Avec « Innov ton club », Bpifrance donne un coup d’accélérateur à l’innovation dans le sport

La Banque publique d’investissement a réuni le 2 juin à Paris les Meneurs, sa communauté de 55 clubs sportifs. Avec de nombreuses start-up, des incubateurs, des collectivités, de même que des écoles, ils forment un écosystème sportif qui développe une économie innovante et numérique au cœur des territoires. L’occasion de présenter des pépites montantes, permettre le partage d’expériences et explorer les nouveaux champs de co-construction.

6 mn

(Crédits : DR)

Les chiffres sont sans appel : avec 77 milliards d'euros de revenus et une croissance annuelle de 3 %, le secteur du sport pèse lourd dans l'économie française. Une filière que Bpifrance suit de très près, en y apportant son soutien financier, mais aussi en animant sa communauté des Meneurs. Lancée en 2020 pour insuffler l'innovation dans l'écosystème du sport français, celle-ci rassemble 55 clubs sportifs professionnels, féminins comme masculins, dont la banque publique d'investissement est partenaire. Ils représentent sept disciplines sportives : football, rugby, basketball, handball, volley-ball, hockey sur glace ainsi que waterpolo. La dernière « recrue » en date, le club de foot Cécifoot, de Bondy, vient de rejoindre les rangs de cette équipe à la veille d'« Innov ton club », un événement organisé au Bpifrance Le Hub le 2 juin à Paris. « Vous êtes les acteurs économiques et sociaux majeurs dans chacun de vos territoires », leur rappelle Patrice Bégay, directeur exécutif et communication de Bpifrance.

A travers ce réseau, les objectifs de Bpifrance sont multiples. « Booster le business et le développement commercial des clubs et élargir votre réseau national et international », poursuit Patrice Bégay. Ensuite, renforcer la notoriété des clubs sportifs, de même que développer les compétences de leurs dirigeants grâce au conseil et des formations. Surtout, « il est fondamental de vous connecter avec l'ensemble des acteurs du sport. Créer des ponts, faciliter les rencontres et des synergies est ainsi un devoir permanent », exhorte-t-il. Pour développer l'innovation au sein de l'écosystème des Meneurs, la banque publique mise en particulier sur un réseau de 16 000 entreprises partenaires de toute taille, dont nombre de start-up qui mettent au point des solutions disruptives.

Lire aussi 3 mnA Caen, Bpifrance construit l'excellence de demain

E-sport, NFT, applications : la sportech phosphore

De fait, la sportech tricolore est dans les starting blocks. Et elle phosphore dans des domaines très variés. Ainsi, SportEasy a développé une application digitale qui vise à simplifier le quotidien et la gestion administrative des équipes et des clubs amateurs : par exemple, en récoltant le paiement des cotisations en ligne ou en permettant le partage des commentaires, des photos ou des vidéos. « C'est une application organisationnelle et un réseau social », indique Nizar Melki, cofondateur de la jeune pousse qui revendique près de 2 millions d'utilisateurs et ambitionne de déployer ses ailes à l'international. Pour sa part, Metafight propose d'acheter des cartes de combattants de la MMA (arts martiaux mixtes) en jetons non-fongibles (NFT), ces certificats numériques qui confèrent le droit de propriété et s'échangent sur la blockchain. Une révolution, en quelque sorte. « Cela touche à l'appropriation des droits d'images des sportifs professionnels qui gagnent peu. Comment faire pour vendre leur image et les aider à être mieux rémunérés, c'est le grand sujet auquel peuvent répondre les NFT », estime Thomas Chauveau, cofondateur de Metafight.

Autre champ d'exploration, le sport électronique, autrement dit la pratique d'un jeu vidéo en réseau sur Internet. Exemple, le club d'esport MCES possède des équipes professionnelles qui évoluent sur les jeux tels que Fortnite, tout en investissant dans la formation. « Nous avons développé des académies, des clubs et un diplôme de coach e-sport pour soutenir le développement des joueurs à tous les stades de leur évolution », indique Sandra Niellini, cofondatrice de cette structure marseillaise. Un club d'esport peut en outre être attaché à un club traditionnel. « Aujourd'hui nous discutons avec des fédérations sportives pour développer dans les clubs des sections esport pour s'en servir comme un levier motivationnel qui permet aux jeunes qui sont dans les clubs d'y rester », assure la dirigeante.

Incubateurs, maillons clés

Au sein de cet écosystème bouillonnant, les incubateurs et accélérateurs occupent une place de choix dans la création d'entreprises de sport innovantes et leur passage à l'échelle. Le Tremplin accompagne ainsi des jeunes pousses mais aussi des grands comptes, privés ou institutionnels, pour transformer leur activité ou les aider face à leurs enjeux d'innovation. « Nous avons un côté incubateur et aussi un côté accélérateur, selon le niveau de maturité des start-up », note Jean-Baptiste Alliot, directeur exécutif de Vitality Hub, l'un des pôles de cette structure qui soutient tant des projets sur des sujets sociétaux comme par exemple le mieux vieillir ou lutter contre la sédentarité, que sur la performance sportive, en accompagnant des pépites telle que MyCoach, un concepteur d'outils pédagogiques sous forme d'applications web pour apprendre la pratique sportive.

La structuration, la mise en réseau et l'aide à la levée de fonds font partie intégrante de l'accompagnement des start-up par Le Tremplin, même de celles en early stage, détaille Jean-Baptise Alliot. Le prochain appel à candidatures aura d'ailleurs lieu en septembre pour le lancement d'une nouvelle promotion à partir de janvier. De son côté, Bpifrance Le Hub accompagne les entreprises tech dans lesquelles la banque publique investit et qui se trouvent déjà à un niveau de maturité avancé. « Notre rôle est d'être un levier sur des attentes opérationnelles comme le recrutement, des liens avec les corporate, ou encore la communication », indique Jonathan Lascar, directeur de Bpifrance Le Hub. Les critères de sélection ? « Nous regardons d'abord la proposition de valeur, en quoi c'est innovant et disruptif, quelle est la profondeur du marché, de même que la différenciation de l'offre sur le marché. Surtout, nous prêtons attention à l'équipe, dans quelle mesure elle est complémentaire et agile. L'agilité et l'adaptabilité, en effet, sont des qualités primordiales », précise-t-il.

Lire aussi 4 mnBpifrance et la Roche Vendée Basket Club promeuvent l'entreprenariat féminin

Un écosystème hybride

C'est sans oublier le rôle que peuvent jouer les collectivités territoriales. Celle de Grand Paris Sud, notamment, nourrit l'ambition de « transformer le territoire en un territoire de sport », déclare Anne-Sophie Avezou, directrice de projet Grand Paris Sport au sein de cette agglomération. Une stratégie de développement de l'esport, mais aussi la création d'un pôle de loisirs sportifs comme d'un parc d'activité économique, devraient contribuer à y faire émerger une filière sportive.

Les écoles ne participent pas moins à la construction du sport de demain. Exemple, l'Ecole d'ingénieurs EPF, qui accompagne les entreprises dans le développement de leurs produits, a planché sur l'évaluation scientifique des pelouses hybrides augmentées par des capteurs, conçues par la société Grass Natural. Enfin, « les clubs et fédérations ont besoin d'étudiants pour travailler avec eux : en tant que bénévoles, certes, mais aussi pour les aider à élaborer leur stratégie ou des plans de communication, rechercher des partenaires ou faire du marketing », conclut David Mignot, président de la Sport management business school. L'avenir d'un sport innovant au cœur des territoires passe plus que jamais par la formation des talents.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.