Plusieurs résidences de tourisme rencontrent de sérieuses difficultés.

Plusieurs résidences de tourisme rencontrent de sérieuses difficultés. La Tribune.fr - 24/04/2009 | 07:06 - 525 mots Boite à outils de l'article : Boite a outils de l'article : Après les problèmes liés à la loi Robien, c'est au tour des résidences de tourisme de mettre en difficulté les investisseurs privés. Privés de loyers, des milliers d’investisseurs floués sont incapables de rembourser les crédits qu’ils ont souscrits pour leurs projets. Les premiers touchés ? Ceux qui avaient opté pour la loi Robien. Faute de pouvoir acheter là où la demande de logement était forte, ou afin de limiter le coût du foncier, de nombreux professionnels ont commercialisé des programmes labellisés Robien dans des villes telles que Tarbes, Carcassonne, Auch ou Lourdes. Sauf que la demande locative n’était pas au rendez-vous … Parfois, ils n’ont même pas tenu compte des besoins locatifs en construisant seulement des studios et deux pièces, plus faciles à écouler que des grands appartements. "Les promoteurs n’ont pas construit en fonction de la demande locative, mais selon leurs objectifs commerciaux" dénonce Hélène Feron-Poloni, associée au cabinet d’avocats Lecoq Vallon. Depuis quelques mois, on voit surgir de nouveaux problèmes. Sont concernés cette fois les investisseurs en meublé dans des résidences de tourisme et ceux ayant investi en loi Demessine, réservée aux zones de revitalisation rurale (ZRR). « Ces derniers temps, le secteur a connu quelques défaillances », reconnaît Pascale Jallet, déléguée générale du Syndicat des Résidences de Tourisme (SRT). En cause selon elle ? Une crise du secteur conjuguée à de mauvaises conditions climatiques et à l’augmentation de l’indice du coût de la construction sur lequel les baux sont indexés. En réalité, étranglés par les loyers mirobolants promis aux investisseurs pour les convaincre d’acheter, des exploitants en résidence de tourisme (souvent filiales des sociétés de promotion vente) se sont mis en difficulté. Transmontagne, Maisons de Biarritz, Mona Lisa, Résid Hôtel … la liste des déconvenues s’allonge (voir liste ci-dessous). Certaines ont dû déposer le bilan, laissant derrière elles des impayés de loyers que les propriétaires ne récupèreront probablement jamais. Ces derniers doivent alors trouver un nouvel exploitant qui, en position de force, renégocie les baux en sa faveur. D’autres anticipent le problème et demandent aux propriétaires une révision des loyers à la baisse dans des proportions frisant parfois l’indécence : - 40% dans la résidence des « balcons du soleil » au Val d’Allos. D’autres profiteraient même, selon certains copropriétaires, de l’ambiance générale pour organiser leur dépôt de bilan, afin d’obtenir des baisses de loyers. Et ils y parviennent souvent. Car l’enjeu ne se limite pas aux loyers. Il s’étend aussi aux avantages fiscaux, conditionnés au respect d’un certain nombre de contraintes liées aux conditions d’exploitation. Et qui risquent d’être remis en cause en cas de défaillance de la société. "Avant d’accepter des baisses de loyers mieux vaut réfléchir à deux fois" recommande Mireille Pierret, présidente de l’association Appart. Rien ne dit que les problèmes ne resurgiront pas dans quelques mois. 4 exemples de sociétés qui ont rencontré des difficultés Mona Lisa Hôtels et résidences Nombre d'établissements: 19 hôtels et 13 résidences Chiffre d'affaires: 20 millions d'euros Situation : en redressement judiciaire depuis le 2 mars 2009 Maisons de Biarritz vacances Nombre d'établissements: 12 résidences Chiffre d'affaires : 10 millions d'euros Situation: en liquidation depuis le 30 décembre 2008 Transmontagne Nombre d'établissements: 17 résidences Chiffre d'affaires : 9 millions d'euros Situation: plan de cession depuis le 16 octobre 2007 Rhode Tourisme (Résid'Hôtel) Nombre d'établissements: 55 résidences Chiffre d'affaires: 19 millions d'euros Situation: procédure de sauvegarde depuis le 24 mars 2009 Antoine de Beauchaine

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.