Une ambition citoyenne

 |   |  714  mots
Anaïs Barut, PDG et co-fondatrice de Damae Medical.
Anaïs Barut, PDG et co-fondatrice de Damae Medical. (Crédits : DR)
La start-up Damae Medical a remporté le prix du jury de la Journée du dispositif médical 2017 pour sa sonde manuelle, qui, au contact de la peau, peut détecter des cancers cutanés. Retour sur l'évènement - et ceux qui ont suivi.

« Nous avions déjà levé des fonds avant d'être distingués, mais grâce au prix et à la Journée du dispositif médical en général, nous avons pu rencontrer d'autres investisseurs potentiels, et plusieurs grands groupes ont exprimé leur intérêt », se souvient Anaïs Barut, PDG et co-fondatrice de Damae Medical, avec David Siret (DG et directeur technique) et le Pr. Arnaud Dubois (Directeur scientifique). Et elle n'oublie pas la pertinence de tout l'évènement : « ciblé mais transverse, associant réflexion technique et prise de rendez-vous en BtoB avec des responsables innovation de grands groupes », résume-t-elle, pour conclure : « Cela a été une journée très intense, très productive, du fait que tout l'écosystème est réuni au même endroit pendant une journée. Le gain de temps est immense. Et je le refais cette année ! »

L'intérêt de l'innovation de Damae Medical - une sonde manuelle, qui peut détecter des cancers de la peau - est évident. « Le cancer de la peau est le plus répandu dans le monde, carcinomes et mélanomes confondus, et représente presque la moitié de tous les cancers diagnostiqués par an. Plus de cinq millions de nouveaux cas apparaissent chaque année », souligne la jeune scientifique qui a combiné des études à l'Institut d'optique au sein de la filière innovation entrepreneuriat, complétée à HEC. « Je voulais vraiment m'investir dans mon premier métier et ne pas compter mes heures ! », dit-elle en guise d'explication...

Créer de la richesse

De fait, elle est portée par le thème qui l'anime, le cancer. « C'est passionnant à titre personnel et à titre citoyen. En outre, en tant qu'entrepreneurs, nous créons de la richesse scientifique et clinique et nous embauchons des spécialistes de haut niveau tous aussi passionnés que nous », poursuit-elle.

Le défi de la production

Son enthousiasme et sa force tranquille, Anaïs Barut les met, après le premier essai clinique qui a apporté la preuve du concept et validé la proposition de valeur, au service de la production du dispositif médical. Une dizaine de sondes manuelles vont ainsi être installées dans plusieurs hôpitaux en France et en Europe d'ici la fin de l'année. Le retour d'expérience que l'usage procurera sera précieux. Il s'agira ensuite de construire une chaîne de production, stable et fiable, pour pouvoir répondre à la demande. Puis, la prochaine étape sera commerciale. S'il faut, compte tenu de l'ampleur du problème de cancer de la peau, doter des milliers d'hôpitaux et de laboratoires d'analyse de sondes produites par Damae Medical, la start-up devra être prête. La dirigeante compte sur des partenariats avec de grands groupes, déjà en gestation après les contacts pris à la Journée 2017, pour mener à bien ces opérations. Sans oublier une nouvelle levée de fonds...

Car les trois co-fondateurs, associés à une équipe d'une dizaine de personnes, et qui ne demande qu'à être renforcée, n'ont pas l'intention de s'arrêter là. Au-delà de l'internationalisation, Damae Medical vise aussi la diversification, d'autant que la start-up dispose d'un contrat de licence (le brevet ayant été déposé par le CNRS, l'Institut d'Optique et l'Université Paris-Sud) sur l'ensemble des applications possibles de cette innovation, sans parler d'autres brevets, déjà déposés au titre de Damae. « Nous voulons explorer le concept de sonde manuelle au-delà de la dermatologie, précise ainsi la jeune entrepreneuse. De fait, le dispositif médical pourrait être également utilisé en chirurgie, pour s'assurer par exemple que toutes les cellules cancéreuses sont bien enlevées lors d'une intervention. » Pour cela, il lui faudra relever bien des défis, techniques, de production et de recrutement. « En tant que chefs d'entreprise, nous nous efforçons d'attirer les meilleurs talents, des gens qui rejoindraient notre équipe, et qui seraient plus compétents que nous dans certains domaines et tout aussi motivés », lance-t-elle. Avec une telle volonté et une telle confiance dans la valeur médicale et sociétale du projet, il est clair que le défi sera relevé - et sans doute rapidement. Comme lors de la Journée du dispositif médical, en quelque sorte...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :