Vodafone discute bien avec Verizon, c'est officiel

 |   |  297  mots
(Crédits : Reuters)
L'opérateur britannique confirme être en pourparlers avec son partenaire américain en vue de lui vendre ses 45% dans Verizon Wireless. Une opération géante estimée à 130 milliards de dollars.

C'est désormais officiel. Après une série de démentis au printemps, Vodafone vient de confirmer qu'il est bien « en discussions avec Verizon Communications au sujet de l'éventuelle vente de Vodafone US dont le principal actif est sa participation de 45% dans Verizon Wireless », dans une courte déclaration en réaction à un article de l'agence Bloomberg. Cette officialisation fait bondir de plus de 9% l'action Vodafone à la Bourse de Londres ce jeudi. L'opérateur britannique, qui fut longtemps actionnaire de SFR aux côtés de Vivendi jusqu'en 2011, a été approché il y a plusieurs mois par son partenaire américain qui souhaite reprendre le contrôle total de sa filiale mobile, pendant que son activité traditionnelle dans le fixe décline. Verizon Wireless est le deuxième opérateur américain, derrière AT&T, avec 100 millions d'abonnés. L'opération pourrait atteindre entre 100 et 130 milliards de dollars, la plus grosse acquisition du secteur depuis le début des années 2000.

Divergence sur le prix

L'opérateur britannique, le numéro deux mondial du mobile derrière China Mobile, souligne d'ailleurs dans son communiqué, qu'il n'y a « aucune certitude qu'un accord sera trouvé. » Les deux parties semblent encore diverger précisément sur le prix, Verizon ne voulant payer que 100 milliards et Vodafone voulant plutôt 130 milliards, soit l'équivalent de la capitalisation boursière actuelle de Verizon ! Selon le « Wall Street Journal », l'opérateur américain est en pourparlers avec plusieurs banques pour emprunter 10 milliards auprès de chacune d'elles soit au total 60 milliards, le solde étant vraisemblablement payé en actions à Vodafone. Ce dernier vient d'acquérir le câblo-opérateur allemand Kabel Deutschland et souhaite procéder à des acquistions dans des pays aux fortes perspectives de croissance, par exemple en Afrique. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :