Pénurie de papier : pourquoi la cartonnerie Smurfit Kappa est-elle peu impactée ?

Installée à Dijon depuis 100 ans, la cartonnerie du groupe Smurfit Kappa reste peu impactée par la flambée des matières premières grâce à une gestion autonome et à un outil numérique innovant.

4 mn

(Crédits : Amandine IBLED)

Sans emballage, pas de produit en magasin. La cartonnerie dijonnaise fait partie de ces activités qui ne se sont jamais arrêtées durant la pandémie de Covid-19 car dites « essentielles ». Si les employés sont 160 sur le site de Dijon, le groupe Smurfit Kappa, dont le siège est à Dublin emploie 45 000 personnes à travers le monde, sur 43 sites de production. En 2020, son chiffre d'affaires en France grimpait aux alentours d'un milliard d'euros. Sa particularité ? Disposer de sites de production aux plus proches de ses clients et à taille humaine. Mais le véritable atout du groupe en cette période de pénurie est de posséder ses propres papeteries.

« Nous fonctionnons en boucle fermée. Smurfit Kappa est gestionnaire de ses forêts, en particulier dans les Landes. Nous sommes certifiés FSC (Forest Stewardship Council®) afin de préserver la valeur environnementale, économique et sociale à la forêt », explique Jérôme Petit Jean, responsable Bureau d'étude chez Smurfit Kappa à Dijon.

L'entreprise utilise à 98% du papier recyclé qui provient de ses papeteries. Les deux pourcents restants - issus des forêts gérées par l'entreprise - sert à fabriquer du papier Kraft, c'est-à-dire le papier noble. « Sachant qu'on peut recycler un papier jusqu'à sept fois », précise Jérôme Petit Jean.

La cartonnerie Smurfit Kappa fabrique du carton ondulé

MasterClass : un outil numérique pour compenser la hausse des prix des matières premières

Face à l'augmentation des prix, comment réduire les coûts de production ? Réponse du responsable du bureau d'étude : il faut raisonner au-delà de l'emballage lui-même. Le groupe a développé un outil numérique au service de ses différentes entités pour répondre aux besoins précis des clients. Chaque bureau d'étude en France a collecté des informations et l'agence de Paris a centralisé toutes ces données dans une plateforme appelée Masterclass. « Cet outil existait déjà avant le Covid mais ce dernier a permis de booster son accélération. Ce qui devait prendre 3, 4 ou 10 ans, s'est fait en 3, 4 ou 10 mois ! Les partenaires retenus sont ceux qui ont eu cette agilité pour répondre rapidement », souligne Pascal Delpon, directeur commercial chez chez Smurfit Kappa à Dijon.

Le Masterclass permet d'ajuster à la fois les caractéristiques variables des cartons et tout ce qui environne le carton ondulé (logistique, performance...). Au total, près d'une centaine de leviers peuvent agir en même temps. La plateforme permet de visualiser les conséquences ou les gains d'une modification dans toute la chaîne d'approvisionnement. « Ce regard change nos relations avec nos partenaires car nous pouvons les conseiller et agir sur leur environnement », remarque Pascal Delpon. Face aux clients, la question n'est plus : Qu'est- ce que Smurfit Kappa peut vous apporter mais qu'est-ce qu'on peut améliorer ensemble pour optimiser les coûts de production, l'approvisionnement ou encore la recyclabilité du produit ? Pour la question de pénurie de papier, grâce à cet outil numérique, Smurfit Kappa est capable de proposer d'autres solutions. Par exemple, envisager la possibilité de changer un peu la composition du carton (divisé en 3 à 5 papiers).

Le site de production de Smurfit Kappa à Dijon

« Par rapport aux cahiers des charges de nos clients, en cas de pénurie sur un papier, nous ne pouvons pas donner de la sous qualité, donc nous surclassons en intégrant des papiers plus qualitatifs. Toutefois, à long terme cette solution n'est pas viable au risque de vendre à perte », note Jérôme Petit Jean. Aussi, le responsable du bureau d'étude cherchera d'autres solutions en considérant l'intégralité de la chaine de production de son client. « En réalité, nous vendons de la performance : un carton qui résiste au poids, à l'humidité, au transport... Nous expliquons au client qu'il est possible qu'en changeant un maillon de la chaine d'approvisionnement, sans avoir à changer la composition de son carton, il obtiendra des résultats meilleurs », précise Jérôme Petit Jean. Avant, l'entreprise était concentrée sur l'emballage lui-même. Aujourd'hui, elle considère chaque solution dans son ensemble par le « Total Cost of Ownership », ou Coût Total de Possession, qui est le coût du cycle de vie d'un produit.

4 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Replay I Forum zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 15/10/2021 à 9:15
Signaler
Quand on dépose des cartons à la déchetterie, la valorisation se fait à 100% ? J'avais cru lire que ça s'accumulait, les cartons, trop cher à traiter vs le prix du neuf. J'en garde une collection au grenier, quand on a des colis à envoyer, autant ut...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.