Bandeau Women For Future

Madeleine Francillard participe à la conception d'un monde connecté

 |   |  321  mots
Madeleine Francillard, fondatrice de Trialog.
Madeleine Francillard, fondatrice de Trialog. (Crédits : DR)
Chaque semaine La Tribune et son partenaire Bpifrance vous font découvrir une femme fondatrice d'entreprise dans nos régions. En 1987, Madeleine Francillard fondait Trialog, une société innovante toujours en phase avec les évolutions sociétales. L'entreprise experte en architecture des systèmes, standards et protocoles de communication, vient d'être cédée à ses salariés.

Madeleine Francillard, passionnée par l'aspect conceptuel de l'informatique, un domaine qui apparaît alors, suit un master en Computer Science à Grenoble. Elle se lance ensuite dans la recherche et développement et intègre Siemens en Allemagne. Cinq ans après, en 1983, elle est embauchée par une filiale de la Compagnie Générale d'Electricité où elle monte une division d'Intelligence artificielle. Quatre ans plus tard, en 1987, elle quitte l'entreprise pour fonder avec trois de ses collaborateurs une société similaire : « avec une éthique, celle de ne pas prendre nos anciens clients. Nous sommes repartis de zéro. » Trialog est spécialisée dans quatre domaines : l'énergie, la mobilité électrique, la santé et la cybersécurité. « Tous ces domaines sont passionnants », s'enthousiasme la fondatrice. L'entreprise pense la connectivité et conseille les industriels notamment pour la conception des réseaux embarqués des voitures, des compteurs électriques intelligents, des bornes électriques, du stockage des énergies renouvelables. L'entreprise réfléchit à la Smart City mais aussi à l'isolement des personnes âgées et donc à leur nécessaire re-connection avec le monde sans passer par l'Ehpad.

Madeleine Francillard, avec toujours une longueur d'avance, pense les technologies au service des citoyens, pour favoriser la transition énergétique et la prise en compte de chacun. L'ambition de la fondatrice est avant tout de développer des projets innovants et motivants à travers le monde. Il y a trois ans, elle a fait appel à Bpifrance et ses consultants pour l'aider à définir la stratégie de sa société, constater ou non sa cohérence. Ce qui lui a permis, cet été, de revendre une société saine à ses dirigeants et salariés par LMBO. « L'idée est que dans 5 ans, les plus jeunes la reprennent. On a toujours envie de transmettre et ce dans tous les domaines ». Madeleine Francillard préside depuis le comité de suivi afin d'accompagner une nouvelle transition, celle de son entreprise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :