Bandeau Women For Future

Agnès Passault, l’innovation au service du client

 |   |  399  mots
(Crédits : DR)
Chaque semaine La Tribune et son partenaire Bpifrance vous font découvrir une femme créatrice d'entreprise dans nos régions. Avec Aquitem, société spécialisée dans la relation client, Agnès Passault innove et fait évoluer le marketing « pour mieux aider et accompagner le client ».

« Plutôt que de se lancer dans de longues études, il faudrait inciter les jeunes à travailler après une licence pour ensuite reprendre une formation. Cela permet de rendre les apprentissages beaucoup moins abstraits et de mieux comprendre le management et le savoir-être. » C'est ainsi qu'a débuté la carrière d'Agnès Passault. Après un IUT Tech de Co à Bordeaux et un passage d'un an dans une entreprise, elle fonde Aquitem en 1987 avec son mari, une société spécialisée dans la gestion des points de vente, « ce que nous appelons maintenant l'ERP ou en français PGI, progiciel de gestion intégrée ». Sept ans plus tard, elle décide de suivre un master en management à l'IAE de Bordeaux. Depuis, Aquitem et l'école de commerce ont cofondé l'Observatoire de la fidélité et de la fidélisation clientèle « afin d'exploiter les recherches universitaires qui tombent souvent dans l'oubli. »

Aquitem est à l'image de sa présidente, un équilibre entre action et réflexion, avec pour objectif d'innover. Lorsqu'à la fin des années 90, les technologies de l'information et de la communication se développent, l'entreprise, alors leader de son marché national, se lance dans les relations clients, devenues son domaine d'activité principal. Elle acquiert pour cela Alienor Télématique qui deviendra Alienor.net. Agnès Passault et son mari s'intéressent à l'intelligence artificielle, aux Big Data, à la centralisation des données. « Nous devons rester dans l'innovation permanente. Nous faisons beaucoup de R&D pour tester de nouvelles solutions. Certaines sont parfois trop précurseures et nous décidons d'attendre le moment adéquat pour les lancer, comme c'est le cas pour les robots d'accueil. » En 2011, Bpifrance leur fait une avance remboursable pour financer un de ces projets de recherche. La banque continue à suivre l'entreprise en la soutenant il y a peu dans le financement d'un prêt.

« Je suis très attachée à tous les écosystèmes qui, en regroupant les acteurs du numérique notamment, incitent à la collaboration. » Agnès Passault participe aux événements organisés pour les membres de Bpifrance Excellence. Elle a présidé le Syrpin, le syndicat régional des professionnels de l'information et du numérique, de 2014 à 2017 et depuis 2017 la Digital Aquitaine, le pôle d'excellence du numérique régional. « Nous devons créer des liens, agir en complémentarité et non en concurrence. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :