Dejamobile : « Le temps du paiement mobile est arrivé »

 |   |  311  mots
Désormais l’un des leaders pour les solutions de paiement sécurisées sans
contact, la fintech normande voit ses dix ans de R&D récompensés.
Désormais l’un des leaders pour les solutions de paiement sécurisées sans contact, la fintech normande voit ses dix ans de R&D récompensés. (Crédits : iStock)
Pionnière des technologies sans contact, Dejamobile est l'un des trois acteurs du consortium retenu par Île-de-France Mobilités pour dématérialiser sa billettique.

Les Franciliens ne le savent pas mais s'ils peuvent, depuis fin septembre, acheter et valider leurs tickets de métro et leur pass Navigo sur leur téléphone mobile, c'est en partie grâce à un savoir-faire « made in Caen ». La solution retenue par Île-de-France Mobilités a été développée par la société Dejamobile associé à Thales et Wizway sous l'égide de l'Union des groupements d'achats publics (Ugap).

Une longueur d'avance

Ce contrat avec le grand réseau de transport public européen constitue une référence en or massif pour la fintech normande (40 collaborateurs), déjà certifiée par Visa, Mastercard et le Groupement des cartes bancaires pour ses solutions de paiement mobile sécurisées. « Entrer dans le catalogue de l'Ugap atteste d'une maturité technique sans reproche. Par son entremise, nous allons pouvoir toucher l'ensemble des collectivités, mais aussi dupliquer le modèle à l'export », se félicite Bertrand Pladeau, le directeur général de Dejamobile.

La société cofondée par trois ingénieurs issus du laboratoire de recherche caennais d'Orange, voit ainsi près d'une décennie de R & D sur les technologies du sans contact pour le paiement, le transport et le commerce,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :