Pourquoi Duralex, Mecachrome et Servier taillent dans leurs effectifs

 |  | 607 mots
Lecture 3 min.
Le site Duralex dans Le Loiret devrait changer de main en 2021.
Le site Duralex dans Le Loiret devrait changer de main en 2021. (Crédits : Reuters)
Après Hutchinson et Daher, le verrier Duralex, l’équipementier Mecachrome et les laboratoires Servier sont touchés de plein fouet par la crise sanitaire. Près de 600 emplois au total sont dans la balance.

Le fabricant de l'emblématique verre Gigogne rechute. Duralex, déjà liquidé en 2008, a été placé en redressement judiciaire le 25 septembre par le tribunal de commerce d'Orléans. En cause, un net recul des ventes à l'export suite à la fermeture des frontières due à l'épidémie du Covid 19. Avec 80% de son chiffre d'affaires réalisé à l'export, le verrier loirétain basé à Saint Mesmin (45) a vu ses recettes baisser de façon drastique depuis six mois. Antoine Ioannides, président de Duralex, anticipe un chiffre d'affaires 2020 ramené à 26 millions d'euros au lieu des 39 millions prévus au budget. Le retard d'installation en 2017 du racleur du nouveau four de cuisson par le fournisseur lorrain Industeam, à qui Duralex réclame 9...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2020 à 17:02 :
quelle surprise, hein?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :