Veolia invente la plage intelligente à La Baule

Consignes et bouées connectées, paiement cashless, livraison de repas sur sa serviette... Veolia veut faire de La Baule la première plage «intelligente» au service des usagers.
Le projet Smart Baie qui a démarré cet été avec des services proposés
par trois startups, devrait, à terme, fonctionner toute l’année.
Le projet Smart Baie qui a démarré cet été avec des services proposés par trois startups, devrait, à terme, fonctionner toute l’année. (Crédits : Frédéric Thual)

Nouvellement retenu comme concessionnaire de la plage de La Baule pour douze ans, le groupe Veolia veut faire de la « plus belle plage d'Europe », le laboratoire national de l'innovation digitale et touristique. Baptisé Smart Baie, ce projet, mené en partenariat avec le pôle Mer Bretagne-Atlantique et le terroir maritime du Pays de la Loire, la communauté d'agglomération Cap Atlantique, le réseau Nina (Nautisme innovation numérique Atlantique)..., a démarré cet été lors d'un test mené avec trois startups : Vigicube (mise à disposition de consignes connectées), Kayak (livraison de repas à la serviette) et PayinTech (paiement avec un bracelet connecté). Si ces nouveaux services semblent appréciés, l'appropriation reste encore timide. Sur 7000 bracelets commandés, une centaine seulement ont été activés.

« Comme pour toute nouveauté, il faut faire de l'acculturation et communiquer », reconnaît Jean-Charles Guy, directeur région Centre-Ouest de Veolia, qui a équipé une dizaine d'établissements (restaurants, clubs de plage) avec des terminaux de paiements.

Écosystème ouvert

Pour l'éditeur de la solution PayinTech, « l'expérience a permis de montrer que ça fonctionnait et doit maintenant entrer dans les mœurs ». Accompagnateur de deux startups (Otec et Ticatag), le pôle Mer Bretagne Atlantique ouvre son réseau pour amener de la compétence et guider les startups vers des financements régionaux, français ou européens. L'expérimentation jette, en tout cas, les bases d'un nouvel écosystème ouvert sur les dimensions maritimes et territoriales, destiné à fonctionner à l'année.

Quatre nouvelles startups (Otec, Affluence, Ticatag, Tipi) ont été sélectionnées à l'issue d'un appel à manifestation d'intérêt où une vingtaine d'entreprises ont candidaté. Ces nouveaux services liés au balisage des eaux de baignade et qualité des eaux, fréquentation de la plage, sécurité des enfants... devraient être opérationnels l'été prochain. « Nous sommes aussi en lien avec un gérontopole pour offrir des services aux personnes âgées. À terme, l'ambition est de mettre en place un à deux nouveaux services par an mais surtout de connecter cet écosystème à la ville, à la communauté d'agglo, au département, à la région et à la France », souligne Jean-Charles Guy, engagé à faire de la plage bauloise, « une expérience attractive, connectée ou non ».

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.