L’avion connecté par 3i3s

 |   |  568  mots
(Crédits : DR)
Penser l’aviation connectée comme un avion simplement lié à internet ou à une connexion satellitaire est trop réducteur. L’avion moderne ne doit pas seulement faciliter l’utilisation d’objets connectés en offrant le Wi-Fi en vol. L’avion doit devenir l’objet connecté.

Comme beaucoup d'autres, l'industrie aéronautique vit sa révolution digitale et doit repenser ses modèles économiques. L'innovation est centrée autour de systèmes cyber-physiques qui interagissent avec leur environnement. L'exploitation à grande échelle des données recueillies améliore les performances, commerciales ou militaires. Une telle refonte nécessite, au-delà d'investissements, une réflexion stratégique sur la direction à prendre. C'est dans cette perspective que l'institut indépendant et international 3i3s fédère des industriels, opérateurs et groupes d'experts en vue d'accompagner au mieux cette transition.

Les enjeux sont nombreux, que ce soit pour les constructeurs ou les opérateurs. Les constructeurs qui feront de leurs productions et usines des écosystèmes connectés gagneront en productivité par l'optimisation de coûts et la diffusion d'innovations créatrices de valeur ajoutée. Les enjeux pour les opérateurs sont encore plus flagrants car ils optimisent considérablement leur performance opérationnelle. Plus important encore, cette opportunité de transformation pourra favoriser l'émergence de services innovants tout en apportant une meilleure fluidité opérationnelle au trafic aérien croissant. En effet, les projections de l'Association du transport aérien international (IATA) indiquent que le nombre de passagers aériens va presque doubler d'ici 2036 avec 7,8 milliards de voyageurs.

Contrairement à l'imaginaire collectif, cette transformation ne prône pas un remplacement systématique de l'humain mais repense l'autonomie de la machine pour créer une équipe Homme-machine en combinant le meilleur de chacun. Ainsi dans le domaine militaire la DGA[1] lance en Mars 2018 l'initiative MMT, pour Man Machine Teaming.

Piloté par Dassault Aviation et Thales, elle mobilise un écosystème innovant dans le domaine de l'intelligence artificielle et des relations Homme/Machine appliquées à l'aéronautique de combat. L'armée remplace ainsi le concept usé d'un drone volant seul en autonomie complète par celui d'un pilote de Rafale volant en patrouille avec des SCAF[2] avec qui il collabore. Cette patrouille mixte aura une dualité, de capteurs, de connectivité et des capacités embarquées d'intelligence artificielle amenant un réel avantage dans des conflits toujours plus complexes. Cette transition 4.0 représente aussi un vecteur d'ouverture internationale. Dassault Systèmes a été nommé premier du classement mondial des cent sociétés les plus durables grâce à l'un de ses logiciels développant des solutions d'énergies durables.

Dans le domaine civil, la révolution digitale de l'aéronautique permettrait aux opérateurs aériens de faire évoluer leur business modèle. Ils pourraient ainsi offrir plus de services à valeur ajoutée à leurs clients. Les grands acteurs de la connectivité avionique tels que Thales, Orange Business Services, Gogo ou Rockwell Collins s'attèlent à développer ce type d'offres.

La France est aujourd'hui un acteur important de l'aviation connectée grâce à des industriels et des groupes d'experts comme 3i3s, qui comprennent cette révolution industrielle et les enjeux stratégiques et opérationnels concernant l'aéronautique. Le Paris Air Forum est un exemple marquant de la détermination d'acteurs mixtes oeuvrant pour une aviation intelligente. Mais l'effort de réflexion doit être poursuivi et une dynamique politique nationale doit soutenir cette transition pour définir au mieux une symbiose homme-machine où chacun amène son expertise et sa façon de "penser".

Babacar N. SECK - Président 3i3s Middle East & Africa

Arthur Schwarz - Pilote de chasse Rafale - VP aerospace 3i3s

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :