Lâché par l'Etat, le Versailles du cheval cherche à se remettre en selle

 |  | 794 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Région Normandie)
Qui sait combien de lignées d’étalons sont nés dans ses écuries en trois siècles. Totem pour le milieu du cheval, le plus ancien des haras nationaux n’en a pas moins perdu de son lustre. En passe de perdre aussi son statut d’établissement public national, le Pin comme l’appelle les initiés veut se réinventer en « resort » à thème pour marier tourisme nature et sports équestres.

C'est Louis XIV qui, sous l'influence de Colbert, décide de fonder l'administration des haras nationaux pour reconstituer la cavalerie royale décimée par les guerres mais surtout pour rapatrier en France -on dirait relocaliser de nos jours- la discipline de l'étalonnage dans laquelle excellent italiens et allemands. Le Pin sera le premier haras à incarner cette volonté de reconquête.

 La royauté voit les choses en grand. Construit sur les généreux pâturages de l'Orne au milieu d'un parc de plus de mille hectares, le château somptueux s'ouvre sur une immense cour d'honneur cernée d'écuries disposées en fer à cheval. L'esprit de Mansart et de Le Nôtre souffle sur le domaine à qui Jean de la Varende donnera le nom de « Versailles du cheval ». Pendant 300 ans, sous la tutelle de l'Etat, les étalons qui habitent les lieux donnent naissance à des dizaines de lignées de chevaux d'armes puis de sport dont...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2020 à 13:15 :
Nos dirigeants ne voient pas tout ce que ce type d'économie traditionnelle nous rapporte à long terme, non ils sont tous paramétrés par les marchés financiers, leurs pensées si on peut appeler ça comme ça ne peuvent pas voir plus loin que le bout de leur nez et c'est comme ça que l'on ruine totalement une économie française de haute tenue comme celle des plantes d'imports-exports, très prisée quand nous mettions en quarantaine toutes les plantes afin de ne pas se faire envahir par les petites bêtes venant d'ailleurs ! Ben oui cela aurait bien servi on n'aurait pas tout ses fléaux tel le frelon asiatique et autres multiples insectes et végétaux particulièrement invasifs et destructeurs pour notre écosystème.

L'UE a parié massivement sur la bêtise et l'incompétence afin que l'on ne se penche pas sur le pillage qu'elle orchestre de l'argent public, il fallait bien se douter que les conséquences en seraient dramatiques. Car il faut le dire et nous le voyons tous les jours un peu plus, nos politiciens sont de gros incultes ! Plus on possède et plus on est possédé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :