Avec Spareka, Electro Dépôt propose de réparer plutôt que de racheter

L'enseigne low-cost Electro Dépôt (groupe Boulanger), siégeant à Faches-Thumesnil (59), propose étonnamment à ses clients de réparer eux-mêmes les produits en panne, plutôt que d'en racheter.
Stéphane Belot, directeur de la transition écologique et sociétale chez Electro Depôt.
Stéphane Belot, directeur de la transition écologique et sociétale chez Electro Depôt. (Crédits : Electro Depôt)

Electro Dépôt ne s'est pas improvisé roi du bricolage... mais l'enseigne d'électroménager et d'électronique s'est rapprochée de la start-up parisienne Spareka pour servir sa politique globale de réduction de son empreinte carbone. « Cette volonté de proposer de réparer constitue pour nous un pivot stratégique : nous estimons que la transition écologique sera demain aussi importante que le virage actuel du digital », détaille Stéphane Belot, directeur de la transition écologique et sociétale chez Electro Depôt (95 magasins en Europe, 82 en France, 3 en Espagne et 9 en Belgique, plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires, 1800 collaborateurs).

Auto-diagnostic et auto-réparation

Le raisonnement va justement à l'encontre de la désormais très connue « obsolescence programmée » et du tout-poubelle. D'autant plus que 40% des gros appareils d'électroménagers jetés sont réparables et que 94% des pannes peuvent être résolues sans connaissances particulières. « Notre première motivation est citoyenne car nous considérons que nous, les distributeurs, devons être responsables : nous nous sommes donnés dix ans pour modifier profondément notre ADN en faveur de la transition écologique », poursuit Stéphane Belot. « Notre deuxième motivation est commerciale puisque les consommateurs attendent un accompagnement dans toute la durée de vie du produit », précise-t-il.

Pour aiguiller les apprentis bricoleurs, Spareka propose en effet de l'auto-diagnostic et même de l'auto-réparation via un chatbot ou via une visio avec un technicien : une simple pièce de peut faire repartir un lave-linge ou un lave-vaisselle pour trois ou quatre ans. A peu de frais puisque là, encore, trois auto-réparations sur quatre coûtent moins de 50 euros. « Nous perdons certes quelques ventes à court terme mais nous fidélisons les clients, avec une expérience de marque hyper positive, bien au-delà de notre engagement légal pour la garantie », résume Stéphane Belot.

Impact de la fabrication et de l'usage

Electro Dépôt a réalisé en début d'année son bilan carbone du groupe. « 90% de l'impact carbone de notre société provient pour un tiers de la fabrication et pour un tiers de l'usage, et non du transport. Comme nous sommes de grands vendeurs de produits à notre marque, nous travaillons déjà à exiger plus concernant leurs conditions de fabrication, leur durée de vie et leur « réparabilité » », explique le directeur de la transition écologique et sociétale.

Spareka, lui, se rémunère avec la vente de pièces détachées, rétrocédant une commission dans le cadre d'Electro Dépôt (le business model différant en fonction des prestations). « Nous possédons un spectre assez large pour proposer la bonne pièce pour le bon appareil », commente Antoine Dournel, directeur des partenariats chez Spareka. Dans un univers où il existe beaucoup d'acteurs de pièces détachées, Spareka se distingue « par la pédagogie mise en place, que ce soit dans les étapes de la réparation mais aussi dans les conseils d'entretien », poursuit-il. La start-up constate un net engouement pour le « do it yourself » depuis cinq ans, particulièrement visible pendant le premier confinement.

Une statistique est particulièrement parlante : « Une fois qu'une personne a réussi une réparation, on est à peu près sûr qu'elle réparera à nouveau. Nous sommes actuellement en discussion avec plusieurs acteurs, dont des fabricants et des assurances », explique Antoine Dournel. La levée de 5 millions d'euros réalisée en mai dernier va permettre en parallèle de mettre en place une marketplace, de développer l'international et de perfectionner les outils pédagogiques tout en augmentant le nombre d'appareils couverts. Pour que demain tout a chacun puisse devenir roi du bricolage.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 13/11/2020 à 16:13
Signaler
le probleme c est que reparer en france coute plus cher que de racheter un neuf made in china... Salaire, charge sociales, cout de l immobilier (eh oui il faut bien payer les bureaux et l employe doit bien se loger) tout ca coule le made in france

le 15/11/2020 à 13:12
Signaler
ce qui plombe la france c'est sa desindutrialisation qui est compense par des augmentation fiscale et le nombre de taxes pour permettre aux haut fonctionnaire de vivre au dessus de leur moyen

le 15/11/2020 à 13:14
Signaler
ce qui plombe la france c'est sa desindutrialisation qui est compense par des augmentation fiscale et le nombre de taxes pour permettre aux haut fonctionnaire de vivre au dessus de leur moyen ou le nombre de productif en france 7 pour cent contre...

à écrit le 13/11/2020 à 15:09
Signaler
Il y a déjà un choix d'électrodépot de tenter de fournir toutes les pièces détachées de ce qui est vendu dans son magasin,mais quand la pièce détachée coûte plus cher que la valeur vénale de l'objet ça ne vaut pas le coup. Pour électrodépot je ne sa...

à écrit le 13/11/2020 à 13:40
Signaler
Encore faut-il que ce soit réparable, que les pièces détachées soient disponibles pour un coût raisonnable, que ce soit fait par une main d'oeuvre spécialisé la réparation assortie d'une garantie. Pour une machine à laver, remplacer les roulements d...

à écrit le 13/11/2020 à 10:35
Signaler
PLutôt que de réparer de la m... il vaudrait mieux vendre de la qualité mais on se demande bien s'il reste encore des acteurs industriels capables de nous faire de la qualité. Que je regrette la qualité de fabrication des objets des années 80 mêm...

le 13/11/2020 à 11:07
Signaler
sans oublier la vieille dame qui va toujours au marché avec sa 203 (premiere main) a voir sur youtube.

le 13/11/2020 à 11:41
Signaler
L'idée derrière l'obsolescence programmée c'est le re-financement des innovations, c'est tragique mais d'un autre coté il n'y aurait eut aucun progrès technologique. Vous parlez d'ampoule, l'efficacité énergétique de celles-ci est aujourd'hui sans c...

le 13/11/2020 à 17:16
Signaler
Cher citoyen blasé. Pourriez-vous montrer que le taux de panne aujourd'hui est supérieur á celui des années 80 sur l'ensemble de la production. Parce que si vous comparez les voitures des années 1980 encore en circulation avec le parc actuel c'est ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.