Comment Happyvore veut devenir un poids lourd des steaks et saucisses végétales

CHEVILLY (LOIRET). Happyvore (ex Les Nouveaux fermiers), spécialisée dans les « viandes » végétales, vient de lever 35 millions d’euros pour financer un nouveau site de production de 4500 m2 dans le Loiret. Sur ce marché alimentaire porteur, la société parisienne veut devenir l’un des leaders en Europe.

3 mn

Happyvore vient de lancer un kit barbecue intégrant saucisses et aiguillettes végétales.
Happyvore vient de lancer un kit barbecue intégrant saucisses et aiguillettes végétales. (Crédits : Reuters)

Située à Chevilly en pleine Beauce, à une quinzaine de kilomètres d'Orléans, l'ancienne l'unité de fabrication de blinis du groupe agro-alimentaire Labeyrie, fermée il y a quatre ans, deviendra d'ici quelques mois le nouvel outil de production de viandes végétales d'Happyvore. La société s'adressait jusqu'à présent à des sous-traitants basés en Normandie. Prévus pour être opérationnels début 2023, les bâtiments modernisés, d'une surface de 4500 m2, sont installés sur un terrain de près de deux hectares. « La position centrale du site est d'une part idéale, car proche de notre siège parisien et à équidistance pour la livraison des points de ventes dans l'Hexagone, explique Guillaume Dubois, cofondateur de Happyvore. Nous souhaitions d'autre part acquérir une usine à rénover plutôt qu'à construire afin de limiter l'utilisation des sols. Enfin, le centre Val de Loire, belle région agricole, cultive la totalité des matières premières végétales que nous utilisons. Les circuits courts font partie de l'éthique d'Happyvore ». La douzaine de produits développés par la société, composés notamment de steaks, de saucisses, aiguillettes et de nuggets végétaux, nécessite en premier lieu des protéines végétales. Ces dernières sont issues des pois, du blé, des fèves et du soja. La fabrication intègre en second lieu de l'huile de tournesol ou d'olive, ainsi que des épices comme le piment de Cayenne. Des arômes naturels générés par la fermentation de végétaux complètent enfin les recettes et donnent leur goût carné aux produits.

L'investissement prévu par Happyvore pour sa nouvelle unité de production, d'une capacité prévue à moyen terme de 10 000 tonnes, s'élèvera à quelque 35 millions d'euros que la société vient de lever auprès du groupe technologique Artal conseillé par le fonds américain Invus. Ce nouvel actionnaire entre au capital aux côtés des actionnaires historiques que sont Adrien de Schompré (Sushi Shop) et Philippe Cantet (Jus Innocent) et des deux fondateurs, qui continuent à en détenir la majorité. Outre l'achat du terrain et des bâtiments ainsi que les équipements industriels, Happyvore recrutera par ce biais 100 salariés, dont une trentaine dès l'ouverture du site. Ces effectifs viendront s'ajouter à ceux existant, de l'ordre d'une soixantaine de personnes, dont une part conséquente d'ingénieurs spécialisés dans l'agro-alimentaire.

Des nouveaux fermiers à Happyvore

Plusieurs motivations ont poussé Guillaume Dubois et Cédric Meston, deux ingénieurs généralistes, à se lancer en 2019 dans l'aventure des Nouveaux fermiers (rebaptisés  Happyvore en 2021). Il s'agissait d'une part de contribuer à la diminution de l'empreinte carbone générée par l'élevage. Il représenterait 15% des émissions de CO2 dans le monde, selon Guillaume Dubois. Grâce aux protéines végétales qu'ils intègrent, les substituts carnés seraient d'autre part meilleurs pour la santé humaine que la viande. Les deux créateurs entendaient aussi contribuer au bonheur animal. Enfin, la nouvelle appétence des consommateurs français, qui seraient 41% à souhaiter inscrire la nourriture végétale dans leurs habitudes alimentaires, a également été un élément moteur du lancement.

Sur ce marché désormais en fort développement dans l'Hexagone, Happyvore était implanté fin 2021 dans 2.000 grandes et moyennes surfaces ainsi que dans un millier de restaurants. Alors que la consommation de viande végétale est présente depuis 2015 au Royaume uni, en Allemagne et aux Etats unis, l'acteur français espère rapidement se hisser parmi les leaders européens du secteur. Le géant suisse Nestlé, avec sa division Herta végétal, est actuellement numéro 1. Happyvore, qui ne précise par son chiffre d'affaires, nourrit ainsi d'importantes ambitions commerciales avec 50 000 implantations en France à l'horizon 2025. La société, qui prévoit de salarier environ 300 collaborateurs d'ici trois ans, compte aussi distribuer ses produits dans plusieurs pays européens à partir de 2024. Son changement de nom l'année dernière avait justement pour première vocation de lui permettre de s'attaquer aux marchés hors de l'Hexagone.

3 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 16/06/2022 à 18:27
Signaler
c'est pas bon, c'est hors de prix, c'est pas forcement meilleur ni pour la sante ni pour le portefeuille........bon, c'est sur, ca donne bonne cosncience aux bobos d'oberkampf.......on n'a pas besoin de faire un steak pour manger des legumes, des poi...

le 17/06/2022 à 16:41
Signaler
Si vous heurtez la "culture" culinaire acquise dans l'enfance, ça va trop perturber les gens. Il leur faut des saucisses, des steaks, du vromage voire du faux gras, sinon ça n'est pas de la gastronomie dé-carnée. Un plat de lentilles c'est triste, ma...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.