Alain Juppé : "La tomate de Marmande passe par Rungis avant d’arriver à Bordeaux ! "

 |   |  595  mots
Le maire de Bordeaux a été récompensé pour ses efforts en faveur de la transition énergétique dans sa ville et au sein de Bordeaux Métropole.

« En 2007, j'ai été le moins durable des ministres du développement durable (il est resté en poste un mois) » rappelle Alain Juppé, maire de Bordeaux. Cette brève expérience ne l'a pas empêché de recevoir le Prix Énergie pour Bordeaux Métropole lors du Forum Smart City La Tribune. Le président de la métropole bordelaise a lancé un plan d'action pour un territoire durable à haute qualité de vie pour la période 2017-2022 et un cadre programmatique pour la période 2017-2050.

« Je reste modeste, car il reste encore beaucoup de chemin à faire. Je n'ai pas besoin de rappeler que la menace est grave et qu'il s'agit de notre survie et de celle de nos enfants. Il y a urgence à agir à tous les niveaux » a expliqué l'ancien Premier Ministre. Ce plan d'action est constitué autour de trois axes.

Un : la transition énergétique, avec un objectif de 32 % d'énergies renouvelables d'ici 2030 et de devenir la première métropole à énergie positive à l'horizon 2050. Deux : protéger et mieux valoriser les 50 % d'espaces naturels et agricoles du territoire de la métropole. Trois : conjuguer solidarités territoriales et bien-être. La rénovation de l'habitat est une des principales missions de ce plan. Les nouveaux bâtiments seront tous à énergie positive, mais le plus dur est de rénover l'habitat ancien.

« C'est difficile. Notre objectif est d'en rénover 9.000 par an (sur 350.000) et nous ne sommes qu'à 3.000 » précise Alain Juppé.

Une cartographie thermique des toits (verts pour les moins énergivores, rouge pour les autres) va aider à repérer les bâtiments qui nécessitent une rénovation. La mobilité est le deuxième grand chantier du maire de Bordeaux, qui se félicite que sa ville ait été élue sixième ville cyclable mondiale dans le classement danois Copenhagenize Design Co. Le président de Bordeaux Métropole a réservé le pont principal de la cité girondine aux tramways, bus vélos et piétons. Un choix qui n'a pas fait que des heureux,  surtout chez les commerçants.

Mais cette grogne n'a pas fait reculer Alain Juppé :

« il faut savoir prendre des décisions impopulaires. Quant il fait beau, ce sont plus de 10.000 cyclistes qui traversent le pont et donc plus de gens qui se rendent en centre ville ».

Le maire croit à la démocratie participative. Il a engagé une co-construction de l'aménagement de la place Gambetta avec les collectifs de riverains et les commerçants, qui ont choisi eux-mêmes l'architecte. Mais une question se pose : comment transporter ce type de mécanisme local à un niveau national ?

« En 1995 (lors des grèves contre la réforme de la sécurité sociale, Ndlr), j'avais face à moi des syndicats. Aujourd'hui, avec les Gilets Jaunes, c'est plus compliqué. J'ai écouté le président Macron. Ce qu'il a dit sur la transition énergétique est réaliste. En revanche, l'acceptabilité à court termes de ces mesures n'est pas garantie car il manque un accompagnement » analyse l'ex adjoint à la mairie Paris.

Pour lui, le choix de simplification voulu par le président Hollande n'a pas eu lieu, et dans une société qui continue à se complexifier, le mot à la mode, c'est la colère.

« Je n'aime pas la colère car elle est mauvaise conseillère. Essayons de dialoguer » réclame Alain Juppé, qui travaille à créer des circuits courts d'approvisionnement dans sa ville d'ici 2020.

Une nécessité, quand on sait que la tomate de Marmande, à 50 km de Bordeaux, passe par Rungis près de Paris avant de revenir sur les bords de la Garonne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2018 à 13:35 :
C'est en effet aberrant, d'un point de vue écologique c'est trop débile mais il y a aussi le côté gustatif avec des aliemnts qui perdent en fraicheur stupidement.

Quand vous savez que le poisson qui se vend partout à Brest est ramené dans son port, part pour rungis pour revenir être vendu dans les poissonneries de Brest on ne peut que déplorer cette gigantesque aberration là simplement pour faciliter les intérêts du secteur marchand.

Et combien d'aberrations de ce genre ?

En tout cas merci de l'avoir souligné c'est tellement rare d'en parler de ça aussi.

Et le transport international avec ses cargos ultra polluants et ses 10% de pertes de marchandises en mer ?

On part de tellement loin et on ne fait qu'à peine se réveiller là hein, en plein cauchemar pour ceux qui n'ont rien vu arriver c'est sûr et merci aux médias de masse d'avoir laisser passer tout ces scandales seulement parce que générés par ceux qui sont aussi vos patrons.

Non les possédants ne sont pas des gens éclairés, ils ne sont pas capables d'être raisonnables "Plus on possède et plus on est possédé" Nietzsche

Si personne d'éclairé ne les oriente dans la bonne direction on est tous foutus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :