La Corse à la recherche de sa relance économique

 |  | 1273 mots
Lecture 7 min.
Pour le président de l'exécutif corse, Gilles Simeoni, le plan France relance, annoncé le 3 septembre, est devenu obsolète en raison de la deuxième vague, et il n'a pas de dimension territoriale alors qu'il y a bien un particularisme corse.
Pour le président de l'exécutif corse, Gilles Simeoni, "le plan France relance, annoncé le 3 septembre, est devenu obsolète en raison de la deuxième vague, et il n'a pas de dimension territoriale alors qu'il y a bien un particularisme corse". (Crédits : Charles Platiau)
Avec le plan "salvezza è rilanciu" (sauvegarde et relance), le conseil exécutif corse veut décliner localement "France relance" en mobilisant 400 millions d'euros dont il espère que les trois quarts seront financés par l'Etat dans la région la plus impactée par la crise sanitaire.

Qui détient la clé de la relance économique corse? Alors que l'assemblée de Corse a voté à l'unanimité vendredi 26 novembre son plan "Salvezza"(sauvegarde), premier chapitre d'une stratégie qui comprend également un volet "rilanciu" (relance), les interrogations sont de mise dans la région française la plus touchée par la crise sanitaire.

Une perte de 18% de PIB

Pour 2020, l'instance régionale évalue la baisse du PIB à 18% (contre 11% au plan national) dans une île qui tire le tiers de sa richesse du tourisme et des transports et où un salarié sur trois a bénéficié du dispositif du chômage partiel. Elle s'attend, dans la zone métropolitaine la plus frappée par la précarité, à un taux de chômage avoisinant 11,2% à la fin du mois, soit 1,5 point de plus que sur le continent. La crainte affichée est celle d'un futur "choc social", avec un taux de pauvreté de 18% incluant les jeunes en recherche d'emplois, les étudiants désoeuvrés ne pouvant financer leurs études ou encore les personnes âgées isolées.

Ces données, avec la contraction brutale de l'activité saisonnière amplifiée par le deuxième confinement, font dire à l'exécutif du président Gilles Simeoni que le choc n'est plus seulement "touristique mais domestique". Autrement dit qu'il mine durablement l'ensemble de l'activité économique et sociale, entraînant une perte de revenus pour les ménages.

"Salvezza è rilanciu", le plan insulaire

"Le plan France relance, annoncé le 3 septembre, est devenu obsolète en raison de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2020 à 2:23 :
Politique de posture tout simplement, comme c'est le cas depuis 6 ans.
Les pseudo-nationalistes sont des gens qui servent les intérêts économique d'une minorité tout en se faisant passer pour les défenseurs du peuple corse. Des Trumps nustrali on pourrait dire ...
a écrit le 03/12/2020 à 18:02 :
indépendance oui mais on veut bien que l etat donne de l argent !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :