Bandeau Women For Future

Anne Vignat-Ducret, de la finance... à la scierie familiale

 |   |  347  mots
Anne Vignat-Ducret a développé la Holding Forestière & Développement
Anne Vignat-Ducret a développé la Holding Forestière & Développement (Crédits : DR)
Chaque semaine La Tribune et son partenaire Bpifrance vous font découvrir une femme dirigeante d'entreprise dans nos régions. Anne Vignat-Ducret a développé la holding Forestière & Développement avec son frère, sur les pas de leurs pères. Une fratrie complémentaire qui donne des ailes à l'entreprise familiale.

« Je suis issue d'une famille pionnière du bois. Mais je suis d'abord passée par une expérience dans une autre entreprise avant de m'y plonger. » Anne Vignat-Ducret a suivi des études de Finance à l'université pour s'installer ensuite à Paris et entrer, en tant qu'associée, dans le cabinet de conseil Capgemini. « Les dix années dans cette entreprise ont été passionnantes. Je m'y suis totalement investie. » En 1997, son frère, qui a réussi à redresser la société familiale en difficulté, lui propose de s'associer. Depuis, lui s'occupe de la commercialisation et de l'industriel, elle des finances, des RH, de l'aspect environnemental et de l'approvisionnement en matière première. « Nous sommes très en phase et très complémentaires. »

La Forestière & Développement, une ETI familiale, a su en quelques années diversifier son offre. A l'origine spécialisée dans la première transformation du bois, la scierie, l'entreprise s'est lancée dans la seconde transformation afin de développer un nouveau marché, la construction de maison. Elle s'intéresse depuis à la commercialisation de ses produits par la création de points de ventes, 16 en métropole et 3 dans les DOM-TOM. Et afin de faire face à l'absence de formation de la filière bois, elle a créé deux écoles, dont l'Ecole technique du bois qui forme au CAP et au Bac Pro.

Pour se développer, « une nécessité pour une entreprise de notre taille », la directrice générale a su valoriser son expérience chez Capgemini et collaborer avec des consultants pour la partie juridique et fiscale. Elle a fait appel à Bpifrance pour l'aider sur des problématiques de financement. Elle a su répondre aux opportunités de rachats qui se sont présentées et aux problématiques de sourcing qui l'ont incitée à développer ses activités. L'entreprise de près de 300 salariés pour un chiffre d'affaires de près de 100 millions, doit maintenant réussir à répondre aux problématiques écologiques soulevées par la société civile. Une question aussi de communication.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :