Face à Amazon, il faut sauver le soldat commerçant en Centre Val de Loire

ORLEANS (45). La région Centre Val de Loire devrait dégainer dès mardi 10 novembre un nouveau portail numérique fédérant les dispositifs de e-commerce déjà existant sur le territoire. Objectif à l’approche de Noël, modéliser une offre commerciale « Made in région » en click and collect, en guise d'alternative aux achats sur Amazon.
Désertés depuis le 1er novembre, les commerces de Nogent-le-Rotrou peuvent pratiquer le click and collect grâce à leur présence depuis cette année sur la plate-forme Ma Ville Mon Shopping opérée par le Groupe La Poste.
Désertés depuis le 1er novembre, les commerces de Nogent-le-Rotrou peuvent pratiquer le click and collect grâce à leur présence depuis cette année sur la plate-forme Ma Ville Mon Shopping opérée par le Groupe La Poste. (Crédits : Reuters)

Centre Val de Loire Local d'abord! Choisi au cours du week-end, le nom du futur portail régional d'aide au commerce de proximité reflète clairement ses objectifs et sa finalité énoncés mercredi 4 novembre par François Bonneau, le président de la collectivité, et son vice-président à l'économie, Harold Huwart. Avec plus de 50% des recettes annuelles réalisées en novembre et décembre, la période s'annonce cruciale pour les commerces, a fortiori ceux jugés non essentiels qui resteront donc fermés au minimum jusqu'au 1er décembre. « Certains professionnels ont constitué des stocks pour les fêtes qu'ils doivent impérativement écouler, explique Harold Huwart, maire de Nogent-le-Rotrou en Eure et Loir. Pour l'ensemble du tissu commercial, il y a urgence à trouver des voies alternatives de commercialisation grâce au click and collect. Les aides prévues par la région et l'Etat ne suffiront pas, seuls, à sauver des dizaines de commerces ». Et le vice-président de citer pêle-mêle les magasins de jouets, les bijoutiers, les libraires et les fleuristes, sans oublier les restaurateurs proposant de la vente à emporter ou les artisans d'art.

Offre large face à Amazon

Pour éviter que les consommateurs dirigent leurs achats vers les plateformes mondialisées, type Amazon, le portail régional agrègera d'une part la vingtaine de marketplaces lancées par certaines villes, producteurs, associations ou encore CCI du Centre Val de Loire. Les commerçants pourront d'autre part s'inscrire gratuitement et directement sur la plateforme. La variété de produits la plus large possible est la clé du succès, selon Harold Huwart qui espère capter quelque 2.000 commerçants sur les 6.000 que comptent les six départements du territoire. Pour y parvenir, une campagne de communication massive dans les médias locaux est programmée mi- novembre.

Saison 2 et poursuite dans la durée

Cette politique volontariste de la région Centre Val de Loire peut s'appuyer sur l'expérience acquise lors du premier confinement avec la mise en ligne en avril de la plateforme Produits-frais-locaux-centre-valdeloire.fr. Accueillant quelque 700 producteurs, le portail a connu un franc succès au premier semestre mais a vu sa fréquentation baisser sensiblement au moment de la réouverture. Un écueil que souhaite éviter la collectivité pour qui le e-commerce doit devenir un canal pérenne et facilement activable pour les magasins physiques. Centre Val de Loire Local d'abord! a donc vocation à s'inscrire dans la durée, après le coup de pouce décisif qu'il est censé apporter au tissu commercial pour les fêtes 2020.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.