Parc éolien en baie de Saint-Brieuc : démarrage à Brest du chantier Navantia-Windar

 |  | 1027 mots
Lecture 5 min.
Démarrage sur le Polder de Brest la production  des éléments des fondations du parc éolien en mer de Saint-Brieuc.
Démarrage sur le Polder de Brest la production des éléments des fondations du parc éolien en mer de Saint-Brieuc. (Crédits : Navantia-Windar)
Le démarrage de la construction des éléments des fondations des éoliennes par le consortium espagnol Navantia-Windar marque le véritable lancement du projet de parc de 62 éoliennes offshore situé en baie de Saint-Brieuc. Objectif : produire 9 % de l’électricité consommée en Bretagne.

La production de 34 éléments des 62 fondations du futur parc éolien de la baie de Saint-Brieuc a démarré sur le nouveau polder de Brest. Un an après la sélection du consortium espagnol Navantia-Windar pour fabriquer les fondations des éoliennes offshore qui culmineront à 207 mètres au-dessus de la mer et à 16,2 kilomètres du Cap Fréhel, 28 kms de Bréhat et 35 kms de Saint-Malo, la première société industrielle est désormais implantée.

Au grand soulagement de la Région Bretagne qui investit 220 millions d'euros (avec le fonds Feder et les collectivités locales) dans la construction de ce quai EMR de onze hectares au cœur du port de Brest.

Choisi par la société de Saint-Brieuc, Ailes Marines, filiale du groupe espagnol Iberdrola, le chantier espagnol Navantia-Windar a confirmé vendredi 2 octobre lors d'une présentation des nouvelles infrastructures « la mobilisation de 250 emplois équivalent temps plein durant la période de fabrication des jackets ». Avant l'entrée en fonction des éoliennes avant 2024, ce sont des emplois de soudeurs, d'oxycoupeurs ou d'opérateurs de manutention qui seront basés entre 2021 et 2023 sur une partie du polder.

La technologie retenue par Ailes Marines est de type jacket...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2020 à 22:32 :
6-7 ans minimum de tergiversations, de recours entre les résultats d'appel d'offre et le démarrage des chantiers de construction offshore, tandis que les Allemands, anglais, Danois, Espagnols, Portugais ont pris une bonne longueur d'avance sur le déploiement d'une EnR inépuisable et la plus efficace en terme de coût de production énergétique ( facteur de charge sup à 60%).
Une voie royale pour lancer par la suite, une production d'H2 vert à gde échelle, à partir de l'électrolyse de l'eau de mer.
Une fois de plus, sur ces filières d'avenir, la France ne sera pas leader en Europe ou ds le monde, alors qu'elle possède la plus importante surface maritime territoriale et la technologie des éoliennes flottantes encore plus rapide et plus facile à mettre en oeuvre.
D'où vient cette malédiction ???
Réponse de le 07/10/2020 à 11:57 :
Cette malediction est celle du verbe. Les francais sont bavards, par essence.
Les autres travaillent.
a écrit le 06/10/2020 à 19:29 :
A 155 € le MWh produit (tarif negocie et vendu a EDF), en comparaison au 50 € le MWh cout de production actuel, ces eoliennes sont clairement aidees par l'etat.
En considerant un facteur de charge de 38%, ces 64 eoliennes fourniront une puissance moyenne (sur un an de production) de 188 MWh ! Fantastique !!
C'est ce que produit un reacteur nucleaire de 900 MW en...16 minutes (production de 500 000 MW/mois).
2,5 milliards € le cout des ces 64 eoliennes et 140 personnes pour l'entretien periodique...
Bref un caprice de bobo parisien qui ne veut plus de nucleaire, ni de centrale electrique a charbon/lignite, ni de centrale electrique a fioul, ni...d'eolienne devant sa maison de campagne.
Bref, une solution qui coute tres chere et qui ne peut pas remplacer les moyens de production electrique actuels ( nombre d'eolienne non raisonnable, capacite de stockage electrique chimique (pile) non existant a prix industriel.
Bref, un aveuglement ideologique
a écrit le 06/10/2020 à 16:50 :
Nous attendons tous avec impatience les commentaires passionnants et surtout non répétitifs de monsieur Uranium qui va nous dire que l'énergie renouvelable c'est une honte alors que le nucléaire ça risque rien on va aller fabriquer des éoliennes offshore qui vont détruire la planète.

Mais qu'est-ce qu'on est bête hein quand même... :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :