Un employé de McDonald's menace de s'immoler à Marseille

 |   |  254  mots
(Crédits : Leonhard Foeger)
Un homme a menacé mardi de s'immoler par le feu dans un restaurant McDonald's situé dans les quartiers du Nord de Marseille, un établissement vendu pour être transformé en restaurant asiatique halal, a-t-on appris de source policière.

L'homme s'était retranché avec des bidons d'essence dans les toilettes de l'établissement mais a accepté de se rendre à la police après 45 minutes de négociations. De source proche de l'enquête, on précise qu'il s'agit d'un employé qui aurait mal supporté une série de décisions de justice portant sur l'avenir du restaurant.

Plusieurs salariés interrogés l'ont présenté comme le directeur adjoint de l'établissement. Employé depuis 1998 par le géant américain de la restauration rapide, il s'est livré à cet acte pour dénoncer la fermeture annoncée, ont-ils ajouté.

Sauver les emplois

Le fast-food emploie 77 personnes, dont 55 en contrat à durée illimitée (CDI).

"Il est au bout du rouleau car depuis des mois il se bat avec les salariés pour garder les emplois", a dit à Reuters la sénatrice socialiste Samia Ghali, qui a participé aux négociations.

"C'est une affaire désespérante. Je comprends et je partage la colère des salariés. C'est choquant de voir un désespoir de la population et des employés qui travaillent pour certains depuis 25 ans dans ce McDo", a-t-elle ajouté.

Le restaurant, situé dans le quartier de Saint-Barthélemy (XIVe arrondissement), fait partie d'un lot de cinq établissements vendus par un propriétaire sous franchise de l'enseigne américaine. Il est en revanche le seul à être transformé en fast-food halal.

Le tribunal de grande instance de Marseille a débouté vendredi les salariés, qui tentaient de retarder la vente.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2018 à 15:47 :
À Chauvigny, magnifique petite cité touristique près de Poitiers, le co-gérant d'une petite PME de lingerie (l'indiscrète, ex Aubade) s'est suicidé dans son entreprise pendant les congés du personnel cette fin de semaine. L'entreprise est en redressement judiciaire suite à une ardoise de près de 40 000€ en 2017 et de commandes annulées par un gros acheteur qui lui même a déposé le bilan.
Il ne supportait pas de devoir licencier du personnel. De ces petites entreprises en difficulté on ne parle point. Pourtant ce petit patron, ou plutôt ce grand patron de petite entreprise, à tout donné pour sauver des emplois. Mon but n'est pas de diviser, mais de rassembler pour dire que ces drames, on en parle peu mais ils existent, et parfois tout près de nos portes. Tous les patrons ne sont pas des sangsues. Mes respects et ma compassion pour ces personnes qui vont jusqu'au bout de leurs convictions, mon soutien à leurs familles et proches.
a écrit le 08/08/2018 à 9:42 :
"Il est en revanche le seul à être transformé en fast-food halal"

C'est une information sponsorisée par le FN sans rire ?

Comment ce détail pourrait il avoir une influence quelconque sur la décision d'un homme désespéré au point de s'immoler par le feu ?

Hé ho ! Ya quelqu'un la dedans !?

LE gars est désespéré parce qu'il s'est battu pour son emploi et celui des salariés et a perdu tout simplement, le fait que cela tombe sur un truc halal n'est qu'un hasard, et s'il se bat c'est pour son emploi pas pour dénoncer le halal !

Approche de l'information plutôt "beurk" quand même hein et le pire est que je suis persuadé que ce n'est même pas fait exprès, c'est tacite, et ensuite on se demande pourquoi les journalistes se font remplacer par des bots.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :