Lhyfe amorce le printemps de l’hydrogène dans les Pays de la Loire

 |  | 1311 mots
Lecture 7 min.
Un tiers de l’équipe de R&D de Lhyfe est issu du Commissariat à l’Energie Atomique (CEA)
Un tiers de l’équipe de R&D de Lhyfe est issu du Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) (Crédits : DR)
ENQUÊTE SUR L'HYDROGÈNE (2/3). A Bouin, en Vendée, Lhyfe vient de poser la première pierre de son centre R&D et de production d’hydrogène vert. La start-up entend produire 300 kilos par jour dès le printemps prochain. Première concrétisation de la « Pays de La Loire Hydrogène Vallée » que la région tend à faire émerger.

Jusque-là plus connu pour ses parcs à huitres que pour sa production d'hydrogène, le polder de Bouin pourrait demain devenir l'épicentre de l'hydrogène vert français. Elus départementaux et régionaux et acteurs de la transition énergétique se sont pressés samedi 26 septembre à Bouin, sur le littoral vendéen, pour assister à la pose de la première pierre du futur centre de R&D production d'hydrogène vert imaginée par la jeune startup Lhyfe. Un geste symbolique qui matérialise, du même coup, le lancement de «La Pays de la Loire hydrogène Vallée » voulue par le conseil régional. Dans six mois, les 4.000 m² de Lhyfe produiront quelques 300 kilos d'hydrogène vert par jour. Une première en Europe.

« C'est vraiment la première fois en France et en Europe que des électrolyseurs vont être connectés aux productions d'énergie renouvelables intermittentes. C'est la particularité du site. On a conçu un process industriel où l'énergie peut être intermittente. On sait la prédire, gérer la fluctuation et le stock. Ce n'est pas sans poser de difficultés techniques, et c'est d'ailleurs pourquoi un tiers de l'équipe de R&D vient du Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) », explique Matthieu Guesné, ex-directeur régional du CEA Tech Pays de la Loire, fondateur et Pdg de Lhyfe. Pour mener à bien ce process, la start-up a bouclé l'une des plus grosses levées de fonds (8,3 millions d'euros) en amorçage dans l'industrie en 2019 auprès de Noria, le Syndicat d'énergie de Vendée (SyDEV) et sa Sem Vendée Energie, Ovive (Groupe Les Saules) et les fonds...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2020 à 10:34 :
CEA : Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives, depuis Mr Fillon 1er ministre, c'est paru au JO. Souvenir, souvenir. :-)
a écrit le 06/10/2020 à 9:49 :
whaou
ils sont 15 sur la photo, ca fait 20 kgs/personne/jour
c'est vendu combien hors taxes le kg?
pour savoir si ca permet au moins de payer les salaires et les charges sociales......
Réponse de le 06/10/2020 à 10:40 :
ça se vend à la tonne (une mole H2 = 2grammes). :-)
Si vous prenez le prix de l'éolienne, au large, les gros câbles qui transportent l'énergie électrique, hors de prix.
Des gens ont calculé que remplacer tout le pétrole par H2 obligeait à doubler la production électrique française (très énergétique, le pétrole ! et l'électrolyse aussi, énergivore, 18g d'eau pour 2g H2, la faute à l'énergie de liaison H-O).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :