Permaculture. Perrine et Charles Hervé-Gruyer, ils sèment...

DÉCIDEURS. Exégètes convaincus de la permaculture, ils ont été les premiers en France à populariser ce qui est à la fois une méthode conceptuelle, une philosophie et un art de vivre. Ces deux jardiniers ont compilé le savoir accumulé dans leur ferme du Bec Hellouin dans un ouvrage en trois tomes qui vient de paraître.

3 mn

Pionniers de la permaculture en France, Charles et Perrine Hervé-Gruyer produisent autant sur 1.000 mètres carrés qu’un maraîcher bio sur 1 hectare avec tracteur.
Pionniers de la permaculture en France, Charles et Perrine Hervé-Gruyer produisent autant sur 1.000 mètres carrés qu’un maraîcher bio sur 1 hectare avec tracteur. (Crédits : DR)

À ceux, de plus en plus nombreux qui veulent suivre leurs traces, ils n'en font pas mystère : savoir planter des choux à la mode de chez eux ne s'improvise pas. Il aura fallu plusieurs années avant que le lopin de terre ingrat du Bec-Hellouin ne devienne ce potager luxuriant montré en exemple de la Chine à la Patagonie et jusqu'au Mozambique. C'est en 2004 que les deux globe-trotters en quête de sens - elle juriste internationale et psychothérapeute, lui marin, écrivain et documentariste - y posent leurs baluchons, nantis d'un petit pécule, de neurones en bon état de marche... et de « brouettées d'idéalisme et de naïveté ».

Quinze ans plus tard, leur second livre "Vivre avec la Terre" raconte, avec force photos, schémas et dessins, le chemin épineux qu'ils ont débroussaillé. Car avant d'acquérir ce sens de l'humus devenu leur marque de fabrique, le couple manque d'y laisser son sens de l'humour. Les arpents qu'ils espéraient nourriciers se révèlent durs à cuire « à peine dix centimètres de bonne terre, mais dessous des mètres de cailloux ». Les débuts sont difficiles, les dettes poussent plus vite que les récoltes.

Les deux apprentis agriculteurs persistent. « Le jour aux champs, la nuit devant l'ordinateur », ils s'initient aux finesses de la permaculture, cet art de vivre et de produire vertueux, théorisé par deux universitaires australiens iconoclastes, David Holmgren et Bill Mollison. Le couple puise avec gourmandise dans cette philosophie qui fait écho à leurs convictions et qui consiste à reproduire les écosystèmes naturels sans contraindre ni les plantes ni les hommes.

--

Perrine et Charles Hervé-Gruyer

[Perrine et Charles Hervé-Gruyer. Crédits : L'Eveil Normand]

--

La force du poignet et des synapses

Le mot « exploiter » n'a pas cours dans leur ferme, pas plus que celui de « mauvaise herbe ». Leur travail est le fruit d'une approche qui relève d'un alliage d'empirisme, d'intuition et de science agronomique où « chaque élément remplit plusieurs fonctions » : théorème de base de la pensée permacole. D'abord observer, puis patiemment « designer » parce que « l'intention et les concepts sont plus importants que les données techniques ». Ensuite, se muer en « humbles assistants des vers de terre » pour recréer un sol plus fertile.

Le résultat, en plus d'être beau, est bluffant. Huit cents variétés de végétaux prospèrent dans ce petit coin de paradis niché à l'ombre d'une abbaye bénédictine, sillonné de buttes, ourlé par une forêt comestible et traversé par un bras du Bec. Ici ni engrais chimiques, ni pesticides, ni mécanisation, mais une productivité record gagnée à la force du poignet... et des synapses. « Nous pratiquons une agriculture intensive gourmande en intelligence et en main-d'œuvre », résume la maîtresse des lieux. En apparence, un joyeux fouillis hospitalier.

En réalité, un écosystème savant au rendement ébouriffant que l'INRA et AgroParisTech ont ausculté pendant quatre ans jusqu'à démontrer qu'il produisait autant sur 1.000 mètres carrés qu'un maraîcher bio sur 1 hectare avec un tracteur.

Les Hervé-Gruyer ne se contentent de produire, ils transmettent. Ils ont créé une école de formation qui ne désemplit pas et un Institut qui pilote des programmes de recherche-action sur lequel se greffent des écologues, des ingénieurs... férus d'agro-écologie. Dans la même veine, leur manuel (*) des jardiniers-maraîchers rédigé en cinq ans fait germer des idées. Précisément, ce à quoi aspirent ses auteurs. Et si une autre façon d'habiter la Terre était possible...

(*) "Vivre la Terre", éd. Actes Sud, 79 euros

___

DATE CLÉS

2004 : installation au Bec Hellouin
2006 : ils deviennent agriculteurs
2011 : lancement de l'étude « Maraîchage biologique permaculturel et performance économique »
2012 : création de l'Institut Sylva
2014 : parution du livre "Guérir la Terre, nourrir les hommes" (Actes Sud)
2019 : parution de "Vivre avec la Terre" (Actes Sud)

3 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.