Alsachim fournit une aide pour le dosage des antiviraux

 |   |  715  mots
Alsachim produit à Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin) des tests qui évitent le surdosage des médicaments.
Alsachim produit à Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin) des tests qui évitent le surdosage des médicaments. (Crédits : Olivier Mirguet)
Cette société alsacienne produit des étalons pour le suivi thérapeutique des futurs médicaments contre le Covid.

Quelles sont les méthodes utilisées dans les hôpitaux et les laboratoires pour vérifier l'efficience d'un médicament, en particulier pendant ses phases d'essais ? Les spécialistes en chimie organique proposent une solution : le marquage moléculaire. C'est le coeur du métier d'Alsachim. "Nos outils de bioanalyse permettent à nos clients de faire de la quantification, avec une précision de l'ordre du nanogramme par litre, et d'éviter le surdosage de médicaments. En l'absence de tels standards analytiques, il n'y aurait pas d'études cliniques réglementées", expose Jean-François Hoeffler, fondateur et président de cette société de 42 salariés établie dans le parc d'innovation d'Illkirch-Graffenstaden, en banlieue de Strasbourg. Les kits d'Alsachim sont mis en oeuvre actuellement, dans l'urgence du coronavirus, en appui des essais menés sur l'antiviral remdesivir. Et sur une dizaine d'autres molécules et candidats médicaments que l'OMS a identifiés comme pistes thérapeutiques. "Tout le monde souhaite faire des essais cliniques. Nos produits marqués sont le contrôle qualité interne de ces méthodes analytiques. Ils leur permettent d'être certifiées", argumente Jean-François Hoeffler.

5.000 standards analytiques

Alsachim compte 3.000 clients, hôpitaux, laboratoires ou sociétés de recherche pharmaceutique sous contrat. L'entreprise a établi un catalogue de 5.000 substances et standards analytiques, qu'elle produit à façon. L'essentiel de son activité se concentre depuis le début du mois de mars sur les essais d'antiviraux. "Nous avons anticipé cette demande massive dès l'apparition du coronavirus en Chine. Nous avons vite compris qu'il faudrait recentrer notre production sur de tels antiviraux. Ce travail de veille est l'une de nos forces", estime Jean-François Hoeffler.

Comment mener cette accélération de l'activité en plein confinement ? Alsachim a réalisé en mars et avril deux records de chiffre d'affaires. "22 salariés sont présents en production, dont 15 chimistes. C'est l'essentiel. Le reste de l'effectif est en télétravail", détaille Jean-François Hoeffler. Les préparations s'effectuent manuellement, dans les laboratoires cloisonnés où les gestes barrière préconisés en période d'épidémie se pratiquent toute l'année. Certains salariés volontaires, qui ne souhaitaient plus rentrer à leur domicile pour cause d'exposition potentielle au virus, se sont vus...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :