Le radar sonore Méduse de Bruitparif piste l'origine des pics de bruit

 |   |  331  mots
Le capteur Méduse.
Le capteur "Méduse". (Crédits : Bruitparif.fr)
L'association a mis au point un sonomètre capable de déterminer la provenance du bruit. Les élus locaux veulent s'en servir pour sanctionner les contrevenants.

Après le radar qui mesure la vitesse des automobilistes, bientôt le radar sonore ? Depuis un an, Bruitparif expérimente la Méduse, un sonomètre perché en haut d'un mât qui, avec un capteur, quatre microphones et un algorithme, permet de reconstituer la trace acoustique d'un bruit.

Autrement dit, sur la RD91 dans les Yvelines, le centre francilien d'évaluation technique de l'environnement sonore, qui a internalisé et breveté le produit, est capable d'identifier l'origine d'un taux de décibels supérieur à la normale. « Un dimanche du mois de juillet, nous avons eu quatre cents pics de différentes intensités sur la journée, dont quatre-vingts approchant les 90 voire les 100 décibels, raconte Fanny Mietlicki, directrice de Bruitparif.

Un amendement déposé pour une expérimentation sur deux ans.

« Nous avons décidé d'aller plus loin et avec la communauté de communes de la Haute Vallée de Chevreuse, nous avons signé une convention de partenariat de 20.000 euros qui prévoit l'installation de deux Méduses et quatre afficheurs pédagogiques. » À moyen terme, l'objectif est de coupler cet outil de mesure avec des systèmes de lecture de plaques d'immatriculation et des caméras de vidéoverbalisation, voire d'en faire un engin portatif utilisable par les policiers et gendarmes.

Pour cela, le député (MoDem) de la 2e circonscription des Yvelines, Jean-Noël Barrot, a déposé un amendement, dans le cadre de la loi d'orientation des mobilités, afin d'autoriser une expérimentation sur deux ans.

« Aujourd'hui, si un motard est arrêté avec un bruit supérieur à celui autorisé sur sa carte grise et qu'il a retiré sa chicane, il risque déjà 90 euros d'amende. S'il ne peut pas replacer ce "silencieux'', il est immobilisé, explique le parlementaire. Demain, le dispositif sera susceptible d'identifier sa plaque et de comparer avec les décibels autorisés par sa carte grise. Je suis en discussion avec les ministères de l'Intérieur et des Transports pour avancer. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2019 à 14:53 :
Taxé, toujours taxé, ils ne savent faire que cela.
a écrit le 15/10/2019 à 9:05 :
"Demain, le dispositif sera susceptible d'identifier sa plaque et de comparer avec les décibels autorisés par sa carte grise"

Chut ! Plus de bruit c'est la ronde de nuit...
a écrit le 15/10/2019 à 9:00 :
Motos, voitures de sport, mobylettes,trains...
La nuit les chantiers ne font pas de bruit!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :