Avec Spareka, Electro Dépôt propose de réparer plutôt que de racheter

 |  | 620 mots
Lecture 3 min.
Stéphane Belot, directeur de la transition écologique et sociétale chez Electro Depôt.
Stéphane Belot, directeur de la transition écologique et sociétale chez Electro Depôt. (Crédits : Electro Depôt)
L'enseigne low-cost Electro Dépôt (groupe Boulanger), siégeant à Faches-Thumesnil (59), propose étonnamment à ses clients de réparer eux-mêmes les produits en panne, plutôt que d'en racheter.

Electro Dépôt ne s'est pas improvisé roi du bricolage... mais l'enseigne d'électroménager et d'électronique s'est rapprochée de la start-up parisienne Spareka pour servir sa politique globale de réduction de son empreinte carbone. « Cette volonté de proposer de réparer constitue pour nous un pivot stratégique : nous estimons que la transition écologique sera demain aussi importante que le virage actuel du digital », détaille Stéphane Belot, directeur de la transition écologique et sociétale chez Electro Depôt (95 magasins en Europe, 82 en France, 3 en Espagne et 9 en Belgique, plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires, 1800 collaborateurs).

Auto-diagnostic et auto-réparation

Le raisonnement va justement à l'encontre de la désormais...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2020 à 16:13 :
le probleme c est que reparer en france coute plus cher que de racheter un neuf made in china... Salaire, charge sociales, cout de l immobilier (eh oui il faut bien payer les bureaux et l employe doit bien se loger) tout ca coule le made in france
Réponse de le 15/11/2020 à 13:12 :
ce qui plombe la france c'est sa desindutrialisation
qui est compense par des augmentation fiscale et le nombre de taxes pour
permettre aux haut fonctionnaire de vivre au dessus de leur moyen
Réponse de le 15/11/2020 à 13:14 :
ce qui plombe la france c'est sa desindutrialisation
qui est compense par des augmentation fiscale et le nombre de taxes pour
permettre aux haut fonctionnaire de vivre au dessus de leur moyen
ou le nombre de productif en france 7 pour cent contre 13 en allemagne et 15 en suisse
a écrit le 13/11/2020 à 15:09 :
Il y a déjà un choix d'électrodépot de tenter de fournir toutes les pièces détachées de ce qui est vendu dans son magasin,mais quand la pièce détachée coûte plus cher que la valeur vénale de l'objet ça ne vaut pas le coup.
Pour électrodépot je ne sais pas, mais à la première panne je testerais, pas de souci de compétance, je sais dépanner tous azimuths de la mécanique, électrique, électronique, optique etc
a écrit le 13/11/2020 à 10:35 :
PLutôt que de réparer de la m... il vaudrait mieux vendre de la qualité mais on se demande bien s'il reste encore des acteurs industriels capables de nous faire de la qualité.

Que je regrette la qualité de fabrication des objets des années 80 même si la gangrène était déjà installée, sans parler de cette ampoule qui brille à la station de pompiers de New York depuis plus d'un siècle. Ben ils l'ont pas changé tout simplement !

Comment des industriels n'ont ils pas honte de fabriquer des objets de mauvaise conception, peuvent ils encore avoir le droit de porter ce nom, seulement pour faire plaisir à la cupidité maladive des marchés financiers dont le néolibéralisme est en train d'éradiquer le monde ?

On part de bien loin quand même hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :