Prévoyance : un contrat individuel modulable

 |   |  414  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les salariés non couverts par un contrat collectif pourront être pris en charge en cas d'arrêt de travail ou percevoir une rente d'éducation.

Si la prévoyance est plutôt l'apanage des contrats collectifs proposés par les groupes de protection sociale et les compagnies d'assurances aux entreprises, de nouvelles offres émergent pour proposer aux salariés et aux indépendants une couverture contre le risque d'arrêt de travail et de décès. Dans ce cadre, Swiss Life propose SwissLife Prévoyance Salariés qui a l'avantage de pouvoir être souscrite à la carte. « Ce produit permet de couvrir les salariés quant aux risques décès et arrêt de travail, mais sans qu'ils aient à souscrire aux deux types de garanties simultanément », précise Aurélie Delachaume, responsable produits santé et prévoyance chez Swiss Life.

Les garanties offertes sont elles aussi entièrement paramétrables. « Au gré de ses besoins, à partir de deux types de garanties et d'options, le salarié construit le contrat qui lui convient pour compléter les prestations offertes par les régimes de base, cela afin de maintenir ses revenus salariés et/ou d'assurer la protection de sa famille », indique Valérie Wallet, responsable du marché prévoyance et dommages chez Swiss Life.

Nombreuses options

Ces garanties sont d'autant plus importantes que le régime général de la Sécurité sociale ne couvre pas l'intégralité du manque à gagner lié aux arrêts de travail. « En cas d'arrêt de travail, la Sécurité sociale ne verse en effet que 50 % du salaire journalier de base plafonné, soit 48,43 euros en 2011 », précise Aurélie Delachaume. La compagnie d'assurances se propose donc de permettre aux salariés de percevoir l'intégralité de leur salaire dans un tel cas avec toutefois un délai de carence de trois mois en cas de maladie et de douze mois pour les maladies mentales et les affections psychiatriques. Le versement d'une rente d'invalidité n'intervient, quant à lui, que si l'arrêt de travail dépasse trois ans, comme cela est généralement le cas. Les cotisations pour obtenir ces garanties dépendent de plusieurs critères comme l'âge, la catégorie socioprofessionnelle ou encore le fait d'être fumeur.

En ce qui concerne la garantie décès, là encore les options sont nombreuses : un capital, dont le montant est compris entre 15.000 et 300.000 euros, peut être versé en cas de décès ou de perte totale et irréversible d'autonomie. Celui-ci peut être doublé en cas de décès du conjoint et être associé à une rente d'éducation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :