Grand Paris Express  : la colère des édiles avant même la non-décision d'Edouard Philippe

 |   |  499  mots
Edouard Philippe.
Edouard Philippe. (Crédits : Reuters)
Au séminaire sur le Grand Paris Express organisé ce vendredi 26 janvier 2018 par Matignon, le Premier ministre a confirmé, sans préciser de dates ou de coupes, le maintien du projet, suscitant, avant même son allocution, l'impatience des élus locaux venus en nombre.

« C'est une réunion où l'on ne fera pas d'annonces, ni où l'on prendra des décisions, ni une réunion sur la gouvernance du Grand Paris. L'objectif est d'échanger, discuter, peut-être travailler ensemble sur le Grand Paris Express, un projet incroyablement ambitieux, complexe à certains égards. Il ne s'agit pas de le remettre en cause mais de mener à son terme ce projet. On n'est pas là pour l'arrêter. »

Ainsi parle Edouard Philippe, en ouverture du séminaire organisé ce vendredi 26 janvier 2018 par Matignon. Sur scène, la présidente (LR) de la région Île-de-France Valérie Pécresse, le préfet de Paris Île-de-France Michel Cadot, le maire (PS) de Cachan, président du conseil de surveillance de la SGP et vice-président, depuis mercredi dernier, de la MGP chargé des Finances. Philippe Yvin, président de la SGP, est, en revanche, assis au quatrième rang.

Avant même l'ouverture des débats, le conseiller Grand Paris d'Anne Hidalgo et ancien adjoint de Bertrand Delanoë chargé de cette question, Pierre Mansat, pense que le Gouvernement « donne le sentiment qu'il a consulté ». Laurent Lafon, sénateur (UDI) et ex-maire de Vincennes, est critique, lui aussi, sur la forme d'une telle réunion : « tous les élus sont invités à une grand-messe. Ce n'est guère propice à des débats sereins ».

Refus de tout détricotage

Son homologue (LR) de Nogent-sur-Marne, Jacques JP Martin, à l'origine du projet Orbival en 2006 avec le patron (PCF) du Val-Marne Christian Favier, refuse, de son côté, tout « détricotage » : « un métro comme le nôtre ne peut pas fonctionner sans interconnexion et sans rocade ! » Xavier Lemoine, maire (LR) de Montfermeil, dont le Président Macron a confirmé cet automne l'arrivée de la ligne 16 en temps et en heure, s'énerve contre « une comptabilité d'épicier alors que c'est nous qui payons la taxe qui rembourse les emprunts ! »

Même son de cloche chez le socialiste Le Bouillonnec : « c'est de la bonne dette ! Si on retarde, ça n'en coûtera que plus cher ! ». Le président (PS) du conseil départemental de Seine-Saint-Denis qui, selon nos informations, expérimentera le pass culture en mars 2018 avec le Bas-Rhin, la Guyane et l'Occitanie, Stéphane Troussel reprend cet élément de langage à son compte : « l'argument de la dette est un mauvais argument et n'empêche pas un prêt du Trésor à un milliard d'euros pour le CDG Express ! ».

Son collègue (LR) de Seine-et-Marne, Jean-Jacques Barbaux, dont aucune ligne passera par son territoire, est présent pour « arrêter de déconsidérer la grande couronne » : « on clive entre les élus alors qu'on fait partie d'un ensemble. Pourquoi pas un partenariat financier dans des conditions de revoyure pour les collectivités locales ? ». Jean-Marc Nicolle, maire (MRC) du Kremlin-Bicêtre, résume, enfin, l'état d'esprit général : « ces annonces viennent ralentir cette créativité et cet élan. C'est quand même la première fois que nous sommes consultés... »


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2018 à 9:30 :
Précision: le Grand Paris Express desservira le département de la Seine-et-Marne avec les ligne 16 et 17. En effet, il y aura une gare à Chelles (ligne 16) et au Mesnil-Amelot (ligne 17).
a écrit le 28/01/2018 à 6:49 :
Lorsque l'on BAFOUE la démocratie c'est extrêmement grave. Nous rentrons à ce moment là dans une DICTATURE. On vient de s'apercevoir que ce mouvement 'En Marche"' s'essouffle auprès des Français. Des décisions corrompues: 1,7% de CSG sans compensation pour les retraités, les fonctionnaires. Retraités qui pour la majeur partie en plus ne bénéficierons pas de la suppression de la taxe foncière. Limitation arbitraire de la vitesse sur nos routes secondaires à 80 km/heur. Abandons de l'aéroport de Notre Dame des Landes alors que force devait rester à la Loi.
Tous les français imposables n'ont qu'à plus payer leurs impôts à ce moment là!!!!
a écrit le 27/01/2018 à 1:57 :
La France est en faillite. Dixit un specialiste de la prebende: fillon.
Bon courage a ceux qui n'ont aucun choix, celui de pouvoir decamper.
Réponse de le 27/01/2018 à 14:01 :
cette équipée gouverne par idéal.. ne tenant pas compte du soutien du peuple .. pas de résultat a attendre.
a écrit le 27/01/2018 à 1:07 :
Incroyable, tous les parisiens payent pour ce futur métro au niveau des impôts locaux , hors que la petite couronne concernée !!!!
De plus c'est un ensemble de lignes nouvelles mais apparemment à plusieurs vitesses !!!
A ce rythme les Yvelines, la Seine et Marne, l'Essonne, ainsi que le Val d'Oise auront leur lignes en l'an 3000 !!!!
Autant tout arrêté, de toute façon dans ce pays c'est non à tout : autoroutes, aéroports, barrages, ports, futur métro.... Bref terminer les projets, conseils au futur générations : quitter la France pour des pays plus ambitieux, plus d'emploi, et d'innovation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :