Travailler aux Etats-Unis : ESTA ou visa ?

La pandémie de la Covid-19 a entraîné une vague de reconversions professionnelles sans précédent. En effet, de nombreux salariés ont choisi de ne pas revenir au bureau à l’issue de la parenthèse du télétravail. Aussi, de nombreux restaurants, salles de sport et centres de loisirs ont dû composer avec des démissions en cascade, trouvant toutes les peines du monde à combler les départs.

10 mn

(Crédits : DR)

Ces reconversions devraient redynamiser l'expatriation professionnelle, principalement en Europe et en Amérique du Nord, avec le rêve américain en ligne de mire, notamment pour les diplômés des écoles de commerce. Il faut dire que les Français n'ont pas besoin de visa pour se rendre aux Etats-Unis pour un court séjour. C'est pourquoi les aspirants à l'expatriation au pays de l'Oncle Sam sont nombreux à préparer un voyage de prospection, histoire de sonder les opportunités sur place avant de sauter le pas.

Qu'est-ce que l'ESTA ?

L'ESTA, sigle de Electronic System for Travel Authorization, est une autorisation électronique de voyage aux Etats-Unis destinée aux personnes ayant la nationalité d'un pays exempté de visa par les autorités américaines. C'est en 1986 que le programme américain d'exemption de visa a été mis en place par le gouvernement Reagan. Concrètement, il s'agit d'un programme de coopération avec les pays « amis » des Etats-Unis, avec pour objectif de doper les recettes touristiques, favoriser les voyages d'affaires et promouvoir la culture américaine, notamment dans le contexte de la Guerre Froide.

L'exemption de visa était « totale », en ce sens que les ressortissants des pays exemptés pouvaient se rendre aux Etats-Unis sur simple présentation d'un passeport valide. Les choses changeront progressivement après les attentats terroristes du 11 septembre 2001, qui ont forcé l'administration Bush à renforcer le dispositif sécuritaire à l'entrée du territoire, à fortiori lorsque l'on sait que certains terroristes disposaient de passeports délivrés par des pays exemptés de visa.

C'est ainsi que l'ESTA a été mis en place le 12 janvier 2009. En demandant aux voyageurs entrants de soumettre une demande ESTA avant leur départ, le service des douanes et de la protection des frontières américain peut alors contrôler de manière préventive tous les voyageurs qui souhaitent se rendre aux Etats-Unis. Ce dernier se réserve le droit de rejeter toute demande d'ESTA soumise par un voyageur soupçonné de vouloir porter atteinte à la sécurité du pays. Notons toutefois qu'en règle générale, la majorité des demandeurs d'ESTA reçoivent l'approbation d'entrée au territoire américain dans un délai maximal de 72 heures.

L'autorisation ESTA est-elle comparable à un visa ?

Non, l'ESTA n'est pas un visa. Il s'agit d'une autorisation électronique qui permet au voyageur de se rendre aux Etats-Unis sans visa. L'ESTA peut être perçue comme une « activation » de l'exemption de visa. L'autorisation ne remplit donc pas les conditions légales ou réglementaires pour faire foi de visa dans les situations où la loi américaine en exige un. D'autre part, l'ESTA concerne exclusivement les voyageurs de tourisme ou d'affaires et n'autorise qu'un séjour de 90 jours au maximum (et non trois mois, attention aux mois à 31 jours). Si vous comptez séjourner aux Etats-Unis pour une durée plus longue, ou si vous avez l'intention d'exercer une activité salariée ou monter une affaire, vous devrez obligatoirement disposer du visa adapté à la raison de votre voyage.

Peut-on réaliser un voyage d'affaires avec l'ESTA ?

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'ESTA peut autoriser son détendeur à réaliser un voyage d'affaires aux Etats-Unis. Sachez toutefois que les « activités professionnelles » qui entrent dans le giron de l'ESTA sont très cadrées : vous pouvez assister à des réunions d'affaires, des conférences, des congrès, des symposiums et des salons, et vous pouvez mener des négociations ou des entretiens avec des partenaires commerciaux potentiels. L'ESTA est également toute indiquée pour un premier voyage de prospection si vous envisagez une expatriation à court terme. Par ailleurs, il faut savoir qu'il n'y a pas de distinction entre « affaires » et « tourisme » dans le cadre de l'ESTA. Cela veut dire que vous pouvez tout à fait combiner les deux motifs de voyage, loisirs et affaires, sans problème.

Dans quels cas demander un visa ?

Si vous comptez travailler en Amérique, dans l'acception globale du terme, vous devrez obligatoirement obtenir un visa spécifique à votre motif de voyage. C'est notamment le cas si vous avez conclu un contrat de travail avec un employeur américain, ou si vous comptez suivre une formation ou créer une entreprise aux Etats-Unis. C'est également le cas si vous souhaitez investir dans une entreprise établie aux Etats-Unis, ou que vous voyagez au pays pour y effectuer un travail journalistique. Cela dit, il existe une exception à la règle : l'ESTA peut vous autoriser à exercer une activité rémunérée aux Etats-Unis à deux conditions. D'abord, votre séjour de travail ne doit pas dépasser les 90 jours. Ensuite, l'employeur qui vous rémunère doit être situé en dehors du territoire américain.

Vous devrez également demander un visa si vous « souffrez » d'un motif annulant votre participation au Programme d'exemption de visa. En effet, depuis le 1er mars 2011, les voyageurs ressortissants des pays exemptés de visa qui se sont rendus en Irak, en Corée du Nord, en Syrie, en Iran, au Soudan, en Libye, en Somalie ou au Yémen ne peuvent plus prétendre à l'autorisation électronique de voyage et doivent donc obligatoirement demander un visa, même pour un séjour touristique ou d'affaires de moins de 90 jours.

ESTA Vs. Visa : le point sur les deux procédures

Si vous êtes ressortissant d'un pays éligible au programme d'exemption de visa, il vous est donc possible d'obtenir votre autorisation électronique de voyage ESTA aux Etats-Unis sans jamais bouger de votre canapé. En effet, la demande d'ESTA se fait exclusivement en ligne sur des sites comme France ESTA, avec un délai de réponse quasi immédiat (72 heures au maximum, beaucoup moins dans l'écrasante majorité des cas). Après avoir rempli le formulaire et payé les frais, votre demande sera immédiatement traitée par le service d'immigration américain. Tout le contraire donc d'une demande de visa, beaucoup plus chronophage et compliquée, au sens bureaucratique. Les voyageurs doivent d'abord remplir le formulaire DS - 160 en ligne, puis prendre rendez-vous à l'ambassade des Etats-Unis pour un entretien. Résultat des courses : une demande de visa nécessite toujours un déplacement au consulat. Cela entraîne des coûts supplémentaires, et l'approbation des demandes de visa peut prendre plusieurs semaines.

Demande d'ESTA : formulaire et délai de traitement

Le formulaire de demande de l'ESTA, disponible en ligne, contient un certain nombre de questions signalétiques, en lien avec votre situation socio-professionnelle et la raison de votre voyage aux Etats-Unis :

  • Informations sur votre titre de séjour (passeport) ;
  • Coordonnées, y compris l'adresse du domicile et le(s) numéro(s) de téléphone de votre hôte, qu'il s'agisse d'un établissement d'hébergement ou d'un particulier ;
  • Informations sur votre voyage, notamment votre point de contact aux Etats-Unis ;
  • Informations sur votre emploi actuel ;
  • Informations sur votre carte de crédit ou de débit pour le paiement des frais de dossier ;
  • Informations sur vos comptes sur les réseaux sociaux. Il s'agit d'une donnée facultative, mais qui semble impacter le taux d'acceptation depuis 2018.

Une fois que vous avez saisi les informations requises, votre demande de voyage aux Etats-Unis dans le cadre du programme d'exemption de visa est traitée par le système. Le traitement de votre demande peut prendre jusqu'à 72 heures, mais la plupart des demandes sont approuvées en quelques minutes ou quelques heures. En règle générale, le taux d'acceptation reste très élevé quel que soit le contexte géopolitique. En effet, les autorisations ESTA ont continué à être massivement délivrées y compris pendant la présidence Trump qui prônait une immigration très encadrée.

Qui peut prétendre à une admission dans le cadre du programme d'exemption de visa ?

Vous aurez le droit de demander l'admission dans le cadre du programme d'exemption de visa dans les cas suivants :

  • Vous avez l'intention de séjourner aux Etats-Unis pour une durée maximale de 90 jours pour affaires, tourisme/loisirs ou transit ;
  • Vous arrivez aux Etats-Unis par un transporteur aérien ou maritime signataire du programme d'exemption de visa ;
  • Vous êtes citoyen ou ressortissant et êtes en possession d'un passeport d'un des pays du Programme d'exemption de visa ;
  • Vous n'êtes pas « blacklisté » du programme d'exemption de visa (pour cause de dépassement de la durée légale de séjour, condamnation sur le territoire américain, voyage précédent dans un pays blacklisté, etc.).

Ainsi, tous les voyageurs entrant aux Etats-Unis (par voie aérienne ou maritime) dans le cadre du programme d'exemption de visa doivent être titulaires d'une autorisation de voyage ESTA valide. Rappelons que l'objectif de l'ESTA est de permettre aux autorités américaines de procéder à un contrôle préalable de tous les voyageurs bénéficiant d'une exemption de visa avant qu'ils ne quittent leur pays d'origine. Il est recommandé aux voyageurs à destination des Etats-Unis de demander une autorisation de voyage ESTA au moins 72 heures avant la date de départ pour éviter toute mauvaise surprise.

Informations pratiques sur l'ESTA

Durée de validité, possibilité d'entrée multiples sur le territoire américain, durée de séjour maximale, activités autorisées... vous voulez en savoir plus sur les conditions générales de l'ESTA ? En voici une liste exhaustive :

  • L'ESTA est valable pour une durée totale de 24 mois à compter de la date d'approbation (ou jusqu'à la date d'expiration de votre passeport, selon la première éventualité) ;
  • L'ESTA peut être utilisée pour des entrées multiples sur le territoire américain durant toute sa durée de validité ;
  • L'ESTA ne peut être utilisée que pour des séjours d'une durée maximale de 90 jours par voyage à partir de la date d'arrivée sur le territoire américain ;
  • Le titulaire d'une autorisation ESTA peut entreprendre des activités touristiques et certaines activités professionnelles telles que la recherche d'opportunités d'emploi, la consultation d'associés, le voyage pour une convention ou une conférence scientifique, éducative, professionnelle ou commerciale ;
  • Le titulaire d'une autorisation ESTA ne peut s'engager dans un travail rémunéré, des études ou une formation. Pour cela, vous devrez demander un visa spécifique.

Quelle est la durée de validité de mon ESTA ?

Sauf révocation, les autorisations électroniques de voyage ESTA sont valables pendant deux ans à compter de la date de validation de la demande, ou jusqu'à l'expiration de votre passeport. Cependant, une ESTA peut également être révoquée par le demandeur lorsqu'il soumet à nouveau une nouvelle demande d'autorisation électronique de voyage. Votre autorisation de voyage prendra également fin automatiquement si votre passeport expire avant la fin de la période de deux ans pendant laquelle l'ESTA a été délivré. De manière générale, il faut systématiquement vérifier le statut de son autorisation ESTA avant de voyage.

L'ESTA est-elle synonyme d'entrée automatique aux Etats-Unis ?

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, une ESTA approuvée vous permet de prendre l'avion ou le bateau pour les Etats-Unis... pas forcément d'y entrer. En effet, votre admission est sujette à l'approbation d'un agent des douanes et de la protection des frontières, qui procédera à l'examen de votre passeport et vous posera des questions relatives à votre visite aux Etats-Unis. En fin de compte, lui seul a le droit de vous autoriser ou non à fouler le sol américain.

Récapitulons : si votre autorisation de voyage électronique est approuvée, vous avez le droit de voyager aux Etats-Unis dans le cadre du programme d'exemption de visa, mais cela ne garantit pas votre entrée effective sur le territoire américain. Notez enfin que l'ESTA implique un renoncement préalable à tout droit d'appel. L'agent des douanes et de la protection des frontières peut vous refuser l'entrée aux Etats-Unis en invoquant simplement un « manquement aux conditions du VWP » ou « en vertu de la loi américaine », sans précision.

10 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.