Le casse-tête corse de la transmission d'entreprises

 |   |  487  mots
Étal d'un marchand de fromages corses sur le marché d'Ajaccio (photo prise le 6 février 2018).
Étal d'un marchand de fromages corses sur le marché d'Ajaccio (photo prise le 6 février 2018). (Crédits : Reuters)
AJACCIO. L'Agence de développement économique de la Corse (Adec) favorise la transmission à travers le programme Impresa Sì ("Oui à l'entreprise") dans une île où transmettre est difficile.

Dans une île vieillissante, connaissant la plus forte densité artisanale de France où 96% des entreprises ont moins de 10 salariés, transmettre le projet d'une vie est un parcours semé d'embûches. En 2018, une étude de l'Insee estimait que 2.500 entreprises insulaires étaient vouées à être transmises en dix ans. Conformément au tissu économique corse, 62% des autoentreprises qui peuvent potentiellement être transmises sont concentrées dans le secteur de la construction, le commerce et l'hébergement restauration.

Le plan "Corse transmission" entend accroître l'aide publique

Le plan Corse transmission, initié cinq ans plus tôt par le conseil exécutif de Corse, posait un diagnostic similaire et entendait accroître l'aide publique : un chef d'entreprise de plus de 55 ans sur trois allait transmettre, dans la moitié des cas, à sa famille.

L'Agence de développement économique de la Corse (Adec), à travers le programme qu'elle a lancé il y a trois ans, Impresa Sì (oui à l'entreprise), favorise la transmission. Celle-ci fait l'objet d'une aide « conditionnée à l'intervention d'au moins un outil financier et d'un partenaire bancaire dans le financement du projet », détaillent les...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :