Sciences de la vie : un accord pour accélérer les transferts de technologies

 |   |  269  mots
Philippe Nérin, président de AxLR, société régionale d'accélération de transfert de technologies (SATT) © Christine Caville
Philippe Nérin, président de AxLR, société régionale d'accélération de transfert de technologies (SATT) © Christine Caville (Crédits : © Christine Caville)
AxLR, la société régionale d'accélération de transfert de technologies présidée par Philippe Nérin, et la filiale de l'Inserm dédiée à la même thématique se sont entendues, le 6 février, pour collaborer dans les sciences de la vie.

AxLR, l'une des cinq SATT (société régionale d'accélération de transfert de technologies) créées dans le cadre des Investissements d'Avenir, a conclu un accord de partenariat, le 6 février 2013, avec Inserm Transfert.
Inserm Transfert est la filiale privée de l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) chargée de gérer l'intégralité de la valorisation et du transfert des connaissances issues de ses laboratoires de recherche. Cet accord est l'un des premiers du genre signés par Inserm Transfert en France.
« Par cet accord, nous mettons nos moyens en commun pour promouvoir des projets plus ambitieux et plus risqués dans le domaine des sciences de la vie, indique Philippe Nérin, président d'AxLR. Nous pourrons accompagner de cinq à dix projets par an, chacun pouvant bénéficier d'un investissement de 300 000 euros minimum. C'est un des premiers signes positifs sur l'action que nous allons mener au sein de la SATT. »

Dix à quinze dossiers sélectionnés d'ici fin juin

Recruté en août 2012, Philippe Nérin est, par ailleurs, en train de finaliser le recrutement de l'équipe de direction d'AxLR : 12 personnes l'ont rejoint à ce jour, avec un objectif de 15 salariés en mars.
AxLR a récemment lancé un appel à projets pour lequel une cinquantaine de chercheurs ou d'équipes de recherche, au 14 février, ont déjà postulé. « Nous présenterons ces dossiers à notre comité d'investissement dans trois mois, précise le dirigeant. D'ici fin juin, nous en aurons sélectionné entre dix et quinze, sur lesquels nous investirons de 2,2 millions d'euros à 3 millions d'euros en 2013. »

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :