A Lisieux, Adial fait de l’or avec des pizzas

Le champion mondial des distributeurs automatiques de pizza n’est ni romain, ni napolitain, il est normand. Installée à l’ombre de la basilique de Saint Thérèse, la société Adial inonde la France et une partie du monde de ses automates. Le coronavirus ferme les restaurants mais remplit son carnet de commandes.
Les artisans restaurateurs, premiers clients d'Adial, ne sont plus disposés comme leurs aînés à passer leur vie derrière les fourneaux. Ils cherchent un meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. Un automate leur permet de calmer les coups de feu voire de fermer certains soirs, remarque Vincent Le Gouic.
Les artisans restaurateurs, premiers clients d'Adial, ne sont plus disposés comme leurs aînés à passer leur vie derrière les fourneaux. "Ils cherchent un meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. Un automate leur permet de calmer les coups de feu voire de fermer certains soirs", remarque Vincent Le Gouic. (Crédits : Adial)

Le 3 novembre, Adial a fêté l'installation de son millième distributeur automatique de pizzas (ou DAP). Le 14 décembre, il fêtera le 1.045e. C'est dire le rythme de croissance de cette entreprise française devenue, en quelques années, le leader mondial de sa spécialité.
L'histoire débute en 2002. A l'époque, un entrepreneur normand du nom de Max Petit cherche à reconvertir ses distributeurs de DVD que la numérisation condamne à une mort certaine. Il développe un premier prototype de DAP dont il vend une trentaine d'exemplaires, les meilleures années. Pour la France du début des années 2000, acheter une pizza en libre service relève encore de l'hérésie. La PME vivote jusqu'à son rachat en 2015 par un ancien cadre d'Arcelor Mittal, Vincent Le Gouic, à qui le concept tape dans l'œil.

« Pour calmer les coups de feu »

Refonte du service commercial, amélioration de l'environnement logiciel des machines, développement du marketing... Le nouveau patron donne de sa personne. En cinq ans, l'entreprise multiplie par six son chiffre d'affaires et fait passer ses effectifs de 13 à 78 personnes. Son usine produit aujourd'hui 300 distributeurs par an.
Depuis l'ère Max Petit, les mentalités ont évolué. Les artisans restaurateurs, premiers clients d'Adial, ne sont plus disposés comme leurs aînés à passer leur vie derrière les fourneaux. "Ils cherchent un meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. Un automate leur permet de calmer les coups de feu voire de fermer certains soirs", remarque Vincent Le Gouic.

Des effets positifs du coronavirus

Quelques clients « historiques »  abandonnent même la salle pour gérer des parcs d'une quinzaine de machines depuis leur cuisine. Il faut dire que le DAP promet un retour sur investissement doré sur tranche. "Bien gérée et bien localisée, une machine rapporte en moyenne 100.000 euros et jusqu'à 350.000 pour les plus bénéficiaires pour un prix d'achat maximum de 60.000 euros", vante le fabricant. Les deux confinements ont, en outre, dopé les commandes. "Ceux qui hésitaient encore sont passés à l'acte", constate-t-il. Après un premier semestre en demie teinte, l'entreprise devrait terminer l'année sur une croissance de 52 %.

Au pays de Papa Joe

Ouverte en 2019 avec un partenaire canadien, l'usine jumelle de l'Ontario connaît elle aussi une montée en charge du fait de la pandémie, malgré un environnement de marché radicalement différent. Ici, pas d'artisans mais des enseignes musculeuses  telles que Papa Joe ou Domino's à qui la « petite » normande ne se risque pas à aller cherche des noises. L'établissement qui fabrique ses propres pizzas préfère emprunter des chemins de traverse, avec un certain succès. Il vient d'écouler 120 automates auprès d'une société de restauration universitaire et d'une chaine de stations services. "Jusqu'ici seule l'armée française nous en avait acheté autant", s'amuse Vincent Le Gouic.

"La cantine a vécu"

Fort de ces bons résultats, l'intéressé vient de s'offrir, avec le soutien de France Relance, un nouveau bâtiment de 6.000 m2 à Lisieux depuis lequel il rêve d'attaquer le marché de la restauration en entreprise. "Le concept de cantines ou de self à heures fixes a vécu. Je suis persuadé qu'il  existe une fenêtre de tir pour la restauration automatique", pronostique t-il.

En attendant peut-être de prendre pied dans les immeubles de bureaux, Adial développe de nouveaux services. Dans les cartons de son service R&D : un distributeur de paninis, un autre de sushis et un module d'IA pour optimiser le remplissage des machines en fonction de la saison ou de l'implantation. "Le  marché de la pizza est très fluctuant, il dépend beaucoup du climat et des rythmes de vie. Les soirs de matches de foot sont bons, les vacances scolaires excellentes mais les lundis et mardi par exemple sont des jours noirs", analyse-t-il. Le DAP, en revanche, semble avoir de beaux jours devant lui.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 14/12/2020 à 11:21
Signaler
Félicitations à Max Petit pour cette superbe reconversion ainsi qu'à ces successeurs. Belle opportunité pour la capitale du Pays d'Auge qui en a bien besoin.

à écrit le 14/12/2020 à 9:29
Signaler
Cette déshumanisation du commerce est une bonne chose pour cette entreprise certes mais certainement pas pour l'humanité. Par exemple ma boulangère à moi elle est souriante, elle est gentille, elle est dévouée, quand la boulangerie est fermée ell...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.