Les ambitions d'Eolane dans l'interconnexion entre machines (M2M)

Défense, aéronautique, médical, ferroviaire, télécoms, industrie, automobile, énergie... Spécialiste de la fourniture de solutions en électronique professionnelle en Europe, Eolane ambitionne d'être l'un des vingts leaders mondiaux de ce domaine dans les cinq ans à venir.

2 mn

(Crédits : Reuters)

La bascule de PME à ETI a eu lieu entre 2010 et 2011. Soit une cinquantaine d'années après la naissance de Selco, dans le Maine-et-Loire. De vingt personnes, l'effectif de l'entreprise, dont le siège est aujourd'hui basé à Fresne-sur-Loire (44) et qui figure parmi les plus belles réussites régionales, atteindra 3.500 personnes l'an prochain.

« On n'a rien vu passer. Sans doute en raison de notre organisation », explique Paul Raguin, fondateur et actionnaire à 100 % du groupe baptisé Eolane dans les années 1990.

« Notre rôle est d'accompagner les projets de nos clients en fournissant des solutions techniques et logistiques. Aussi, nos 25 filiales fonctionnent comme une fédération de PME. Tout est à la fois très décentralisé et sous contrôle, avec un directoire, un conseil de surveillance et un comité exécutif qui veillent au grain et au maintien de nos valeurs », dit-il.

Linéaire dans sa progression, Eolane montera quelques marches décisives, comme le rachat de la société de R&D Martec (100 personnes) aux Ulis (91), l'acquisition d'un groupe d'entreprises (+ 100 millions d'euros de chiffre d'affaires) en 2010, puis la reprise d'une entreprise finlandaise pour prendre pied sur les marchés estonien et indien...

« Des sauts plus ou moins importants pour accompagner l'évolution des métiers de l'électronique dans le monde », concède Paul Raguin.

« Quelle que soit la taille de l'entrepreneur, nous sommes sous la menace permanente d'une redistribution des cartes. Aussi, aucun de nos clients ne pèse plus de 10% du chiffre d'affaires. C'est pourquoi, nous avons investi en R&D multisectorielle, et sommes partis à l'international vers l'Europe du Nord, la Chine et  l'Inde. »

Investi dans des programmes de recherche liés aux textiles intelligents et au photovoltaïque à concentration, Eolane a, depuis 2012, lancé un programme de développement de briques technologiques sur fonds propres.

Avec l'ambition de devenir une référence dans l'univers du M2M, autrement dit, l'interconnexion entre les machines, Eolane est aussi le co-initiateur de la Cité des objets connectés, validée par Arnaud Montebourg, qui devrait voir le jour à Angers d'ici à 2016.

2 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 29/09/2014 à 20:53
Signaler
SUPERBE !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.