce sont toujours sans résultat. J'en veux pour preuve il avait été annoncé pendant la penderie que les auto-entrepreneurs ayant été interdit de travailler verraient leurs trimestres ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.