Les investisseurs individuels européens préfèrent les actions

 |   |  476  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Selon une étude de Nyse Euronext-TNS Sofres, cette classe d'actifs est largement plébiscitée en France, Belgique, Pays-Bas et Portugal.

Nyse Euronext vient de publier une étude réalisée par TNS Sofres sur les investisseurs particuliers européens et leurs préférences en matière d'investissement. Réalisée entre décembre 2010 et avril 2011, l'enquête a porté sur un panel de 591 personnes. Les répondants devaient réaliser au moins 20 transactions par an ou avoir un portefeuille supérieur à 15.000 euros et réaliser 10 à 19 transactions par an.

À la lumière des différentes réponses, on note une très nette préférence pour les actions, quelle que soit la nationalité des sondés : 94 % des personnes interrogées en France ont ainsi déclaré détenir des actions, 91 % en Belgique, 87 % aux Pays-Bas et 71 % au Portugal. Petite particularité géographique toutefois : les options sont particulièrement prisées aux Pays-Bas où 62 % des répondants ont déclaré en détenir contre 22 % en Belgique et seulement 5 % en France, où l'on préfère très nettement l'assurance-vie (77 %), les ETF, ces fonds communs de placement qui reproduisent des indices, des classes d'actifs ou des secteurs (52 %) et l'immobilier locatif (48 %). C'est aussi aux Pays-Bas que les investisseurs particuliers sont les plus actifs puisqu'ils sont 44 % à passer plus de 50 ordres par an quand ils sont 37 % à le faire en Belgique et 29 % en France. Autre renseignement précieux, les Français comme les Néerlandais préfèrent investir sur leur place locale et leur indice de référence national. C'est en Belgique, au contraire, que la tendance à investir à l'étranger est la plus forte : 8 sondés belges sur 10 déclarent investir fréquemment dans les pays de la zone Nyse Euronext et 53 % dans le reste de l'Europe.

Détail susceptible de surprendre par les temps qui courent : À la question êtes-vous prêts à acquérir des actions ou des ETF d'ici à la fin de l'année, ils sont respectivement 72 % à répondre par l'affirmative en France, 79 % aux Pays-Bas et 81 % en Belgique. Un apparent enthousiasme que les derniers rebondissements de la dette des pays de la zone euro ont sans doute atténué mais qui traduit toutefois une tendance forte : l'impression que pour capter une tendance de marché rien ne vaut les actions ou les ETF. Avec cette constante : les épargnants interrogés semblent bien connaître les mécanismes des produits dans lesquels ils investissent. Soit un énorme progrès par rapport aux années précédentes. Et l'assurance que les produits de Bourse ont un avenir relativement prometteur auprès de cette clientèle qui n'investit que dans ce qu'elle comprend bien.

Reste que globalement le nombre de détenteurs de titres en direct se réduit régulièrement depuis une dizaine d'années et ce, compte tenu des crises à répétition et de la montée en puissance des incertitudes. Le produit action est encore loin d'avoir retrouvé toutes ses lettres de noblesse auprès des épargnants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :